Église sur un précipice - Partie II

La Vierge noire de Częstochowa - profané

 

Si vous vivez à une époque où personne ne vous donnera de bons conseils,
ni aucun homme ne vous donne le bon exemple,
quand tu verras la vertu punie et le vice récompensé...
tenez bon et tenez-vous fermement à Dieu sous peine de la vie…
— Saint Thomas More,
décapité en 1535 pour avoir défendu le mariage
La vie de Thomas More : une biographie de William Roper

 

 

ONE des plus grands dons que Jésus a laissés à Son Église était la grâce de infaillibilité. Si Jésus a dit : « vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 :32), alors il est impératif que chaque génération sache, sans l'ombre d'un doute, ce qu'est la vérité. Sinon, on pourrait prendre un mensonge pour la vérité et tomber en esclavage. Pour…

… Quiconque commet le péché est esclave du péché. (Jean 8:34)

Par conséquent, notre liberté spirituelle est intrinsèque à connaître la vérité, c'est pourquoi Jésus a promis, "Lorsqu'il viendra, l'Esprit de vérité, il vous guidera vers toute la vérité." Jn 16: 13 Malgré les défauts des membres individuels de la foi catholique au cours de deux millénaires et même les échecs moraux des successeurs de Pierre, notre Sainte Tradition révèle que les enseignements du Christ ont été fidèlement préservés pendant plus de 2000 ans. C'est l'un des signes les plus sûrs de la main providentielle du Christ sur son épouse.

 

Un nouveau précipice

Pourtant, il y a eu des moments dans notre histoire où la vérité semblait vaciller au bord du précipice – où même une majorité d'évêques se sont dirigés vers l'erreur (comme l'hérésie arienne). Aujourd'hui, nous nous tenons à nouveau au bord d'une autre falaise dangereuse où ce n'est pas seulement une doctrine en jeu, mais les fondements mêmes de la Vérité. Si la vérité sera infailliblement préservée jusqu'à la fin des temps, cela ne signifie pas qu'elle restera connue et pratiquée partout. La tradition nous dit, en effet, que dans les derniers temps, elle sera conservée virtuellement par un reste ; cf. Les refuges et solitudes à venir C'est un danger que le pape François a justement identifié dans un discours du synode sur la famille :

La tentation d'une tendance destructrice au bien, qui, au nom d'une miséricorde trompeuse, lie les blessures sans les guérir et les soigner au préalable; qui traite les symptômes et non les causes et les racines. C'est la tentation des «bienfaisants», des craintifs et aussi des soi-disant «progressistes et libéraux». 

Il est allé plus loin, avertissant de la…

La tentation de descendre de la Croix, de plaire au peuple et de ne pas y rester, afin d'accomplir la volonté du Père; se prosterner devant un esprit mondain au lieu de le purifier et de le plier à l'Esprit de Dieu.—Cf. Les cinq corrections

Ce fut le synode qui produisit l'exhortation apostolique la joie, qui, ironiquement, était accusé de prêter à cet esprit progressiste qui cherche à séculariser le sacrement de mariage et à relativiser la sexualité humaine (voir L'anti-miséricorde). Que l'on soit ou non d'accord avec les théologiens qui croient que ce document contient des erreurs, force est d'admettre que depuis ce synode, il y a eu un glissement de terrain du relativisme moral, notamment dans la hiérarchie. 

Aujourd'hui, nous avons des conférences épiscopales entières qui tentent de promouvoir des enseignements hétérodoxes, par exemple. Évêques allemands, cf. agencede pressecatholique.com des prêtres dirigeant des « messes de la fierté », cf. ici, ici, ici et ici et, en vérité, un pape qui est devenu de plus en plus obscur sur certaines des questions morales les plus graves de notre temps. C'est une chose à laquelle les catholiques ne sont pas habitués, surtout après les pontificats théologiquement précis de Jean-Paul II et de Benoît XVI.

 

Il a dit quoi?

