Charismatique! Partie VII

 

L' le point de toute cette série sur les dons charismatiques et le mouvement est d'encourager le lecteur à ne pas avoir peur du Photobooth en Dieu! Ne pas avoir peur «d'ouvrir grand son cœur» au don du Saint-Esprit que le Seigneur souhaite répandre d'une manière spéciale et puissante à notre époque. En lisant les lettres qui m'ont été adressées, il est clair que le Renouveau Charismatique n'a pas été sans ses peines et ses échecs, ses déficiences et ses faiblesses humaines. Et pourtant, c'est précisément ce qui s'est produit dans l'Église primitive après la Pentecôte. Les saints Pierre et Paul ont consacré beaucoup d'espace à corriger les diverses églises, à modérer les charismes et à recentrer les communautés naissantes encore et encore sur la tradition orale et écrite qui leur était transmise. Ce que les apôtres n'ont pas fait, c'est de nier les expériences souvent dramatiques des croyants, d'essayer d'étouffer les charismes ou de faire taire le zèle des communautés prospères. Au contraire, ils ont dit:

N'éteignez pas l'Esprit ... poursuivez l'amour, mais luttez avec ardeur pour les dons spirituels, spécialement pour prophétiser ... surtout, que votre amour l'un pour l'autre soit intense ... (1 Th 5, 19; 1 Cor 14: 1; 1 Pierre 4: 8)

Je souhaite consacrer la dernière partie de cette série à partager mes propres expériences et réflexions depuis que j'ai expérimenté le mouvement charismatique pour la première fois en 1975. Plutôt que de donner ici tout mon témoignage, je me limiterai à ces expériences que l'on pourrait qualifier de «charismatiques».

 

AUJOURD'HUI

Aujourd'hui, je n'appartiens pas à un groupe de prière ou au Renouveau Charismatique en tant que membre, mais je suis occasionnellement invité à prendre la parole lors de conférences parrainées par le mouvement. J'écris et j'enregistre des chansons de louange et d'adoration, mais quand j'écoute de la musique, c'est généralement le chant grégorien ou le chœur sacré russe. Pendant que j'assiste à la messe catholique romaine avec ma famille chaque week-end, pendant des années, je suis allé au quotidien Liturgie divine ukrainienne, l'ancien rite de saint Jean Chrysostome. Quand je prie, je rejoins l'Église universelle chaque jour dans la liturgie des heures, mais je ferme aussi les yeux tout au long de la journée et je prie tranquillement dans le don des langues que j'ai reçu enfant. Mon lieu de culte préféré n'est pas dans un auditorium rempli de Chrétiens applaudissant et chantant, aussi beau que cela puisse être… mais dans cet espace saint devant le Saint Sacrement où je lève parfois la main et murmure Son précieux Nom. Quand les gens me demandent de prier pour eux, je les porte dans mon chapelet quotidien ou dans les prières de l'Église; d'autres fois, je suis ému d'imposer mes mains sur leur tête avec leur permission et de prier pour eux, ce qui a apporté à certains des guérisons spirituelles et physiques. Et quand j'écris mes blogs, je suis attentivement les enseignements de notre foi catholique au mieux de mes capacités, tout en parlant aussi avec le cœur des paroles prophétiques que je sens que le Seigneur dit à son Église aujourd'hui.

Je vous ouvre ma vie personnelle sur cette page, pas parce que je me considère comme un modèle. Il s'agit plutôt de détendre les lecteurs qui assimilent le «baptême dans l'Esprit» à devoir act d'une manière «pentecôtiste» ou «charismatique». Je comprends certainement la joie de nombreux chrétiens qui expriment facilement leur foi dans des expressions extérieures. Ce que j'ai appris au fil des ans dans la douce école du Saint-Esprit, c'est que c'est la vie intérieure qu'Il vient cultiver avant tout…

 

PENTECÔTE FAMILIALE

C'était en 1975 lorsque mes parents se sont joints au Renouveau Charismatique en tant que participants et leaders. J'avais sept ans à l'époque. Je me souviens de m'être tenu là, souvent le seul enfant parmi un groupe d'adultes, qui chantaient et louaient Jésus avec un amour et une passion que je n'avais jamais vu auparavant. Quand eux ou le curé de la paroisse, qui a pleinement embrassé le Renouveau, ont donné des conférences, j'ai ressenti une grande onction et une grande grâce alors que moi aussi, je commençais à tomber amoureux de plus en plus profondément de Jésus.

