Un évangile pour tous

La mer de Galilée à l'aube (photo de Mark Mallett)

 

Continuer à gagner du terrain est la notion qu'il existe de nombreux chemins vers le ciel et que nous y arriverons tous finalement. Malheureusement, même de nombreux «chrétiens» adoptent cet éthos fallacieux. Ce qu'il faut, plus que jamais, c'est une proclamation audacieuse, charitable et puissante de l'Évangile et le nom de Jésus. C'est le devoir et le privilège surtout de La petite racaille de Notre-Dame. Qui d'autre est là?

 

Première publication le 15 mars 2019.

 

Il Il n'y a pas de mots qui peuvent décrire adéquatement ce que c'est que de marcher sur les traces littérales de Jésus. C'est comme si mon voyage en Terre Sainte entrait dans un royaume mythique que j'avais lu toute ma vie… et puis, soudain, j'étais là. Sauf, Jésus n'est pas un mythe.

Plusieurs moments m'ont profondément touché, comme me lever avant l'aube et prier dans le calme et la solitude au bord de la mer de Galilée.

Se levant très tôt avant l'aube, il partit et partit pour un endroit désert, où il pria. (Marc 1:35)

Un autre lisait l'Évangile de Luc dans la synagogue même où Jésus l'a proclamé pour la première fois:

L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour apporter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé pour proclamer la liberté aux captifs et le rétablissement de la vue aux aveugles, pour laisser les opprimés en liberté, et pour proclamer une année acceptable pour le Seigneur. (Luc 4: 18-19)

C'était un moment décisif. J'ai ressenti un immense sentiment de audace jaillissant à l'intérieur. Le maintenant mot cela m'est venu à l'esprit que l'Église doit se lever avec courage (à nouveau) pour prêcher l'Évangile non dilué sans crainte ni compromis, en saison ou en dehors. 

 

À quoi sert-il?

Cela m'a amené à un autre moment, beaucoup moins édifiant, mais non moins mobilisateur. Dans son homélie, un prêtre qui réside à Jérusalem a déclaré: «Nous n'avons pas besoin de convertir les musulmans, les juifs ou d'autres. Convertissez-vous et laissez Dieu les convertir. Je me suis assis là un peu abasourdi au début. Puis les paroles de saint Paul ont inondé mon esprit:

Mais comment invoquer celui en qui ils n'ont pas cru? Et comment peuvent-ils croire en celui dont ils n'ont pas entendu parler? Et comment peuvent-ils entendre sans quelqu'un pour prêcher? Et comment les gens peuvent-ils prêcher s'ils ne sont pas envoyés? Comme il est écrit: «Que sont beaux les pieds de ceux qui apportent [la] bonne nouvelle!» (Rom 10: 14-15)

Je me suis dit, Si nous n'avons pas besoin de «convertir» les non-croyants, alors pourquoi Jésus a-t-il souffert et est-il mort? Pourquoi Jésus a-t-il parcouru ces terres si ce n'est pour appeler les perdus à la conversion? Pourquoi l'Église existe-t-elle autrement que pour continuer la mission de Jésus: apporter la bonne nouvelle aux pauvres et proclamer la liberté aux captifs? Oui, j'ai trouvé ce moment incroyablement mobilisateur. «Non Jésus, tu n'es pas mort en vain! Vous n'êtes pas venu nous apaiser mais nous sauver de notre péché! Seigneur, je ne laisserai pas ta mission mourir en moi. Je ne laisserai pas une fausse paix supplanter la vraie paix que vous êtes venu apporter!

L'Écriture dit que c'est «Par grâce, vous avez été sauvé par la foi.» Eph 2: 8 Mais…

… La foi vient de ce qui est entendu, et ce qui est entendu vient de la parole du Christ. (Romains 10:17)

Les musulmans, les juifs, les hindous, les bouddhistes et toutes sortes de non-croyants doivent entendre l'Évangile du Christ afin qu'eux aussi aient l'occasion de recevoir le don de la foi. Mais il y a un politiquement correct la notion que nous sommes simplement appelés à «vivre dans la paix» et la «tolérance», et l'idée que les autres religions sont également des chemins valables vers le même Dieu. Mais c'est au mieux trompeur. Jésus-Christ a révélé qu'il est "Le chemin, la vérité et la vie" et que "Personne ne vient au Père que par" Lui. Jn 14: 6 Saint Paul a écrit que nous devrions en effet «Luttez pour la paix avec tout le monde», mais ensuite il ajoute aussitôt: «Veillez à ce que personne ne soit privé de la grâce de Dieu.» Heb 12: 14-15 La paix permet le dialogue; mais dialogue must conduire à la proclamation de la Bonne Nouvelle.