Dans sa biographie sur Francis, le journaliste Austen Ivereigh a écrit :  

[François] a dit à un activiste gay catholique, un ancien professeur de théologie du nom de Marcelo Márquez, qu'il était favorable aux droits des homosexuels ainsi qu'à la reconnaissance légale des unions civiles, auxquelles les couples homosexuels pouvaient également accéder. Mais il était totalement opposé à toute tentative de redéfinir le mariage dans la loi. "Il voulait défendre le mariage mais sans blesser la dignité de personne ni renforcer son exclusion", raconte un proche collaborateur du cardinal. "Il était en faveur de la plus grande inclusion légale possible des homosexuels et de leurs droits humains exprimés dans la loi, mais ne compromettrait jamais le caractère unique du mariage entre un homme et une femme pour le bien des enfants". -Le grand réformateur, 2015 ; (p. 312)

Comme je l'ai noté dans Le corps, cassant, le pape semblait clairement jalonner cette position. S'il y a beaucoup de choses dans le récit d'Ivereigh sur François qui sont louables, il y a aussi beaucoup de choses qui sont déconcertantes puisque le Magistère a déjà affirmé que « la reconnaissance légale des unions homosexuelles obscurcirait certaines valeurs morales fondamentales et entraînerait une dévaluation de l'institution du mariage ». Considérations relatives aux propositions de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles; n.m. 5, 6, 10 Néanmoins, c'est ce vide de clarté qui est comblé par les « progressistes et les libéraux », comme le controversé Fr. Jacques Martin voir la critique de Trent Horn du P. Postes de James Martin ici qui a dit au monde :

Ce n'est pas simplement [François] tolérant [les unions civiles], il les soutient… il a peut-être en un sens, comme on dit dans l'Église, développé sa propre doctrine… Nous devons tenir compte du fait que le chef de l'Église a maintenant dit qu'il estime que les unions civiles sont acceptables. Et nous ne pouvons pas rejeter cela… Les évêques et d'autres personnes ne peuvent pas rejeter cela aussi facilement qu'ils le voudraient. C'est en quelque sorte, c'est une sorte d'enseignement qu'il nous donne. —Pr. James Martin, CNN.com

Si le P. Martin avait tort, le Vatican n'a pas fait grand-chose pour purifier l'air. cf. Le corps, cassant Cela a laissé les fidèles aux prises, non pas tant avec la vérité (car les enseignements magistraux authentiques de l'Église catholique restent clairs), mais avec une nouvelle vague de libéralisme apparemment approuvé par le pape qui éclipse la vérité et déferle sur nos bancs.

En 2005, j'ai écrit sur ce tsunami moral à venir qui est maintenant ici (cf. La persécution!… Et le tsunami moral) suivie d'une deuxième vague dangereuse (cf. Tsunami spirituel). Ce qui rend ce procès si douloureux, c'est que cette tromperie prend de l'ampleur au sein de la hiérarchie elle-même… cf. Quand les étoiles tombent

Avant la seconde venue du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants ...   —CCC, n ° 675

 
L'anti-miséricorde

François a insisté depuis le début de son pontificat pour que l'Église sorte de ses hanches, sorte de derrière des portes closes et atteigne les périphéries de la société. 

… Il nous est demandé à tous d'obéir à son appel à sortir de notre propre zone de confort pour atteindre toutes les «périphéries» qui ont besoin de la lumière de l'Évangile. — PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudiumn° 20

De cette exhortation a émergé son thème de "l'art de l'accompagnement" n. 169, Evangelium Gaudium par lequel «l'accompagnement spirituel doit conduire les autres toujours plus près de Dieu, en qui nous atteignons la vraie liberté». n. 170, Evangelium Gaudium Amen à cela. Il n'y a rien de nouveau dans ces mots; Jésus a passé du temps avec les âmes, il a dialogué, il a répondu aux questions de ceux qui avaient soif de vérité, et il a touché et guéri les exclus de la société. En effet, Jésus a mangé avec « des collecteurs d'impôts et des prostituées » cf. Matthieu 21:32, Matthieu 9:10

Mais Notre-Seigneur n'a pas volé ni couché avec eux. 

C'est là que réside le dangereux sophisme employé par certains évêques qui ont fait de l'accompagnement un foncé l'art : c'est la nouveauté que l'Église soit accueillante, ouverte, et accompagnant — mais sans appelant tous ceux qui franchissent ses portes à se détourner du péché pour être sauvés. En effet, la propre proclamation du Christ "Repentez-vous et croyez à l'Evangile" Mark 1: 15 a souvent été usurpé par « Soyez les bienvenus et restez comme vous êtes !  