Mais à l'école, j'étais un peu coquin. J'étais connu comme le «clown de la classe» et en cinquième année, mon professeur en avait assez de moi. Certes, j'étais plutôt hyper et je préférerais être dans la cour de récréation plutôt que derrière un bureau. En fait, étant toute petite, ma mère a dit qu'elle viendrait dans ma chambre pour me trouver en train de rebondir sur le lit… et encore de rebondir sur le lit une heure plus tard.

Pendant l'été entre la 5e et la 6e année, mes parents ont estimé qu'il était temps que mon frère, ma sœur et moi recevions le «baptême dans l'Esprit» comme on l'appelait communément sur le lien Partie II pour une explication de "baptême dans le Saint-Esprit". En réalité, je recevais déjà de nombreuses grâces à la réunions de prière. Mais tout comme les apôtres ont reçu non pas une mais plusieurs effusions du Saint-Esprit, cf. Actes 4:31 mes parents ont estimé qu'il était sage de prier pour une nouvelle effusion de grâce sur leurs enfants. Après sept semaines de préparation (ce qu'on appelait «les séminaires sur la vie dans l'esprit»), nous nous sommes réunis au bord du lac dans notre cabane, et là, maman et papa nous ont posé les mains et ont prié.

Puis j'ai enfilé mon maillot de bain et je suis allé nager.

Je ne me souviens pas de quelque chose d'extraordinaire arrivé ce jour-là. Mais quelque chose fait se produire. Quand je suis retourné à l'école à l'automne, j'ai soudain eu faim de la Sainte Eucharistie. Au lieu de regarder des dessins animés pendant l'heure du déjeuner, je sautais souvent le dîner et j'allais servir à la messe quotidienne à côté. J'ai commencé à assister plus fréquemment à la confession. J'ai perdu tout désir pour les activités de fête de mes camarades du premier cycle du secondaire. Je suis devenu un élève plus calme, soudainement conscient du stress que la désobéissance et le bruit causaient à mes professeurs. J'avais soif de lire la Parole de Dieu et de discuter de choses spirituelles avec mes parents. Et le désir de devenir prêtre a jailli dans mon être… un désir qui, étrangement, ne s'est pas entièrement évanoui avec une femme et huit enfants.

En un mot, j'avais un fort désir de Jésus. C'était le «premier cadeau» que j'ai reçu du Saint-Esprit.

 

APPELÉ AU MINISTÈRE

En 10e année, certains de mes coéquipiers et moi avons été violés sexuellement par notre entraîneur de football. Je sais qu'il a éveillé en moi des sentiments qui auraient dû rester latents. Après la mort de ma seule sœur dans un accident de voiture à l'âge de 19 ans, je suis retournée à l'université confuse et brisée. Bien que je n'ai pas abandonné le Seigneur, j'ai commencé à lutter contre de puissantes tentations de convoitise et de péché. Pendant une période de cinq ans, malgré ma présence à la messe quotidienne et mes prières privées, j'ai été fréquemment attaqué par cet esprit de luxure. Mon désir d'être fidèle au Seigneur m'a empêché de tomber dans un péché très grave, et pourtant, je n'étais pas l'homme que j'aurais dû être. À ce jour, je fais pénitence et je prie pour ces jeunes femmes qui méritaient un meilleur témoignage chrétien que celui que cet homme a donné.

Peu de temps après mon mariage, c'est au milieu de cette forteresse que le Seigneur m'a appelé dans le ministère. Je ne peux penser qu'à sainte Marie-Madeleine ou Matthieu, saint Paul ou saint Augustin, et comment le Seigneur ne choisit pas toujours des âmes saintes, mais souvent de grands pécheurs pour entretenir sa vigne. Le Seigneur m'appelait à commencer à utiliser «la musique comme porte pour évangéliser» (regardez Mon témoignage).

Peu de temps après, notre groupe de dirigeants s'est réuni pour prier et planifier les événements de notre ministère. Cette semaine-là, j'étais de nouveau tombé dans le péché de la luxure. Je me sentais comme le mouton noir dans cette pièce d'autres hommes qui étaient là pour servir Dieu. Qu'après tout ce que j'avais vécu dans ma vie, tout ce que je savais sur le Seigneur, ses dons, ses grâces… je toujours a péché contre lui. J'ai senti que j'étais une grande déception et une honte pour le Père. Je sentais que je ne devrais pas être là….

