Babylone maintenant

 

Il est un passage surprenant dans le livre de l'Apocalypse, qui pourrait facilement être manqué. Il parle de « Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre » (Ap 17 :5). Parmi ses péchés, pour lesquels elle est jugée "en une heure" (18:10), c'est que ses "marchés" commercent non seulement en or et en argent, mais en humains.

Les marchands de la terre pleureront et pleureront sur elle, parce qu'il n'y aura plus de marchés pour leur cargaison : leur cargaison d'or, d'argent, de pierres précieuses et de perles ; du fin lin, de la soie pourpre et du drap écarlate… et des esclaves, c'est-à-dire des êtres humains. (Apoc 18:11-14)

S'adressant à ce passage, le pape Benoît XVI a dit de manière assez prophétique :

Le Livre de l'Apocalypse inclut parmi les grands péchés de Babylone - le symbole des grandes villes irréligieuses du monde - le fait qu'elle fait le commerce des corps et des âmes et les traite comme des marchandises (Cf. Tour 18: 13). Dans ce contexte, le problème de la drogue pointe également le bout de son nez et étend avec une force croissante ses tentacules de pieuvre dans le monde entier, expression éloquente de la tyrannie de Mammon qui pervertit l'humanité. Aucun plaisir ne suffit jamais, et l'excès d'ivresse trompeuse devient une violence qui déchire des régions entières — et tout cela au nom d'une fatale méconnaissance de la liberté qui sape en fait la liberté de l'homme et finit par la détruire. —POPE BENOÎT XVI, à l'occasion des voeux de Noël, 20 décembre 2010; http://www.vatican.va/

In Mystère BabyloneJ'ai noté comment plusieurs facteurs pointent vers les États-Unis comme un candidat solide pour ce que St. John décrit comme « le mère de prostituées. Cela remonte à ses racines maçonniques et au rôle des États-Unis dans la propagation de « démocraties éclairées » par la « colonisation idéologique ».

Je mentionne cela à cause d'une statistique surprenante qui a émergé à la fin de Le son de la liberté, un nouveau film mettant en lumière la réalité tragique de la traite des êtres humains, en particulier celle des enfants. Selon le film, la traite des êtres humains est une entreprise criminelle mondiale de 150 milliards de dollars et les États-Unis sont n ° 1 en matière de trafic.

Autres faits : cf. https://www.angel.com/blog/sound-of-freedom

  • Plus de 500,000 XNUMX enfants disparaissent chaque année rien qu'aux États-Unis

  • Plus de 50% des victimes ont entre 12 et 15 ans

  • 25% de la pédopornographie est créée par un voisin ou un membre de la famille

  • Plus de 500,000 XNUMX prédateurs sexuels en ligne sont actifs chaque jour 

  • Plus de 80 % des crimes sexuels contre des enfants commencent sur les réseaux sociaux

  • En 2021, il existe 252,000 XNUMX sites Web contenant des images ou des vidéos d'enfants victimes d'abus sexuels

  • Et dans le monde, 27 % des victimes de la traite des êtres humains sont des enfants

En fait, le film déclare qu'il y a plus d'esclaves aujourd'hui qu'à tout autre moment de l'histoire de l'humanité - encore plus que lorsque l'esclavage était légal.

 

Pourri jusqu'à la moelle

À propos de l'explosion du trafic d'enfants, Benoît XVI a déclaré dans ce discours puissant :

Pour résister à ces forces, nous devons porter notre attention sur leurs fondements idéologiques. Dans les années 1970, la pédophilie était théorisée comme quelque chose de pleinement conforme à l'homme et même aux enfants. Ceci, cependant, faisait partie d'une perversion fondamentale du concept de génie. Il a été soutenu - même dans le domaine de la théologie catholique - qu'il n'y a pas de mal en soi ou de bien en soi. Il n'y a qu'un "mieux que" et un "pire que". Rien n'est bon ou mauvais en soi. Tout dépend des circonstances et du but visé. Tout peut être bon ou mauvais, selon les objectifs et les circonstances. La morale est remplacée par un calcul des conséquences, et dans le processus, elle cesse d'exister. Les effets de ces théories sont évidents aujourd'hui. —A l'occasion des Vœux de Noël, le 20 décembre 2010 ; http://www.vatican.va/

En d'autres termes, nous devons reconnaître que rien ne changera tant que la vérité restera soumise à l'ego plutôt qu'aux absolus.

