À propos

MARC MALLET est un chanteur / compositeur catholique romain et missionnaire. Il a joué et prêché partout en Amérique du Nord et à l'étranger.

Les messages affichés sur ce site sont le fruit de la prière et du ministère. Toute publication contenant des éléments de «révélation privée» a été soumise au discernement du directeur spirituel de Marc.

Visitez le site Web officiel de Mark et explorez sa musique et son ministère à:
www.markmallet.com

Notre politique de confidentialité

Contact

Une lettre de recommandation de l'évêque de Mark, le révérend Mark Hagemoen du diocèse de Saskatoon, SK:

Ce qui suit est un extrait du livre de Mark, La confrontation finale... et explique l'impulsion derrière ce blog.

The Calling

MY mes jours en tant que journaliste de télévision ont finalement pris fin et mes jours en tant qu'évangéliste catholique et chanteur / compositeur à plein temps ont commencé. C'est dans cette phase de mon ministère que tout à coup une nouvelle mission m'a été donnée ... une qui forme l'impulsion et le contexte de ce livre. Car vous verrez que j'ai ajouté certaines de mes propres pensées et «paroles» que j'ai reçues par la prière et discernées dans une direction spirituelle. Ils sont peut-être comme de petites lumières pointant vers la Lumière de la Révélation Divine. Ce qui suit est une histoire pour expliquer davantage cette nouvelle mission ...

En août 2006, j'étais assis au piano en train de chanter une version de la partie de la messe «Sanctus», que j'avais écrite: «Holy, Holy, Holy ...» Soudain, j'ai ressenti une forte envie d'aller prier devant le Saint Sacrement.

À l'église, j'ai commencé à prier l'Office (les prières officielles de l'Église en dehors de la messe). J'ai immédiatement remarqué que «l'hymne» était les mêmes mots que je venais de chanter: «Saint, saint, saint! Seigneur Dieu tout-puissant ...«Mon esprit a commencé à s'accélérer. J'ai continué, en priant les paroles du psalmiste: «J'apporte l'holocauste dans votre maison; à toi, je paierai mes vœux… »Dans mon cœur jaillit un grand désir de me donner complètement à Dieu, d'une manière nouvelle, à un niveau plus profond. J'expérimentais la prière du Saint-Esprit qui «intercède avec des gémissements inexprimables»(Rom 8:26).

Alors que je parlais avec le Seigneur, le temps semblait se dissoudre. Je lui ai fait des vœux personnels, tout en ressentant en moi un zèle grandissant pour les âmes. Et donc j'ai demandé, si c'était Sa volonté, une plus grande plate-forme à partir de laquelle partager la Bonne Nouvelle. J'avais le monde entier en tête! (En tant qu'évangéliste, pourquoi voudrais-je jeter mon filet à une courte distance du rivage? Je voulais le traîner sur toute la mer!) Soudain, c'était comme si Dieu répondait par les prières de l'Office. La première lecture était tirée du livre d'Isaïe et était intitulée «L'appel du prophète Isaïe».

Des séraphins étaient postés au-dessus; chacun d'eux avait six ailes: avec deux, ils se voilaient le visage, avec deux, ils se voilaient les pieds, et avec deux, ils planaient en altitude. «Saint, saint, saint est le Seigneur des armées!» ils ont pleuré l'un à l'autre. (Esaïe 6: 2-3)

J'ai continué à lire comment les séraphins se sont ensuite envolés vers Ésaïe, touchant ses lèvres avec une braise, sanctifiant sa bouche pour la mission à venir. "Qui dois-je envoyer? Qui ira pour nous?»Isaïe a répondu:«Me voici, envoie-moi!»Encore une fois, c'était comme si ma conversation spontanée précédente se déroulait sous forme imprimée. La lecture a continué en disant qu'Ésaïe sera envoyé à un peuple qui écoute mais ne comprend pas, qui regarde mais ne voit rien. Les Ecritures semblent impliquer que les gens seront guéris une fois qu'ils auront écouté et regardé. Mais quand, ou "combien de temps?»Demande Isaïe. Et le Seigneur répondit: «Jusqu'à ce que les villes soient désolées, sans habitants, sans maisons, sans homme, et que la terre soit un désert désolé.»C'est-à-dire quand l'humanité a été humiliée et mise à genoux.

La deuxième lecture était de saint Jean Chrysostome, des mots qui semblaient m'être adressés directement:

Tu es le sel de la terre. Ce n'est pas pour vous, dit-il, mais pour le bien du monde que la parole vous est confiée. Je ne vous envoie pas seulement dans deux villes ou dans dix ou vingt, pas dans une seule nation, comme j'ai envoyé les prophètes d'autrefois, mais à travers terre et mer, dans le monde entier. Et ce monde est dans un état misérable ... il exige de ces hommes ces vertus qui sont particulièrement utiles et même nécessaires s'ils doivent supporter le fardeau de beaucoup ... ils doivent être des enseignants non seulement pour les Palestiniens mais pour l'ensemble. monde. Ne soyez donc pas surpris, dit-il, que je m'adresse à vous en dehors des autres et que je vous entraîne dans une entreprise aussi dangereuse ... plus les entreprises sont grandes entre vos mains, plus vous devez être zélé. Lorsqu'ils vous maudissent, vous persécutent et vous accusent de tout mal, ils peuvent avoir peur de se manifester. C'est pourquoi il dit: «Si vous n'êtes pas préparé à ce genre de choses, c'est en vain que je vous ai choisi. Les malédictions seront nécessairement votre lot mais elles ne vous feront pas de mal et seront simplement un témoignage de votre constance. Si, par peur, vous ne parvenez pas à montrer la force requise par votre mission, votre sort sera bien pire. —St. Jean Chrysostome, Liturgie des heures, vol. IV, p. 120-122