Quelqu'un a distribué des feuilles de chansons. Je n'avais pas envie de chanter. Et pourtant, je savais, en tant que leader de louange et d'adoration, que chanter à Dieu est un acte de foi (et Jésus a dit que la foi de la taille d'une graine de moutarde peut déplacer des montagnes). Et donc, malgré moi, j'ai commencé à chanter parce qu'il méritait d'être loué. Soudain, j'ai senti une vague de puissance traverser mon corps, comme si j'étais électrocutée, mais sans douleur. J'ai ressenti cet amour incroyable pour moi, si profond, si tendre. Comment cela pourrait-il être?!

«Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé votre fils; traitez-moi comme vous traiteriez l'un de vos employés. Alors [le fils prodigue] s'est levé et est retourné vers son père. Alors qu'il était encore loin, son père l'a aperçu, et était rempli de compassion. Il courut vers son fils, l'embrassa et l'embrassa. (Luc 15: 18-20)

Cette nuit-là, quand je suis parti, le pouvoir de ce péché avec lequel je luttais depuis des années, qui me liait comme un esclave, était cassé. Je ne peux pas vous dire comment le Seigneur l'a fait. Tout ce que je sais, c'est que le Père a déversé son Esprit d'amour dans mon âme et m'a libéré. (Lisez aussi ma rencontre avec cet esprit à nouveau dans Un miracle de miséricorde. Aussi, pour ceux qui luttent vraiment dans un péché grave en ce moment, lisez:  À ceux qui sont dans le péché mortel)

 

NOUVEAUX CHARISMES

Je ne me souviens pas exactement quand j'ai commencé à parler en langues. Je me souviens juste d'avoir utilisé le charisme, même quand j'étais enfant. Cela coulait naturellement et avec un sentiment instinctif que je ne babillais pas mais priais. Après tout, voici ce que Jésus a dit qu'il arriverait:

Ces signes accompagneront ceux qui croient: en mon nom ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues. Ils ramasseront des serpents avec leurs mains, et s'ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera pas de mal. Ils imposeront les mains aux malades et ils se rétabliront. (Marc 16: 17-18)

Mais Dieu avait plus à donner. Au cours de la deuxième année de mon ministère, nous avons planifié un séminaire sur la vie dans l'esprit un format planifié et des conférences pour évangéliser et préparer les participants à recevoir le «baptême dans le Saint-Esprit». pour environ 80 adolescents. Au cours du week-end, nous avons partagé l'Évangile, des témoignages et des enseignements pour les préparer au «baptême du Saint-Esprit». Le dernier soir, alors que les équipes imposaient les mains et priaient pour les jeunes, l'Esprit est tombé puissamment sur presque tout le monde rassemblé. Les jeunes se sont mis à rire, à pleurer et à chanter en langues. Ce groupe d'adolescents timides s'est soudainement transformé en une flamme vivante d'amour, dansant dans le Cœur de Dieu. Plusieurs jeunes et dirigeants ont ensuite formé des ministères. Certains ont continué à étudier la théologie, ainsi qu'à entrer dans la vie religieuse ou le sacerdoce. Certains de ces ministères sont désormais d'envergure internationale, avec des apparitions régulières sur EWTN et d'autres médias catholiques.

Jusque-là, je n'avais jamais écrit de chanson de louange et d'adoration, en m'inspirant plutôt de la grande collection de chants de louange et d'adoration évangéliques disponibles. Alors que les équipes commençaient à conclure leurs prières avec les jeunes, certains dirigeants sont venus me voir et m'ont demandé si je voulais être «prié pour» (je chantais de la musique en arrière-plan jusque-là.) J'ai dit «Bien sûr», depuis Je savais que l'Esprit peut nous remplir encore et encore. Alors que le chef de prière étendait ses mains sur moi, je suis soudainement tombé en arrière sur le sol, mon corps cruciforme. Tomber ou «se reposer dans l'Esprit» est une manifestation courante du «baptême dans l'Esprit». Pour des raisons qui ne sont pas entièrement connues, le Saint-Esprit amène souvent une âme dans un lieu de repos total et d'abandon alors qu'il continue à exercer son ministère au plus profond de lui-même. C'est l'une de ces façons dont Dieu travaille qui laisse souvent l'âme beaucoup plus humble et docile alors qu'elle se rend compte plus profondément qu'Il est Seigneur. J'avais un fort désir qui s'élevait du plus profond de mon âme pour donner toute ma vie à Jésus, être martyrisé pour lui. Quand je me suis levé, j'ai senti la même puissance de mon expérience précédente courir à travers mon corps, cette fois bout des doigts et mes bouche. Depuis ce jour, j'ai écrit des centaines de chants de louange, parfois deux ou trois en une heure. Il coulait comme des eaux vives! J'ai aussi ressenti un besoin irrésistible de dis la vérité à une génération noyée dans les mensonges…