Nous traversons donc une « dictature du relativisme » "... une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif, et qui ne laisse comme mesure ultime que son ego et ses désirs." —Cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI) homélie pré-conclave, 18 avril 2005″ qui s'impose maintenant aux plus hauts niveaux de gouvernance. Les Nations Unies et l'Organisation mondiale de la santé poussent collectivement un programme d'éducation sexuelle radicale obligatoire qui commencerait à sexualiser les enfants à l'âge de quatre ou cinq ans. Orientations techniques internationales sur l'éducation sexuelle, cf. p. 71 À la page 40 du « Normes d'éducation sexuelle», les écoles sont chargées d'enseigner aux enfants de quatre ans les « relations homosexuelles ». Dans le Orientations techniques internationales sur l'éducation sexuelle, les enfants de neuf ans apprennent à se masturber. Cela devient seulement plus graphique à partir de là (voir toutes les ressources des ONG ici). Cela a conduit à des accusations selon lesquelles les Nations Unies « préparent » essentiellement des enfants à avoir des relations sexuelles avec des adultes. Au niveau local, cela est soutenu par des établissements scolaires qui promeuvent activement « l'heure du conte » pour les enfants par des hommes gays et transgenres habillés en drag. cf. Désorientation diabolique

Le son de la liberté repousse cette tendance diabolique. L'une de ses lignes persistantes est que "les enfants de Dieu ne sont pas à vendre". Le prédécesseur du pape Benoît XVI était bien conscient que notre génération "progressiste" ne se dirigeait pas vers la libération humaine, mais précisément le contraire - et il l'a formulé en termes tout aussi apocalyptiques :

Ce monde merveilleux, si aimé du Père qu'il a envoyé son Fils unique pour son salut, est le théâtre d'un combat sans fin pour notre dignité et notre identité en tant que personnes libres et spirituelles. êtres. Cette lutte est parallèle au combat apocalyptique décrit dans (Apocalypse 12). La Mort lutte contre la Vie : une « culture de la mort » cherche à s'imposer à notre désir de vivre, et de vivre pleinement. Il y a ceux qui rejettent la lumière de la vie, préférant « les œuvres stériles des ténèbres » (Ep 5, 11). Leur moisson est l'injustice, la discrimination, l'exploitation, la tromperie, la violence…. —POPE JEAN PAUL II, Homélie, Homélie du parc d'état de Cherry Creek, Denver, Colorado, 15 août 1993; vatican.va

Le personnage central du film, inspiré d'une histoire vraie, est joué par l'acteur catholique Jim Caviezel. À la fin, il lance un appel émotionnel à tout le monde pour faire passer le mot de ces horreurs actuelles. Oui, je pense que c'est absolument nécessaire, et j'espère que vous vous joindrez à moi pour exhorter tous ceux que vous connaissez à voir ce film. Mais suffira-t-il à une culture qui semble pourrie jusqu'à la moelle, une génération à qui la Sainte Mère dit désormais régulièrement :

Vous vivez une époque pire que celle du Déluge, et le moment est venu de votre retour. —27 juin 2023, au Pedro Régis

Le péché est devenu institutionnalisé, ce que nous pourrions appeler des « structures du péché » en raison de la prévalence et de l'apathie à son égard. « Les péchés engendrent des situations sociales et des institutions contraires à la bonté divine. Les « structures du péché » sont l'expression et l'effet des péchés personnels. Ils conduisent leurs victimes à faire le mal à leur tour. Dans un sens analogue, ils constituent un « péché social ». » — Catéchisme de l'Église catholique, 1869 Pourtant, il reste que le péché est un choix personnel — il y a une responsabilité personnelle pour chacun de nous de s'en repentir et de s'y opposer, selon nos capacités :

Il s'agit des péchés très personnels de ceux qui causent ou entretiennent le mal ou qui l'exploitent ; de ceux qui sont en mesure d'éviter, d'éliminer ou du moins de limiter certains maux sociaux mais qui n'y parviennent pas par paresse, peur ou conspiration du silence, par complicité secrète ou par indifférence ; de ceux qui se réfugient dans l'impossibilité supposée de changer le monde et aussi de ceux qui évitent l'effort et le sacrifice requis, produisant des raisons spécieuses d'ordre supérieur. La vraie responsabilité incombe donc aux individus. —LE PAPE JEAN-PAUL II, Exhortation apostolique post-synodale, Réconciliation et Paenitentia, n° 16

 

La purification est inévitable

Comme me l'a dit un lecteur américain il y a des années :

Nous savons que l'Amérique a péché contre la plus grande lumière; d'autres nations sont tout aussi pécheuses, mais aucune n'a fait prêcher et proclamer l'Évangile comme l'Amérique l'a fait. Dieu jugera ce pays pour tous les péchés qui crient au ciel… C'est une étalage éhonté de l'homosexualité, le meurtre de millions de bébés à naître, le divorce effréné, la luxure, la pornographie, la maltraitance des enfants, les pratiques occultes et ainsi de suite. Sans parler de l'avidité, de la mondanité et de la tiédeur de tant de personnes dans l'Église. Pourquoi une nation qui était autrefois un bastion et une forteresse du christianisme et si merveilleusement bénie par Dieu… lui a-t-elle tourné le dos? — extrait de Mystère Babylone

Tombée, tombée est Babylone la grande. Elle est devenue un repaire de démons. Elle est une cage pour tout esprit impur, une cage pour chaque oiseau impur, une cage pour chaque bête impure et dégoûtante… Hélas, hélas, grande ville, Babylone, ville puissante. Dans une heure ton jugement est venu. (Ap 18:2, 10)

Est-ce « catastrophique » ? Oui, en fait, il is malheur et tristesse (en particulier pour ceux qui sont sexuellement asservis). Ces mots, et ce film, devraient vous mettre, vous et moi, très mal à l'aise. Car tout l'Occident connaît un effondrement moral semblable à celui d'avant l'effondrement de l'Empire romain. 

Comme lors de la chute de Rome, les élites ne se soucient que d'augmenter le luxe de leur vie quotidienne et les peuples sont anesthésiés par des divertissements toujours plus vulgaires. En tant qu'évêque, il est de mon devoir d'avertir l'Occident! Les barbares sont déjà à l'intérieur de la ville. Les barbares sont tous ceux qui détestent la nature humaine, tous ceux qui piétinent le sens du sacré, tous ceux qui ne valorisent pas la vie, tous ceux qui se rebellent contre Dieu, créateur de l'homme et de la nature. - le cardinal Robert Sarah, Héraut catholique5 avril 2019; cf. Le mot africain maintenant et L'ennemi est dans nos murs

Nous ne sommes pas arrivés ici du jour au lendemain. Nous n'avons pas bâti une culture qui célèbre la nudité et la sodomie dans ses rues en une seule journée. Cela a commencé avec l'apostasie dans Église, avec la perte de son sens de la mission, de la vérité, de la sainteté du sacerdoce, à tel point que les papes déploraient déjà notre état actuel à la fin du XIXe siècle : cf. Pourquoi les papes ne crient-ils pas?