À Lisbonne la semaine dernière, le Saint-Père a souligné à plusieurs reprises un message "d'accueil":

Dans l'un des moments les plus emblématiques de la Journée mondiale de la jeunesse, le pape François a appelé les centaines de milliers de personnes rassemblées devant lui à lui crier que l'Église catholique est pour "tout à faire, tout à faire, tout à faire» — tout le monde, tout le monde, tout le monde. "Le Seigneur est clair", a insisté dimanche le pape. "Les malades, les personnes âgées, les jeunes, les vieux, les laids, les beaux, les bons et les méchants." —7 août 2023, ABC Nouvelles

Encore une fois, rien de nouveau. L'Église existe comme « sacrement de salut » : CCC, n. 849 ; n.m. 845 : « Pour réunir tous ses enfants dispersés et égarés par le péché, le Père a voulu rassembler toute l'humanité dans l'Église de son Fils. L'Église est le lieu où l'humanité doit retrouver son unité et son salut. L'Église est « le monde réconcilié ». Elle est cette barque qui "dans la pleine voile de la croix du Seigneur, par le souffle du Saint-Esprit, navigue en toute sécurité dans ce monde". Selon une autre image chère aux Pères de l'Église, elle est préfigurée par l'arche de Noé, qui seule sauve du déluge. Ses fonts baptismaux sont remplis d'eau bénite pour le perdu; Ses confessionnaux sont ouverts pour le pécheur; Ses enseignements sont connus pour la épuisé; Sa Nourriture Sacrée est offerte pour le faible.

Oui, l'Église est ouverte à tous — mais le ciel n'est ouvert qu'aux repentis

Tous ceux qui me disent : " Seigneur, Seigneur " n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux. (Matthieu 7:21)

Ainsi, l'Église accueille tous ceux qui luttent contre la luxure pour les libérer. Elle accueille tous ceux qui sont brisés afin de les restaurer. Elle accueille tout en dysfonctionnement afin de les réorganiser — le tout selon la Parole de Dieu. 

… en effet, le but [du Christ] n'était pas simplement de confirmer le monde dans sa mondanité et d'être son compagnon, le laissant complètement inchangé. —POPE BENEDICT XVI, Freiburg im Breisgau, Allemagne, 25 septembre 2011; www.chiesa.com

La conversion doit suivre le baptême pour être sauvé ; la sainteté doit suivre la conversion pour être admise au Ciel — même si cela nécessite la purification de Purgatoire.

Repentez-vous et soyez baptisés, chacun de vous, au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit… Repentez-vous donc et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés. (Actes 2:38, 3:19)  

Pour que sa mission soit fructueuse dans l'âme des individus, Jésus a déclaré que l'Église doit enseigner aux nations "à observer tout ce que je vous ai commandé". Matt 28: 20 Par conséquent,

… l'Église… pas moins que son divin Fondateur, est destinée à être un « signe de contradiction ». … Il ne pourrait jamais être juste pour elle de déclarer licite ce qui est en fait illégal, puisque cela, par sa nature même, s'oppose toujours au vrai bien de l'homme.  —PAPE PAUL VI, Humanae Vitae, n° 18

 

Le bord de la falaise

Sur le vol de retour de Lisbonne, un journaliste a demandé au pape :

Saint-Père, à Lisbonne, vous nous avez dit que dans l'Église il y a de la place pour « tout le monde, tout le monde, tout le monde ». L'Église est ouverte à tous, mais en même temps tout le monde n'a pas les mêmes droits et opportunités, dans le sens où, par exemple, les femmes et les homosexuels ne peuvent pas recevoir tous les sacrements. Saint-Père, comment expliquez-vous cette incohérence entre une « Église ouverte » et « une Église non égale pour tous ?

François a répondu :

Vous m'avez posé une question sous deux angles différents. L'Église est ouverte à tous, puis il y a des règles qui règlent la vie au sein de l'Église. Et quelqu'un qui est à l'intérieur est [tellement] conforme aux règles… Ce que vous dites est une façon de parler très simpliste : « On ne peut pas recevoir les sacrements ». Cela ne veut pas dire que l'Église est fermée. Chacun rencontre Dieu à sa manière, au sein de l'Église, et l'Église est mère et guide (pour) chacun sur son propre chemin. Pour cette raison, je n'aime pas dire : laissez tout le monde venir, mais ensuite vous, faites ceci, et vous, faites cela… Tout le monde. Par la suite, chacun dans la prière, dans le dialogue intérieur et dans le dialogue pastoral avec les agents pastoraux, cherche la voie pour aller de l'avant. Pour cette raison, poser la question : « Et les homosexuels ?… » Non : tout le monde… Une des choses importantes dans le travail du ministère est d'accompagner les gens pas après pas sur leur chemin vers la maturité…. L'Église est une mère; elle accepte tout le monde, et chacun fait son chemin à l'intérieur de l'Église, sans faire de chichi, et c'est très important. - Conférence de presse en vol, Août 6, 2023

Plutôt que d'essayer d'analyser les paroles du Pape et ce qu'il entend par "règles", ce qu'il entend par chercher la voie à suivre sans faire d'histoires, etc. - répétons simplement ce que l'Église a cru et enseigné pendant 2000 ans. Accompagner quelqu'un « pas après pas sur le chemin de la maturité » ne signifie pas l'affirmer dans le péché, en lui disant seulement que « Dieu vous aime comme vous êtes ». La première étape de la maturité chrétienne est de rejeter le péché. Et ce n'est pas non plus un processus subjectif. "La conscience n'est pas une capacité indépendante et exclusive de décider ce qui est bien et ce qui est mal", a enseigné Jean-Paul II. Dominum et Vivificantemn° 443 Ce n'est pas non plus marchander avec Dieu comme l'a fait Augustin : « Donne-moi la chasteté et la continence, mais pas tout de suite !

Une telle compréhension ne signifie jamais compromettre et falsifier la norme du bien et du mal afin de l'adapter à des circonstances particulières. Il est tout à fait humain que le pécheur reconnaisse sa faiblesse et demande miséricorde pour son échecs ; ce qui est inacceptable, c'est l'attitude de celui qui fait de sa propre faiblesse le critère de la vérité sur le bien, pour qu'il puisse se sentir justifié, sans même avoir besoin de recourir à Dieu et à sa miséricorde. —POPE ST. JEAN PAUL II, Veritatis Splendeur, n.m. 104 ; vatican.va

Dans la parabole de la grande fête, le roi invite "tout le monde" à entrer. 

Sortez donc sur les routes principales et invitez au festin qui vous trouverez. 

Mais il y a une condition pour rester à table : le repentir. En fait, la condition est vraiment la sainteté dans le contexte du banquet éternel.

Lorsque le roi entra pour rencontrer les invités, il y vit un homme qui n'était pas vêtu d'un habit de noces. Il lui dit : « Mon ami, comment se fait-il que tu sois entré ici sans habit de noce ? (Matthieu 22:9, 11-12)

Par conséquent, nous savons que nous nous tenons sur un précipice lorsque le préfet nouvellement nommé pour superviser la plus haute fonction doctrinale de l'Église ne se contente pas de parler ouvertement de la possibilité de bénir les unions homosexuelles mais de l'idée que sens de la doctrine peut changer (voir Le dernier debout). cf. Registre national catholique6 juillet 2023 C'est surprenant, venant de l'homme qui est chargé de maintenir la doctrine de la Foi. Comme le disait son prédécesseur :

… En tant que seul et unique magistère indivisible de l'Église, le pape et les évêques en union avec lui portent la responsabilité la plus grave qu'aucun signe ambigu ou enseignement confus ne vient d'eux, déroutant les fidèles ou les endormant dans un faux sentiment de sécurité. —Cardinal Gerhard Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi; Premières choses20 avril 2018

Le Cardinal Raymond Burke met également en garde contre ce langage téméraire qui donne à certains mots un nouveau sens sans référence à la Sainte Tradition.

Au cours des dernières années, certains mots, par exemple « pastorale », « miséricorde », « écoute », « discernement », « accompagnement » et « intégration » ont été appliqués à l'Église d'une manière magique, qui est, sans définition claire mais comme les slogans d'une idéologie remplaçant ce qui est irremplaçable pour nous : la doctrine constante et la discipline de l'Église… La perspective de la vie éternelle est éclipsée au profit d'une sorte de vision populaire de l'Église dans laquelle tous devraient se sentent « chez eux », même si leur vie quotidienne est une contradiction ouverte avec la vérité et l'amour du Christ. —10 août 2023 ; lifesitenews.com

Les évêques, a-t-il averti, sont trahir la tradition apostolique.