 

APPELÉ AU RAMPART

En août 2006, j'étais assis au piano en train de chanter une version de la partie de messe «Sanctus», que j'avais écrite: «Saint, Saint, Saint…»Soudain, j'ai ressenti une forte envie d'aller prier devant le Saint Sacrement.

À l'église, j'ai commencé à prier le bureau. J'ai tout de suite remarqué que «l'hymne» était les mêmes mots que je venais de chanter: «Saint, saint, saint! Seigneur Dieu tout-puissant…«Mon esprit a commencé à s'accélérer. J'ai continué, en priant les paroles du psalmiste, «J'apporte l'holocauste chez vous; à toi je paierai mes vœux ...«Dans mon cœur a jailli un grand désir de me donner complètement à Dieu, d'une manière nouvelle, à un niveau plus profond. Encore une fois, j'ai senti mon âme devenir cruciforme. J'expérimentais la prière du Saint-Esprit qui «intercède avec des gémissements inexprimables»(Rom 8:26).

Au cours de l'heure suivante, j'ai été conduit à travers les textes de la Liturgie des Heures et du Catéchisme qui étaient essentiellement des mots que je venais de crier. Pour lire l'intégralité de la rencontre, accédez à À propos de Mark sur ce site. J'ai lu dans le livre d'Isaïe comment les séraphins se sont envolés vers lui, toucher ses lèvres avec une braise, sanctifiant sa bouche pour la mission à venir. "Qui dois-je envoyer? Qui ira pour nous?»Isaïe a répondu:«Me voici, envoie-moi!»Avec le recul, il semblerait que le charisme d'opérer dans le prophétique m'ait été donné des années auparavant lors de cette retraite de jeunesse lorsque j'ai senti mes lèvres picoter avec la puissance du Saint-Esprit. Il semblait maintenant qu'il était diffusé d'une manière plus grande. Bien sûr, tous «les fidèles qui, par le baptême, sont incorporés au Christ et intégrés au peuple de Dieu, sont rendus participants à leur manière particulière de l'office sacerdotal, prophétique et royal du Christ». -Catéchisme de l'Eglise catholique897

Cette expérience a semblé se confirmer alors que j'étais dans la chapelle de mon directeur spirituel lors d'une visite avec lui aux États-Unis. Je priais devant le Saint Sacrement quand j'ai entendu les paroles dans mon cœur: «Je vous donne le ministère de Jean-Baptiste. » Le lendemain matin, un homme âgé s'est présenté à la porte du presbytère en disant qu'il se sentait obligé de me donner quelque chose. Il a placé dans ma main une relique de première classe de Saint Jean-Baptiste. Une relique de première classe signifie qu'elle fait partie du corps d'un saint, comme un fragment d'os. Alors que je priais à nouveau devant le Saint Sacrement, j'ai senti dans mon cœur les paroles: «Impose les mains aux malades et je les guérirai.«Ma première réponse a été celle du chagrin. J'ai pensé à la façon dont les gens peuvent réclamer des âmes qui ont reçu le charisme de la guérison, et je ne le voulais pas. J'ai apprécié mon obscurité! Alors j'ai dit: "Seigneur, si ceci est un mot de toi, alors s'il te plaît, confirme-le." J'ai senti à ce moment «l'ordre» de ramasser ma bible. Je l'ai ouvert au hasard et mes yeux sont tombés directement sur Marc 16:

Ces signes accompagneront ceux qui croient… Ils imposeront les mains aux malades et ils se rétabliront. (Marc 16: 17-18)

À ce moment-là, aussi rapide que l'éclair, j'ai senti pour une troisième fois distincte et inattendue la puissance de l'Esprit courir à travers mes mains tremblantes… Depuis, j'attends que le Seigneur me montre comment et quand il veut que j'utilise ce charisme. J'ai appris récemment, cependant, qu'une femme avec des symptômes de la sclérose en plaques pour qui j'ai prié, n'a pas ressenti ces symptômes maintenant depuis près de deux ans depuis ce jour… Que les voies de Dieu sont mystérieuses!

 

OUVERT À L'ESPRIT

Alors que je repense à tous ces moments où le Seigneur a répandu son Esprit, ils étaient souvent destinés à m'équiper pour répondre à mon propre appel particulier à servir le Royaume. Parfois, les grâces sont venues par l'imposition des mains, d'autres fois simplement en présence du Saint-Sacrement… mais toujours du Cœur de Jésus. C'est lui qui envoie le paraclet sur son épouse, pour l'oindre et l'équiper pour mener à bien sa mission sacrée.

L'Eucharistie est «la source et le sommet» de notre foi. cf. Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 1324 In Partie IV, J'ai parlé de la façon dont nous, pour être pleinement catholiques, devons toujours embrasser le centre même de notre foi catholique, c'est-à-dire tout ce que notre tradition sacrée nous donne.

Le centre même est la Sainte Eucharistie, «la source et le sommet» de notre foi. De ce don efficace, nous avons été réconciliés avec le Père. De l'Eucharistie, qui est le Sacré-Cœur, jaillit l'eau vive du Saint-Esprit pour renouveler, sanctifier et donner du pouvoir aux enfants de Dieu.

Ainsi, le Renouveau Charismatique est aussi un don de l'Eucharistie. Et ainsi, cela devrait nous conduire retour à l'Eucharistie. Quand j'ai commencé mon ministère de la musique il y a près de 20 ans, nous menions des gens «là où deux ou trois sont réunis» cf. Matthieu 18: 20 dans la présence de Dieu par le chant et la parole. Mais aujourd'hui, je termine maintenant mon ministère chaque fois que possible en amenant la congrégation dans la Présence eucharistique de Jésus pour un temps d'adoration. Mon rôle est de diminuer qu'Il puisse augmenter à mesure que je désigne la source de la Miséricorde: "Voici l'Agneau de Dieu!

Le Renouveau Charismatique doit aussi nous conduire alors à prière contemplative avec un caractère et une inclusion typiquement mariaux, puisqu'elle fut la première contemplative, modèle de prière et mère de l'Église. Il y a un temps et un temps pour la louange et l'adoration, un chant extérieur du cœur. Comme il est dit dans le psaume 100:

Entrez dans ses portes avec des remerciements, ses cours avec des éloges. (Psaume 100: 4)

Ceci est une référence au Temple de Salomon. Les portes menaient dans les tribunaux, qui mènent ensuite à la Saint des saints. Là, en présence intime de Dieu, nous devons apprendre à,

Soyez tranquille et sachez que je suis Dieu! (Psaume 46:10)

Et là,

Nous tous, regardant avec un visage dévoilé la gloire du Seigneur, sommes transformés en la même image de gloire en gloire, comme celle du Seigneur qui est l'Esprit. (2 Co 3, 18)

Si nous sommes de plus en plus transformés en Jésus, alors le Renouveau Charismatique devrait nous conduire contemplation en action, à un service plus profond dans le corps du Christ à travers les charismes du Saint-Esprit. Cela devrait conduire chacun de nous à devenir des témoins sur le marché, à la maison, à l'école, partout où Dieu nous place. Cela devrait nous conduire à aimer et à servir Jésus dans les pauvres et les solitaires. Cela devrait nous conduire à donner notre vie pour nos frères. Cependant, le agent de notre évangélisation est le Saint-Esprit, et ainsi, le Renouveau Charismatique devrait nous ramener à nouveau à cette source de grâce afin que nos paroles et nos actions soient toujours remplies de sa puissance divine:

Les techniques d'évangélisation sont bonnes, mais même les plus avancées ne sauraient remplacer l'action douce de l'Esprit. La préparation la plus parfaite de l'évangélisateur n'a aucun effet sans le Saint-Esprit. Sans l'Esprit Saint, le dialecte le plus convaincant n'a aucun pouvoir sur le cœur de l'homme. —PAPE PAUL VI, Hearts Aflame: Le Saint-Esprit au cœur de la vie chrétienne aujourd'hui par Alan Schreck

C'est-à-dire que le Renouveau Charismatique est plus une «station-service» qu'un «parking». C'est une grâce de renouveler l'Église au cours de son ministère. Je ne crois pas que ça ait jamais été censé être un club, per se. Même alors, à travers la prière, la fréquentation des sacrements et l'incroyable médiation de Marie dans nos vies, cette braise de foi qui s'est enflammée doit rester ardente dans la mesure où nous sommes sincères et «cherchons d'abord le Royaume».

