Compromis: la grande apostasie

LE MOT DU MAINTENANT SUR LES LECTURES DE MASSE
pour le 1er décembre 2013
Premier dimanche de l'avent

Textes liturgiques ici

 

 

NOTRE Le livre d'Isaïe - et cet Avent - commence par une belle vision d'un jour à venir où «toutes les nations» afflueront vers l'Église pour être nourries de sa main des enseignements vivifiants de Jésus. Selon les premiers Pères de l'Église, Notre-Dame de Fatima et les paroles prophétiques des papes du XXe siècle, nous pouvons en effet nous attendre à une prochaine «ère de paix» où ils «transforment leurs épées en socs et leurs lances en hameçons» (voir Cher Saint-Père… Il vient!)

… Tournant nos yeux vers l'avenir, nous attendons avec confiance l'aube d'un nouveau jour… «Gardiens, qu'en est-il de la nuit?» (Is. 21:11), et nous entendons la réponse: «Écoutez, vos gardiens élèvent la voix, ensemble ils chantent de joie: car ils voient les yeux dans les yeux le retour du Seigneur à Sion »…. Leur témoignage généreux dans tous les coins de la terre proclame: «À l'approche du troisième millénaire de la Rédemption, Dieu prépare un grand printemps pour le christianisme et nous pouvons déjà voir ses premiers signes. Que Marie, l'Étoile du matin, nous aide à dire avec une ardeur toujours nouvelle notre «oui» au plan du Père pour le salut afin que toutes les nations et toutes les langues voient sa gloire. —POPE JEAN PAUL II, Message pour le Dimanche missionnaire mondial, n ° 9, 24 octobre 1999; www.vatican.va

Le Bienheureux Jean-Paul II a lié le «Jour» à venir, ce «nouveau printemps», avec l'anticipation du «retour du Seigneur». Cependant, comme l'explique le père Lactance de l'Église primitive, [1]cf. Faustine et le jour du Seigneur le «jour du Seigneur» ne doit pas être compris comme une journée de 24 heures, mais une période de temps, ce que les Pères ont souligné dans Apocalypse 20 comme étant un règne symbolique de «mille ans» du Christ par ses saints.

L'espoir d'un nouveau printemps est contrebalancé par l'avertissement de l'Évangile: le jour du Seigneur est précédé d'un hiver de faire des compromis.

Comme il en était aux jours de Noé, il en sera de même à la venue du Fils de l'homme. En ces jours avant le déluge, ils mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient en mariage, jusqu'au jour où Noé est entré dans l'arche. (Matthieu 24: 37-38)

Ce compromis avec l'esprit du monde, l'esprit de Antéchrist, C'est ce que saint Paul appelle «l'apostasie», une grande rébellion où beaucoup tomberont de la foi. Par conséquent, dans la deuxième lecture d'aujourd'hui, saint Paul verse un peu d'eau froide sur nos têtes, nous rappelant que «le jour est proche» et de nous conduire, non pas dans les réjouissances, la convoitise ou les divisions, mais de «vivre comme des enfants de la lumière." [2]cf. Éph 5:8 Le message est clair: si vous ne voulez pas être pris au dépourvu comme un voleur dans la nuit, comme ils l'étaient au temps de Noé, alors…

… Revêtez le Seigneur Jésus-Christ et ne prenez aucune disposition pour les désirs de la chair. (Rom 13:14)

En d'autres termes, ne faites pas de compromis. Nous devons tous nous demander cet Avent, comment est-ce que je négocie avec ce que le Pape François appelle «l'esprit du monde»?

… La mondanité est la racine du mal et elle peut nous conduire à abandonner nos traditions et à négocier notre fidélité à Dieu qui est toujours fidèle. Cela… s'appelle l'apostasie, qui… est une forme d '«adultère» qui a lieu lorsque nous négocions l'essence de notre être: la fidélité au Seigneur. —POPE FRANÇOIS d'une homélie, Radi vaticano, 18 novembre 2013

Il est si facile de faire des compromis aujourd'hui, n'est-ce pas? Pour certains, il peut s'agir de cliquer sur ces liens lubriques dans votre navigateur Web; pour d'autres, c'est reporter la prière et les devoirs de regarder la télévision… puis de regarder ou de lire des livres qu'on ne devrait vraiment pas; ou c'est se laisser tomber les cheveux au travail avec un humour décalé ou un langage grossier juste pour «s'intégrer» à la foule… Nous empruntons non seulement ces routes parce que notre chair dit «oui, oui!», mais souvent parce que c'est la chose facile à faire. Ceux qui vivent le statu quo ne dérangent les plumes de personne. Mais permettez-moi de dire ceci: ceux de l'époque de Noé qui vivaient le «statu quo» se sont retrouvés en train de pagayer dans les eaux de crue.

Le grand danger dans le monde d'aujourd'hui, imprégné comme il l'est par le consumérisme, est la désolation et l'angoisse nées d'un cœur complaisant mais avide, la poursuite fébrile de plaisirs frivoles et une conscience émoussée. Chaque fois que notre vie intérieure est prise dans ses propres intérêts et préoccupations, il n'y a plus de place pour les autres, pas de place pour les pauvres. La voix de Dieu n'est plus entendue, la joie tranquille de son amour n'est plus ressentie et le désir de faire le bien s'estompe. — PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, Exhortation Apostlique, n. 2

Mais il n'est jamais trop tard pour entrer dans l'arche de la miséricorde de Dieu! Tant que vous avez du souffle dans vos poumons, priez simplement:

«Seigneur, je me suis laissé tromper; de mille manières j'ai fui votre amour, et pourtant me voici une fois de plus, pour renouveler mon alliance avec vous. J'ai besoin de vous. Sauve-moi encore une fois, Seigneur, prends-moi une fois de plus dans ton étreinte rédemptrice. —Ibide. n. 3

Aujourd'hui, élevons la prière pour ceux qui ne peuvent pas reconnaître la grande tempête qui a maintenant éclipsé notre monde, ses nuages ​​portant des tempêtes de chagrin et de jugement. [3]cf. Les sept sceaux de la révolution Mais ils portent aussi les pluies de l'amour et de la miséricorde de Dieu, et ainsi avec le psalmiste nous pouvons prier: «La paix soit en vous! À cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je prierai pour votre bien.

Il nous attend, Il nous aime, Il nous pardonne. Prions pour que sa fidélité nous sauve de l'esprit du monde qui négocie tout. Prions pour qu'il nous protège et nous permette d'avancer, nous conduisant par la main, comme un père avec son enfant. En tenant la main du Seigneur, nous serons en sécurité. —POPE FRANÇOIS d'une homélie, Radi vaticano, 18 novembre 2013

 

LECTURE CONNEXE:

  • Comprendre les racines historiques de l'ère de la paix dans la tradition sacrée, et comment et pourquoi ce n'est pas une hérésie: Comment l'Ère a été perdue

 

 

 


 

 

Recevoir le Les Maintenant Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour Inscription.
Votre e-mail ne sera partagé avec personne.

NowWord Bannière

 

Spiritual Food for Thought est un apostolat à plein temps.
Merci de votre soutien!

Rejoignez Mark sur Facebook et Twitter!
Logo FacebookLogo Twitter

Publié dans ACCUEIL, LECTURES DE LA MESSE et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .