Communion dans la main? Pt. je

 

DEPUIS la réouverture progressive dans de nombreuses régions des messes cette semaine, plusieurs lecteurs m'ont demandé de commenter la restriction que plusieurs évêques mettent en place selon laquelle la Sainte Communion doit être reçue «dans la main». Un homme a dit que lui et sa femme avaient reçu la communion «sur la langue» pendant cinquante ans, et jamais dans la main, et que cette nouvelle interdiction les avait mis dans une position inacceptable. Un autre lecteur écrit:Lire la suite

Vidéo: sur les prophètes et la prophétie

 

ARCHEVÊQUE Rino Fisichella a dit un jour,

Affronter le sujet de la prophétie aujourd'hui, c'est un peu comme regarder une épave après un naufrage. - «Prophétie» dans Dictionnaire de théologie fondamentale, p. 788

Dans cette nouvelle webémission, Mark Mallett aide le spectateur à comprendre comment l'Église aborde les prophètes et la prophétie et comment nous devrions les voir comme un don à discerner et non comme un fardeau à porter.Lire la suite

Qui est sauvé? Partie II

 

"QUEL de ceux qui ne sont pas catholiques ou qui ne sont ni baptisés ni qui n'ont entendu l'Evangile? Sont-ils perdus et damnés en enfer? C'est une question sérieuse et importante qui mérite une réponse sérieuse et véridique.

Lire la suite

Qui est sauvé? Partie I

 

 

CAN tu le sens? Peux-tu le voir? Il y a un nuage de confusion qui descend sur le monde, et même sur des secteurs de l'Église, qui obscurcit ce qu'est le vrai salut. Même les catholiques commencent à remettre en question les absolus moraux et à savoir si l'Église est simplement intolérante - une institution âgée qui a pris du retard sur les dernières avancées en psychologie, en biologie et en humanisme. Cela génère ce que Benoît XVI a appelé une «tolérance négative» selon laquelle, pour «n'offenser personne», tout ce qui est jugé «offensant» est aboli. Mais aujourd'hui, ce qui est réellement jugé offensant n'est plus enraciné dans la loi morale naturelle mais est motivé, dit Benoît, mais par «le relativisme, c'est-à-dire se laisser bousculer et 'emporter par tous les vents d'enseignement'» [1]Cardinal Ratzinger, Homélie pré-conclave, 18 avril 2005 à savoir, quel que soit "politiquement correct." Et ainsi,Lire la suite

Notes

Notes
1 Cardinal Ratzinger, Homélie pré-conclave, 18 avril 2005

Lâches canadiens

 

IN ce qui n'est pas surprenant, le candidat «conservateur» canadien aux prochaines élections fédérales a annoncé sa position sur le sort des enfants à naître dans notre pays:Lire la suite

Malheur à moi!

 

OH, quel été ce fut! Tout ce que j'ai touché est devenu poussière. Véhicules, machinerie, électronique, électroménagers, pneus… presque tout est cassé. Quelle implosion de la matière! J'ai vécu personnellement les paroles de Jésus:Lire la suite

Récupérer qui nous sommes

 

Rien ne nous reste donc, mais inviter ce monde pauvre qui a versé tant de sang, a creusé tant de tombes, a détruit tant d'ouvrages, a privé tant d'hommes de pain et de travail, il ne nous reste rien d'autre, disons-nous , mais pour l'inviter dans les paroles aimantes de la sainte liturgie: «Sois converti au Seigneur ton Dieu». —PAPE PIE XI, Caritate Christi Compulsi, 3 mai 1932; vatican.va

… Nous ne pouvons oublier que l'évangélisation consiste avant tout à prêcher l'Évangile ceux qui ne connaissent pas Jésus-Christ ou qui l'ont toujours rejeté. Beaucoup d'entre eux cherchent tranquillement Dieu, animés par un désir ardent de voir son visage, même dans les pays de l'ancienne tradition chrétienne. Tous ont le droit de recevoir l'Évangile. Les chrétiens ont le devoir d'annoncer l'Évangile sans exclure qui que ce soit… Jean-Paul II nous a demandé de reconnaître qu '«il ne doit y avoir aucune diminution de l'élan de prêcher l'Évangile» à ceux qui sont loin du Christ, «parce que c'est la première tâche de l'église". — PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, n.m. 15 ; vatican.va

 

Lire la suite

La flèche divine

 

Le temps que j'ai passé dans la région d'Ottawa / Kingston au Canada a été fort au cours de six soirées avec des centaines de personnes de la région. Je suis venu sans discours ni notes préparés avec seulement le désir de dire «maintenant la parole» aux enfants de Dieu. Grâce en partie à vos prières, beaucoup ont fait l'expérience du Christ l'amour inconditionnel et la présence plus profondément alors que leurs yeux se sont rouverts à la puissance des sacrements et de sa Parole. Parmi les nombreux souvenirs persistants, il y a une conférence que j'ai donnée à un groupe d'élèves du premier cycle du secondaire. Par la suite, une fille est venue vers moi et m'a dit qu'elle expérimentait la Présence et la guérison de Jésus d'une manière profonde… puis s'est effondrée et a pleuré dans mes bras devant ses camarades de classe.

Le message de l'Évangile est éternellement bon, toujours puissant, toujours pertinent. La puissance de l'amour de Dieu est toujours capable de percer même les cœurs les plus durs. Dans cet esprit, le «mot maintenant» suivant était dans mon cœur toute la semaine dernière… Lire la suite