Un musicien est venu me voir après un événement et m'a demandé ce qu'il devait faire pour diffuser sa musique. Je l'ai regardé dans les yeux et j'ai dit: «Mon frère, tu peux chanter la chanson, ou tu peux devenir la chanson. Jésus veut que vous deveniez la chanson. " De même, le Renouveau charismatique n'a pas été donné à l'Église pour maintenir la lune de miel qui suit la conversion, mais pour aider les âmes à entrer plus pleinement dans le mariage, qui consiste à donner sa vie pour son conjoint, en l'occurrence le Christ et notre voisine. Il n'y a pas d'autre moyen que le Chemin de Croix.

En ces temps, le Renouveau a un caractère spécial. Et c'est d'équiper et de préparer un reste pour un nouvelle évangélisation qui est ici et à venir alors que nous faisons face à «la confrontation finale entre l'Église et l'anti-église, de l'Évangile et de l'anti-évangile…»: PAPE JEAN PAUL II cf. Comprendre la confrontation finale N'ayons pas peur de ce grand Don qui tombera bientôt sur toute l'humanité, alors que nous prions pour que le Saint-Esprit nous illumine dans une nouvelle Pentecôte!

 

[L'Eglise] doit inspirer les courants culturels qui sont sur le point de naître sur ce chemin vers le troisième millénaire. Nous ne pouvons pas arriver en retard avec l'annonce libératrice de Jésus-Christ à une société qui lutte, dans un moment dramatique et passionnant, entre des besoins profonds et d'énormes espoirs. —POPE JEAN-PAUL II; Cité du Vatican, 1996

Je souhaite inviter les jeunes à ouvrir leur cœur à l'Évangile et à devenir les témoins du Christ; si nécessaire, ses martyr-témoins, au seuil du troisième millénaire. —POPE JEAN-PAUL II; Espagne, 1989

Les communautés du Nouveau Testament, a dit [Jean-Paul II], ont été marquées par une effusion renouvelée de l'Esprit Saint «à des moments essentiels», une écoute attentive de la Parole de Dieu à travers l'enseignement des Apôtres, partageant l'Eucharistie, vivant en communauté et servir les pauvres. -Reporter catholique occidental, 5 Juin 1995

 

 


 

Votre don est grandement apprécié pour ce ministère à plein temps!

Cliquez ci-dessous pour traduire cette page dans une autre langue:

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 sur le lien Partie II pour une explication de "baptême dans le Saint-Esprit"
2 cf. Actes 4:31
3 un format planifié et des conférences pour évangéliser et préparer les participants à recevoir le «baptême dans le Saint-Esprit».
4 Plusieurs jeunes et dirigeants ont ensuite formé des ministères. Certains ont continué à étudier la théologie, ainsi qu'à entrer dans la vie religieuse ou le sacerdoce. Certains de ces ministères sont désormais d'envergure internationale, avec des apparitions régulières sur EWTN et d'autres médias catholiques.
5 Tomber ou «se reposer dans l'Esprit» est une manifestation courante du «baptême dans l'Esprit». Pour des raisons qui ne sont pas entièrement connues, le Saint-Esprit amène souvent une âme dans un lieu de repos total et d'abandon alors qu'il continue à exercer son ministère au plus profond de lui-même. C'est l'une de ces façons dont Dieu travaille qui laisse souvent l'âme beaucoup plus humble et docile alors qu'elle se rend compte plus profondément qu'Il est Seigneur.
6 Pour lire l'intégralité de la rencontre, accédez à À propos de Mark sur ce site.
7 Bien sûr, tous «les fidèles qui, par le baptême, sont incorporés au Christ et intégrés au peuple de Dieu, sont rendus participants à leur manière particulière de l'office sacerdotal, prophétique et royal du Christ». -Catéchisme de l'Eglise catholique897
8 Une relique de première classe signifie qu'elle fait partie du corps d'un saint, comme un fragment d'os.
9 cf. Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 1324
10 cf. Matthieu 18: 20
11 PAPE JEAN PAUL II cf. Comprendre la confrontation finale
Publié dans ACCUEIL, CHARISMATIQUE? et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .

Les commentaires sont fermés.