Entrer dans l'heure prodigue

 

Il J'ai beaucoup à cœur d'écrire et de parler dans les jours à venir de ce qui est sérieux et important dans le grand schéma des choses. En attendant, le pape Benoît XVI continue de parler avec lucidité et franchise de l'avenir auquel le monde est confronté. Il n'est pas surprenant qu'il fasse écho aux avertissements de la Bienheureuse Vierge Marie qui, en sa personne, est un prototype et miroir de l'église. Autrement dit, il devrait y avoir une cohérence entre elle et la tradition sacrée, entre la parole prophétique du corps du Christ et ses apparitions authentiques. Le message central et synchrone est à la fois un message d'avertissement et d'espoir: avertissement que le monde est au bord du désastre en raison de son cours actuel; et d'espérance que, si nous retournons à Dieu, Il peut guérir nos nations. Je veux écrire davantage sur la puissante homélie du pape Benoît XVI lors de la veille de Pâques passée. Mais pour l'instant, on ne peut sous-estimer la gravité de son avertissement:

L'obscurité qui constitue une menace réelle pour l'humanité, après tout, est le fait qu'il peut voir et enquêter sur des choses matérielles tangibles, mais ne peut pas voir où le monde va ou d'où il vient, où va notre propre vie, ce qui est bon et qu'est-ce que le mal. L'obscurité qui enveloppe Dieu et obscurcit les valeurs est la vraie menace pour notre existence et au monde en général. Si Dieu et les valeurs morales, la différence entre le bien et le mal, restent dans les ténèbres, alors toutes les autres «lumières», qui mettent ces incroyables prouesses techniques à notre portée, ne sont pas seulement un progrès mais aussi des dangers qui nous mettent et le monde en danger. — PAPE BENOÎT XVI, Homélie de la veillée de Pâques, 7 avril 2012 (c'est moi qui souligne)

Et ainsi, le monde est arrivé à L'heure prodigue: une période à la fois d'espoir et d'avertissement…

 

Première publication le 15 mars 2011:

MÊME après avoir été complètement fauché après avoir détruit tout son héritage, le fils prodigue ne revenait pas à la maison. Même après qu'une famine a balayé le pays, il ne voulait pas rentrer à la maison. Même après qu'il - un garçon juif - n'a pu trouver qu'un emploi pour nourrir les cochons, il ne rentrerait pas à la maison. Ce n'est que lorsqu'il a été à genoux dans la traînée de porc du péché que le fils prodigue a finalement eu un "illumination de la conscience»(Cf. Luc 15: 11-32). Ce n'est qu'alors, quand il fut complètement brisé, qu'il fut enfin capable de regarder vers l'intérieur… puis du retour nouveau.

Et c'est ce lieu de pauvreté qui conduit à la connaissance de soi où le monde doit maintenant aller avant de pouvoir lui aussi recevoir son «illumination»…

 

LA NUIT DOIT TOMBER

Ce matin dans la prière, j'ai senti le Père dire:

Mon enfant, prépare ton âme aux événements qui doivent avoir lieu. N'ayez pas peur, car la peur est le signe d'une foi faible et d'un amour impur. Ayez plutôt confiance en tout ce que j'accomplirai sur la surface de la terre. Ce n'est qu'alors, dans la «plénitude de la nuit», que Mon peuple pourra reconnaître la lumière… —Agenda, 15 mars 2011; (cf. 1 Jean 4:18)

Ce n'est pas que Dieu veut que nous souffrions. Il ne nous a jamais créés pour souffrir. Par le péché, l'humanité a apporté la souffrance et la mort dans le monde ... mais à travers la Croix de Jésus, la souffrance peut maintenant être utilisée comme un instrument de purification et de correction pour apporter un plus grand bien: salut. Lorsque la miséricorde ne parvient pas à convaincre, la justice le fera.

Les larmes coulent facilement quand on commence à méditer sur les souffrances qui sévissent au Japon, en Nouvelle-Zélande, au Chili, en Haïti, en Chine, etc. où de terribles tremblements de terre ont frappé. Mais ensuite, alors que je sers des âmes à travers le monde au cours de mes voyages et de ma correspondance, une autre souffrance se produit dans presque toutes les régions, mais surtout dans les cultures occidentales. Ce sont les chagrins d'un spirituelle tremblement de terre qui a commencé avec les philosophies errantes de la période des Lumières - ébranlant finalement la foi en l'existence de Dieu - et qui a balayé comme un tsunami moral à travers notre époque. 

Le serpent, cependant, a craché un torrent d'eau de sa bouche après la femme pour la balayer avec le courant. (Ap 12:15)

Ceci premier tsunami recule maintenant, laissant dans son sillage le carnage d'un «culture de la mort», Où même la valeur d'une vie humaine est maintenant ouvertement débattue, ouvertement attaquée, ouvertement tuée - et ensuite de telles actions ouvertement célèbre comme un «droit» par les fils et filles prodigues vraiment sourds et aveugles de notre temps.

Et donc, L'heure prodigue est venu. Car il est impossible pour une humanité qui s'est retournée sur elle-même de survivre. Et donc, l'environnement, les ressources, les libertés et la paix des nations sont en jeu. Le Saint-Père aurait-il pu être plus clair dans sa dernière lettre encyclique?

… Nous ne devons pas sous-estimer les scénarios inquiétants qui menacent notre avenir, ni les nouveaux instruments puissants dont dispose la «culture de la mort». Au fléau tragique et généralisé de l'avortement, nous pourrions bien avoir à ajouter à l'avenir - en fait il est déjà subrepticement présent - la programmation eugénique systématique des naissances. À l'autre extrémité du spectre, un état d'esprit pro-euthanasie fait son chemin en tant que l'affirmation tout aussi préjudiciable du contrôle de la vie qui, dans certaines circonstances, ne vaut plus la peine d'être vécue. Derrière ces scénarios se trouvent des points de vue culturels qui nient la dignité humaine. Ces pratiques favorisent à leur tour une compréhension matérialiste et mécaniste de la vie humaine. Qui pourrait mesurer les effets négatifs de ce type de mentalité sur le développement? Comment s'étonner de l'indifférence manifestée à l'égard des situations de dégradation humaine, alors que cette indifférence s'étend même à notre attitude envers ce qui est et n'est pas humain? Ce qui est étonnant, c'est la détermination arbitraire et sélective de ce qu'il faut mettre en avant aujourd'hui comme digne de respect. Des questions insignifiantes sont considérées comme choquantes, mais des injustices sans précédent semblent être largement tolérées. Alors que les pauvres du monde continuent de frapper aux portes des riches, le monde de la richesse court le risque de ne plus entendre ces coups, à cause d'une conscience qui ne peut plus distinguer ce qui est humain. — PAPE BENOÎT XVI, Caritas in Veritate «La charité dans la vérité», n° 75

Le tremblement de la nature, pourrait-on dire, est la conséquence du déplacement et de la séparation entre les plaques tectoniques spirituelle et morale; car la création et la morale sont intrinsèquement liées l'une à l'autre: [1]Rome 8: 18-22

La dégradation de la nature est en effet étroitement liée à la culture qui façonne la coexistence humaine: quand «l'écologie humaine» est respectée au sein de la société, l'écologie environnementale en profite également. De même que les vertus humaines sont interdépendantes, telles que l'affaiblissement de l'une met les autres en danger, le système écologique repose sur le respect d'un projet qui affecte à la fois la santé de la société et sa bonne relation avec la nature… S'il y a un manque de respect pour le droit à la vie et à la mort naturelle, si la conception humaine, la gestation et la naissance sont artificielles, si les embryons humains sont sacrifiés à la recherche, la conscience de la société finit par perdre le concept d'écologie humaine et, avec lui, celui de écologie environnementale… C'est là une grave contradiction dans notre mentalité et notre pratique d'aujourd'hui: une contradiction qui rabaisse la personne, perturbe l'environnement et nuit à la société. —POPE BENOÎT XVI, Ibid. n. 51

 

UNE «ILLUMINATION» EST NÉCESSAIRE

Mais que faudra-t-il à l'humanité pour «se réveiller» de la direction périlleuse vers laquelle nous nous dirigeons? Apparemment, beaucoup plus que ce que nous avons vu. Nous avons fait sauter notre «héritage» - c'est-à-dire que nous avons dépensé notre libre volonté sur le développement d'un monde sans Dieu qui a conduit à des démocraties sans justice, des économies sans équilibre, des divertissements sans retenue et des plaisirs sans modération. Mais alors même que nous sommes moralement en faillite (et la destruction généralisée des mariages et des familles en est la preuve), cela n'a pas suffi à corriger les consciences de l'humanité. Non… il semble qu'il doit y avoir aussi un "famine" et alors un grand décapage et des tours rupture d'une fierté [2]voyez Tla nouvelle tour de Babel qui s'est opposé à Dieu notre Père. Ce n'est que lorsque les nations seront à genoux dans la pente de porc de l'auto-destruction, semble-t-il, seront-elles capables de recevoir un illumination de la conscience. Et par conséquent, le Sept sceaux de l'Apocalypse doit être définitivement brisée pour que la justice miséricordieuse de Dieu - c'est-à-dire nous laisser récolter ce que nous avons semé [3]Gal 6: 7-8- faire prendre conscience à quel point nous sommes tombés en disgrâce.