Le cardinal Müller est allé jusqu'à dire que si le "Synode sur la synodalité" réussit, ce sera "la fin de l'Église".

La base de l'Église est la parole de Dieu en tant que révélation… pas nos étranges réflexions. … Cet [agenda] est un système d'auto-révélation. Cette occupation de l'Église catholique est une prise de contrôle hostile de l'Église de Jésus-Christ. —Cardinal Gerhard Müller, 7 octobre 2022 ; Registre national catholique

Ceci est L'heure de Judas et ceux d'entre nous qui pensent être debout doivent faire attention, de peur de tomber. cf. 1 Cor 10: 12 La tromperie est si puissante maintenant, si large, que les institutions catholiques, les universités, les écoles primaires et même les chaires sont tombées dans l'apostasie. Et saint Paul nous dit ce qui vient ensuite lorsque la rébellion devient presque universelle (cf. 2 Th 2, 3-4), comme l'a rappelé saint John Henry Newman :

Satan peut adopter les armes de tromperie les plus alarmantes
- il peut se cacher -
il peut tenter de nous séduire par de petites choses,
et ainsi émouvoir l'Église,
pas tout d'un coup, mais petit à petit
de sa vraie position.
… C'est sa politique de nous séparer et de nous diviser, de nous déloger
progressivement de notre rocher de force.
Et s'il doit y avoir une persécution, ce sera peut-être alors ;
alors, peut-être, quand nous serons tous
dans toutes les parties de la chrétienté si divisées,
et si réduit, si plein de schisme, si proche de l'hérésie.
Quand nous nous sommes jetés sur le monde et
en dépendent pour leur protection,
et avons renoncé à notre indépendance et à notre force,
alors [l'Antéchrist] éclatera sur nous avec fureur
autant que Dieu le lui permet.  

Sermon IV: La persécution de l'Antéchrist

 
Lecture connexe

Exactitude politique et grande apostasie

Compromis: la grande apostasie

 

Soutenez le ministère à plein temps de Mark :

 

comprenant Nihil Obstat

 

Pour voyager avec Mark dans The Now Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour vous inscrire.
Votre e-mail ne sera communiqué à personne.

Maintenant sur Telegram. Cliquez sur:

Suivez Mark et les « signes des temps » quotidiens sur MeWe :


Suivez les écrits de Mark ici:

Écouter sur les réseaux suivants :


 

 
Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 Jn 16: 13
2 Si la vérité sera infailliblement préservée jusqu'à la fin des temps, cela ne signifie pas qu'elle restera connue et pratiquée partout. La tradition nous dit, en effet, que dans les derniers temps, elle sera conservée virtuellement par un reste ; cf. Les refuges et solitudes à venir
3 par exemple. Évêques allemands, cf. agencede pressecatholique.com
4 cf. ici, ici, ici et ici
5 Considérations relatives aux propositions de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles; n.m. 5, 6, 10
6 voir la critique de Trent Horn du P. Postes de James Martin ici
7 cf. Le corps, cassant
8 cf. Quand les étoiles tombent
9 n. 169, Evangelium Gaudium
10 n. 170, Evangelium Gaudium
11 cf. Matthieu 21:32, Matthieu 9:10
12 Mark 1: 15
13 CCC, n. 849 ; n.m. 845 : « Pour réunir tous ses enfants dispersés et égarés par le péché, le Père a voulu rassembler toute l'humanité dans l'Église de son Fils. L'Église est le lieu où l'humanité doit retrouver son unité et son salut. L'Église est « le monde réconcilié ». Elle est cette barque qui "dans la pleine voile de la croix du Seigneur, par le souffle du Saint-Esprit, navigue en toute sécurité dans ce monde". Selon une autre image chère aux Pères de l'Église, elle est préfigurée par l'arche de Noé, qui seule sauve du déluge.
14 Matt 28: 20
15 Dominum et Vivificantemn° 443
16 En fait, la condition est vraiment la sainteté dans le contexte du banquet éternel.
17 cf. Registre national catholique6 juillet 2023
18 cf. 1 Cor 10: 12
Publié dans ACCUEIL, FOI ET MORALE.