L'Église respecte et estime ces religions non chrétiennes parce qu'elles sont l'expression vivante de l'âme de vastes groupes de personnes. Ils portent en eux l'écho de milliers d'années de recherche de Dieu, une quête incomplète mais souvent faite avec une grande sincérité et droiture de cœur. Ils possèdent un impressionnant patrimoine de textes profondément religieux. Ils ont appris à des générations de gens à prier. Elles sont toutes imprégnées d'innombrables «graines de la Parole» et peuvent constituer une véritable «préparation à l'Évangile»… [Mais] ni le respect et l'estime de ces religions, ni la complexité des questions soulevées ne sont une invitation à l'Église à retenir de ces non-chrétiens la proclamation de Jésus-Christ. Au contraire, l'Église soutient que ces multitudes ont le droit de connaître les richesses du mystère du Christ - richesses dans lesquelles nous croyons que l'humanité tout entière peut trouver, dans une plénitude insoupçonnée, tout ce qu'elle cherche à tâtons concernant Dieu, l'homme et son destin, sa vie et sa mort, et sa vérité. —PAPE ST. PAUL VI, Evangelii Nuntiandi, n.m. 53 ; vatican.va

Ou, cher ami, est 'la paix de Dieu qui surpasse toute compréhension' (Ph 4, 7) réservé à nous seuls chrétiens? Est la formidable guérison qui vient de connaissance et entendre celui-là est pardonné dans la confession destinée à quelques-uns seulement? Le Pain de vie réconfortant et spirituellement nourrissant, ou la puissance du Saint-Esprit de libérer et de transformer, ou les commandements et enseignements du Christ qui donnent la vie, sont-ils quelque chose que nous gardons pour nous-mêmes pour ne pas «offenser»? Voyez-vous à quel point ce genre de pensée est égoïste en fin de compte? D'autres ont un bon entendre l'Evangile depuis le Christ «Veut que chacun soit sauvé et parvienne à la connaissance de la vérité.»  1 Timothy 2: 4

Tous ont le droit de recevoir l'Évangile. Les chrétiens ont le devoir d'annoncer l'Évangile sans exclure personne. — PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, n ° 15

 

PROPOSER, NE PAS IMPOSER

Il faut soigneusement distinguer entre imposant et proposer l'Évangile de Jésus-Christ - entre «prosélytisme» versus "évangélisme." Dans son Note doctrinale sur certains aspects de l'évangélisation, la Congrégation de la Doctrine de la Foi a précisé que le terme «prosélytisme» ne se réfère plus simplement à «l'activité missionnaire».

Plus récemment… le terme a pris une connotation négative, pour signifier la promotion d'une religion en utilisant des moyens et pour des motifs contraires à l'esprit de l'Évangile; c'est-à-dire qui ne sauvegardent pas la liberté et la dignité de la personne humaine. —Cf. note de bas de page n. 49

Par exemple, le prosélytisme ferait référence à l'impérialisme pratiqué par certaines nations et même certains hommes d'Église qui ont imposé l'Évangile à d'autres cultures et peuples. Mais Jésus n'a jamais contraint; Il a seulement invité. 

Le Seigneur ne fait pas de prosélytisme; Il donne de l'amour. Et cet amour vous cherche et vous attend, vous qui en ce moment ne croyez pas ou êtes loin. —POPE FRANÇOIS, Angélus, Place Saint-Pierre, 6 janvier 2014; Nouvelles catholiques indépendantes

L'Église ne fait pas de prosélytisme. Au lieu de cela, elle grandit par «attraction»… —POPE BENOÎT XVI, Homélie pour l'ouverture de la Cinquième Conférence générale des évêques d'Amérique latine et des Caraïbes, 13 mai 2007; vatican.va

Ce serait certainement une erreur d'imposer quelque chose à la conscience de nos frères. Mais proposer à leurs consciences la vérité de l'Évangile et du salut en Jésus-Christ, en toute clarté et dans le respect total des options libres qu'il présente… loin d'être une atteinte à la liberté religieuse, c'est respecter pleinement cette liberté… Pourquoi le faire seuls le mensonge et l'erreur, l'avilissement et la pornographie ont le droit d'être mis devant les gens et souvent, malheureusement, leur sont imposés par la propagande destructrice des médias de masse…? La présentation respectueuse du Christ et de son royaume est plus que le droit de l'évangélisateur; c'est son devoir. —PAPE ST. PAUL VI, Evangelii Nuntiandi, n.m. 80 ; vatican.va

Le revers de la médaille est une sorte d'indifférentisme religieux qui met fin à la «paix» et à la «coexistence». Si vivre en paix est utile et souhaitable, il n'est pas toujours possible pour le chrétien dont le devoir est de faire connaître le chemin du salut éternel. Comme Jésus l'a dit, «Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre. Je suis venu pour apporter non pas la paix mais l'épée. Matt 10: 34

Sinon, nous devons des excuses à beaucoup de martyrs. 

… Il ne suffit pas que le peuple chrétien soit présent et organisé dans une nation donnée, ni de mener un apostolat à titre d'exemple. Ils sont organisés à cet effet, ils sont présents pour cela: annoncer le Christ à leurs concitoyens non chrétiens par la parole et l'exemple, et les aider à la pleine réception du Christ. - Concile Vatican II, Ad Gentes, n.m. 15 ; vatican.va

 

LE MOT DOIT ÊTRE PARLÉ

Vous avez probablement entendu la phrase accrocheuse attribuée à saint François: «Prêchez l'Évangile à tout moment et, si nécessaire, utilisez des mots». En fait, il n'y a aucune preuve documentée que saint François ait jamais dit une telle chose. Cependant, il existe de nombreuses preuves que ces mots ont été utilisés pour s'excuser de prêcher le nom et le message de Jésus-Christ. Bien sûr, presque tout le monde embrassera notre gentillesse et notre service, notre bénévolat et notre justice sociale. Celles-ci sont nécessaires et, en fait, font de nous des témoins crédibles de l'Évangile. Mais si nous en restons là, si nous rougissons de partager «la raison de notre espoir», 1 Peter 3: 15 alors nous privons les autres du message qui change la vie que nous possédons - et mettons notre propre salut en danger.

… Le plus beau témoignage se révélera inefficace à long terme s'il n'est pas expliqué, justifié… et rendu explicite par une proclamation claire et sans équivoque du Seigneur Jésus. La Bonne Nouvelle proclamée par le témoignage de vie doit tôt ou tard être proclamée par la parole de vie. Il n'y a pas de véritable évangélisation si le nom, l'enseignement, la vie, les promesses, le royaume et le mystère de Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu ne sont pas proclamés. —PAPE ST. PAUL VI, Evangelii Nuntiandi, n.m. 22 ; vatican.va

Quiconque a honte de moi et de mes paroles dans cette génération infidèle et pécheresse, le Fils de l'homme aura honte quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. (Marc 8:38)

Mon voyage en Terre Sainte m'a fait réaliser plus profondément comment Jésus n'est pas venu sur cette terre pour nous caresser le dos, mais pour nous rappeler. Ce n'était pas seulement sa mission mais la directive qui nous a été donnée, son Église:

Allez dans le monde entier et proclamez l'Évangile à chaque créature. Quiconque croira et sera baptisé sera sauvé; quiconque ne croira pas sera condamné. (Marc 15: 15-16)

Au monde entier! A toute la création! Jusqu'au bout du monde! —PAPE ST. PAUL VI, Evangelii Nuntiandi, n.m. 50 ; vatican.va

Il s'agit d'une commission pour chaque chrétien baptisé, pas seulement pour le clergé, les religieux ou une poignée de ministres laïcs. C'est «la mission essentielle de l'Église». Evangelii Nuntiandi, n.m. 14 ; Vatican.va Nous sommes tous responsables d'apporter la lumière et la vérité du Christ quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons. Si cela nous met mal à l'aise ou est une cause de peur et de honte ou si nous ne savons pas quoi faire… alors nous devons implorer le Saint-Esprit que saint Paul VI appelle «l'agent principal de l'évangélisation» Evangelii Nuntiandi, n.m. 75 ; vatican.va pour nous donner du courage et de la sagesse. Sans le Saint-Esprit, même les apôtres étaient impuissants et craintifs. Mais après la Pentecôte, non seulement ils sont allés aux extrémités de la terre, mais ils ont donné leur vie même dans le processus.

Jésus n'a pas pris notre chair et n'a pas marché parmi nous pour nous donner une accolade de groupe, mais pour nous sauver du chagrin du péché et ouvrir de nouveaux horizons de joie, de paix et de vie éternelle. Serez-vous l'une des rares voix au monde à partager cette Bonne Nouvelle?

J'aimerais que nous ayons tous, après ces jours de grâce, le courage ...le courage- marcher en présence du Seigneur, avec la croix du Seigneur: édifier l'Église sur le sang du Seigneur, qui est versé sur la croix, et professer la seule gloire, le Christ crucifié. De cette manière, l'Église ira de l'avant. —POPE FRANÇOIS, Première Homélie, actualités.va

 

The Now Word est un ministère à plein temps qui
continue par votre soutien.
Bénissez-vous et merci. 

Pour voyager avec Mark dans The Now Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour vous inscrire.
Votre e-mail ne sera communiqué à personne.

 

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 Eph 2: 8
2 Jn 14: 6
3 Heb 12: 14-15
4 1 Timothy 2: 4
5 Matt 10: 34
6 1 Peter 3: 15
7 Evangelii Nuntiandi, n.m. 14 ; Vatican.va
8 Evangelii Nuntiandi, n.m. 75 ; vatican.va
Publié dans ACCUEIL, FOI ET MORALE.