La dernière phrase m'a vraiment frappé, car la nuit précédente, je m'inquiétais de ma peur de prêcher puisque je n'ai pas de collier clérical, pas de diplôme théologique et [huit] enfants à subvenir aux besoins. Mais cette crainte a été répondue dans le récit suivant: «Vous recevrez de la puissance lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous - et vous serez mes témoins jusqu'aux extrémités de la terre.»
À ce moment-là, j'étais submergé par ce que le Seigneur semblait me dire: que j'étais appelé à exercer le charisme prophétique ordinaire. D'une part, j'ai pensé qu'il était plutôt présomptueux de penser une telle chose. De l'autre, je ne pouvais pas expliquer les grâces surnaturelles qui jaillissaient en moi.
Ma tête tourne et mon cœur s'enflamme, je suis rentré chez moi et j'ai ouvert ma Bible et j'ai lu:

Je me tiendrai à mon poste de garde, je me stationnerai sur le rempart, et je veillerai pour voir ce qu'il me dira et quelle réponse il donnera à ma plainte. (Habb 2: 1)

C'est en fait ce que le Pape Jean-Paul II a demandé à nous, les jeunes, lorsque nous nous sommes réunis avec lui à la Journée mondiale de la jeunesse à Toronto, au Canada, en 2002:

Au cœur de la nuit, nous pouvons nous sentir effrayés et inquiets, et nous attendons avec impatience la venue de la lumière de l'aube. Chers jeunes, c'est à vous d'être les sentinelles du matin (cf. Is 21, 11-12) qui annoncent la venue du soleil qui est le Christ ressuscité! —Message du Saint-Père aux Jeunes du Monde, XVIIe Journées Mondiales de la Jeunesse, n. 3

Les jeunes se sont montrés pour Rome et pour l'Église un don spécial de l'Esprit de Dieu… Je n'ai pas hésité à leur demander de faire un choix radical de foi et de vie et de leur présenter une tâche formidable: devenir «matin veilleurs »à l'aube du nouveau millénaire. —POPE JEAN-PAUL II, Novo Millennio Inuente, n ° 9

Cet appel à «regarder» a été répété par le pape Benoît XVI en Australie lorsqu'il a demandé aux jeunes d'être les messagers d'une nouvelle ère:

Forte de l'Esprit et s'appuyant sur la riche vision de la foi, une nouvelle génération de chrétiens est appelée à aider à bâtir un monde dans lequel le don de la vie de Dieu est accueilli, respecté et chéri - non rejeté, craint comme une menace et détruit. Une nouvelle ère où l'amour n'est ni avide ni égoïste, mais pur, fidèle et véritablement libre, ouvert aux autres, respectueux de leur dignité, à la recherche de leur bien, rayonnant de joie et de beauté. Une nouvelle ère dans laquelle l'espoir nous libère de la superficialité, de l'apathie et de l'absorption de soi qui endormissent nos âmes et empoisonnent nos relations. Chers jeunes amis, le Seigneur vous demande d'être les prophètes de ce nouvel âge ... —POPE BENOÎT XVI, Homélie, Journée mondiale de la jeunesse, Sydney, Australie, 20 juillet 2008

Finalement, j'ai ressenti le besoin d'ouvrir le Catéchisme - un volume de 904 pages - et, sans savoir ce que j'allais trouver, je me suis tourné directement vers ceci:

Dans leurs rencontres «un à un» avec Dieu, les prophètes puisent la lumière et la force pour leur mission. Leur prière n'est pas une fuite de ce monde infidèle, mais plutôt une attention à la Parole de Dieu. Parfois, leur prière est un argument ou une plainte, mais c'est toujours une intercession qui attend et prépare l'intervention du Sauveur de Dieu, le Seigneur de l'histoire. -Catéchisme de l'Eglise catholique (CEC), 2584, sous le titre: «Élie et les prophètes et conversion du cœur»

La raison pour laquelle j'écris ce qui précède n'est pas de déclarer que je suis un prophète. Je suis simplement un musicien, un père et un disciple du charpentier de Nazareth. Ou comme le dit le directeur spirituel de ces écrits, je suis simplement «le petit courrier de Dieu». Avec la force de cette expérience devant le Saint Sacrement et les assurances que j'ai reçues par la direction spirituelle, j'ai commencé à écrire selon les paroles qui étaient placées dans mon cœur et basées sur ce que je pouvais voir sur le «rempart».

Le commandement de Notre-Dame à Sainte Catherine Labouré résume peut-être le mieux ce que mon expérience personnelle a été:

Vous verrez certaines choses; Rendez compte de ce que vous voyez et entendez. Vous serez inspiré dans vos prières; rends compte de ce que je te dis et de ce que tu comprendras dans tes prières. -St. Catherine, Un autographe, 7 février 1856, Dirvin, Sainte Catherine Labouré, Archives des Filles de la Charité, Paris, France; p.84


 

Prophètes, vrais prophètes, ceux qui risquent leur cou pour proclamer «la vérité»
même si inconfortable, même si «ce n'est pas agréable à écouter» ...
«Un vrai prophète est celui qui est capable de pleurer pour le peuple
et de dire des choses fortes en cas de besoin. "
L'Église a besoin de prophètes. Ce genre de prophètes.
«Je vais en dire plus: elle a besoin de nous tous être des prophètes. "

—POPE FRANÇOIS, Homélie, Santa Marta; 17 avril 2018; Vatican Insider

Les commentaires sont fermés.