Et ainsi, la nuit doit tomber; l'obscurité de ce nouveau paganisme doit suivre son cours. Et alors, ce n'est qu'alors, semble-t-il, que l'homme moderne sera capable de distinguer la «lumière du monde» du «prince des ténèbres».

 

RENFORCER L'ÂME… POUR GRÂCE

En fin de compte, c'est un message d'espoir: que Dieu ne permettra pas à l'humanité de se détruire complètement. Il va intervenir de la manière la plus souveraine et la plus belle. L'arrivée Illumination de la conscience, peut-être ce qu'on appelle le «Sixième sceau» de l'Apocalypse, va être l'occasion pour les fils et les filles prodigues de rentrer chez eux. Plutôt que de descendre sur le monde avec colère, le Père courra vers qui commencera le voyage de retour et les accueillera, peu importe la gravité ou la perte d'un pécheur qu'ils ont été. [4]cf. La révélation prochaine du Père

Alors qu'il était encore à distance, son père le vit et eut compassion, et courut, l'embrassa et l'embrassa. (Luc 15:20)

Quel homme parmi vous, ayant cent moutons et perdant l'un d'eux, ne laisserait pas les quatre-vingt-dix-neuf dans le désert et ne traquerait pas celui qui était perdu jusqu'à ce qu'il le trouve? (Luc 15: 4)

N'endommagez pas la terre, la mer ou les arbres jusqu'à ce que nous mettions le sceau sur le front des serviteurs de notre Dieu. (Ap 7: 3)

Partout où je travaille, je rencontre constamment des parents dont les enfants ont quitté l'Église. Ils ont le cœur brisé et ont peur que leurs enfants soient perdus pour l'éternité. C'est, j'en suis sûr, le cas pour beaucoup d'entre vous qui lisez ceci maintenant. Mais écoutez attentivement…

Quand le SEIGNEUR vit combien la méchanceté de l'homme était grande sur la terre, et qu'aucun désir que son cœur ne concevait n'était autre chose que le mal, il regretta d'avoir fait l'homme sur la terre, et son cœur fut affligé. Alors le SEIGNEUR dit: "J'effacerai de la terre les hommes que j'ai créés… Je suis désolé de les avoir faits." Mais Noé trouva grâce auprès de l'Éternel. (Gn 6: 5-8)

Noé était la seule âme juste que Dieu pouvait trouver - mais Il a sauvé Noé et sa famille. [5]voir aussi La restauration prochaine de la famille

Entrez dans l'arche, vous et toute votre maison, car vous seul en cet âge j'ai trouvé vraiment juste. (Gen 7: 1)

Ainsi, ceux d'entre vous dont les enfants, frères et sœurs, conjoints, etc. sont tombés loin de la foi: soyez comme Noé. Vous êtes le juste, vivant dans la fidélité à la Parole de Dieu, intercédant et priant en leur faveur, et je crois que Dieu leur accordera l'opportunité et les grâces de - comme le fils prodigue - de rentrer à la maison, [6]voyez La restauration prochaine de la famille avant la dernière moitié du Puissante Tempête passe au-dessus de l'humanité: [7]voyez L'heure prodigue

Je me lèverai et irai vers mon père et je lui dirai: «Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi je ne mérite plus d'être appelé ton fils; traitez-moi comme vous traiteriez l'un de vos employés. (Luc 15: 18-19)

Mais cette heure prodigue n'est pas le début d'une nouvelle ère de paix - pas encore. Car nous lisons aussi dans la parabole du Prodigue que le fils aîné était pas ouvert à la miséricorde du Père. De même, beaucoup refuseront également la grâce de l'Illumination qui servira ainsi soit à attirer les âmes dans la miséricorde de Dieu, soit à les laisser dans les ténèbres. Les moutons seront tamisés des chèvres, le blé de l'ivraie. [8]cf. La grande purification Ainsi, le décor sera planté pour «la confrontation finale» entre les pouvoirs de la Lumière et les pouvoirs des ténèbres. [9]cf. Vivre le livre de l'Apocalypse  C'est cette obscurité envahissante dont le Pape Benoît XVI a mis en garde notre génération dans ses enseignements prophétiques.

Mais Dieu accordera à ceux qui reçoivent sa miséricorde un arche de refuge dans les temps qui viennent afin qu'ils puissent se frayer un chemin à travers les ténèbres… [10]voyez La grande arche et des tours Un miracle de miséricorde

 

 

Merci d'avoir aidé à maintenir ce ministère à flot!

Cliquez ici pour Se désabonner or S'abonner à ce journal.

 

 


Print Friendly, PDF & Email
Publié dans ACCUEIL, TEMPS DE GRÂCE.