… Celui qui résiste à la vérité par malice et s'en détourne, pèche le plus gravement contre le Saint-Esprit. De nos jours, ce péché est devenu si fréquent que ces temps sombres semblent être venus, annoncés par saint Paul, dans lesquels les hommes, aveuglés par le juste jugement de Dieu, devraient prendre le mensonge pour la vérité et devraient croire au «prince de ce monde », qui est un menteur et le père de celui-ci, comme un enseignant de la vérité:« Dieu leur enverra l'opération de l'erreur, pour croire le mensonge (2 Thess. Ii., 10). Dans les derniers temps, certains s'éloigneront de la foi, prêtant attention aux esprits d'erreur et aux doctrines des démons » (1 Tim. Iv., 1). —POPE LEO XIII, Divinum Illud Munus, n° 10

Aujourd'hui, les fruits de cette apostasie sont de plus en plus partout, alors que des gros titres comme celui-ci deviennent la norme : "Plus de 1,000 XNUMX membres du clergé accusés de pédophilie dans l'Église catholique espagnole"

Nous sommes bien conscients de la gravité particulière de ce péché commis par les prêtres et de notre responsabilité correspondante. Mais nous ne pouvons pas non plus rester silencieux sur le contexte de ces temps dans lesquels ces événements ont été révélés. Il existe un marché de la pédopornographie qui semble en quelque sorte être considéré de plus en plus comme normal par la société. La destruction psychologique des enfants, dans laquelle les personnes humaines sont réduites à des marchandises, est un signe terrifiant des temps. —POPE BENOÎT XVI, à l'occasion des voeux de Noël, 20 décembre 2010; vatican.va

En effet, pendant que ma femme et nos fils regardaient Le son de la libertéJe me suis retrouvé à supplier Jésus de venir rapidement et de purifier ce monde. Et Il répond à chacun d'entre nous vivant sur la face de la terre en cette heure - nous qui vivons dans cette Babylone :

Eloignez-vous d'elle, mon peuple, pour ne pas prendre part à ses péchés et recevoir part à ses fléaux, car ses péchés sont entassés jusqu'au ciel… (Apocalypse 18:4-5)

Le son de la liberté n'est pas juste un autre film de "justice sociale". C'est un coup de trompette du Ciel.

La menace du jugement nous concerne aussi,
l'Église en Europe, l'Europe et l'Occident en général…
le Seigneur crie aussi à nos oreilles…
« Si tu ne te repens pas, je viendrai à toi
et ôte ton chandelier de sa place.
La lumière peut aussi nous être enlevée
et nous ferions bien de laisser retentir cet avertissement
avec tout son sérieux dans nos cœurs,
en criant au Seigneur : « Aide-nous à nous repentir !
 

— PAPE BENOÎT XVI, Homélie d'ouverture, 
Synode des évêques, 2 octobre 2005, Rome

 

Lecture connexe

La chute de la mystère Babylone

L'effondrement imminent de l'Amérique

 

Soutenez le ministère à plein temps de Mark :

 

avec Nihil Obstat

 

Pour voyager avec Mark dans The Now Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour vous inscrire.
Votre e-mail ne sera communiqué à personne.

Maintenant sur Telegram. Cliquez sur:

Suivez Mark et les « signes des temps » quotidiens sur MeWe :


Suivez les écrits de Mark ici:

Écouter sur les réseaux suivants :


 

 
Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 cf. https://www.angel.com/blog/sound-of-freedom
2 "... une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif, et qui ne laisse comme mesure ultime que son ego et ses désirs." —Cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI) homélie pré-conclave, 18 avril 2005″
3 Orientations techniques internationales sur l'éducation sexuelle, cf. p. 71
4 cf. Désorientation diabolique
5 « Les péchés engendrent des situations sociales et des institutions contraires à la bonté divine. Les « structures du péché » sont l'expression et l'effet des péchés personnels. Ils conduisent leurs victimes à faire le mal à leur tour. Dans un sens analogue, ils constituent un « péché social ». » — Catéchisme de l'Église catholique, 1869
6 cf. Pourquoi les papes ne crient-ils pas?
Publié dans ACCUEIL, LA DURE VÉRITÉ.