Sexualité humaine et liberté - Partie I

SUR LES ORIGINES DE LA SEXUALITÉ

 

Il y a une crise totale aujourd'hui - une crise de la sexualité humaine. Il suit dans le sillage d'une génération qui est presque entièrement non catéchisée sur la vérité, la beauté et la bonté de nos corps et de leurs fonctions conçues par Dieu. La série d'écrits suivante est une discussion franche sur le sujet qui couvrira les questions concernant formes alternatives de mariage, masturbation, sodomie, fellation, etc. Parce que le monde débat de ces questions tous les jours à la radio, à la télévision et sur Internet. L'Eglise n'a-t-elle rien à dire sur ces questions? Comment réagissons-nous? En effet, elle le fait - elle a quelque chose de beau à dire.

«La vérité vous rendra libres», a dit Jésus. Ce n'est peut-être pas plus vrai qu'en matière de sexualité humaine. Cette série est recommandée pour les lecteurs avertis… Première publication en juin 2015. 

 

LIVING à la ferme, la fécondité de la vie est partout. N'importe quel jour, vous pourriez sortir par la porte arrière et voir des chevaux ou du bétail s'accoupler, des chats ronronner pour un partenaire, du pollen soufflant d'un épinette ou des abeilles polliniser des fleurs. L'élan pour créer la vie est inscrit dans chaque créature vivante. En fait, dans la plupart des règnes animal et végétal, les créatures et les organismes existent, pour ainsi dire, pour se reproduire, se propager et recommencer l'année suivante. Le sexe fait partie intégrante et magnifique de la création. C'est un miracle vivant jour après jour alors que nous sommes témoins devant nos yeux de la puissante «Parole» à l'aube de la création qui continue de se propager dans tout l'univers:

… Qu'ils abondent sur la terre, qu'ils soient fertiles et s'y multiplient. (Gn 1:17)

 

LA LOI DE LA VIE

Après avoir créé le monde et l'avoir rempli de vie, Dieu a dit qu'Il ferait quelque chose d'encore plus grand. Et c'est créer quelque chose, ou plutôt, quelqu'un qui serait fait à son image même.

Dieu a créé l'humanité à son image; à l'image de Dieu, il les a créés; homme et femme, il les a créés. (Gn 1, 27)

Comme le reste de la création, la race humaine a été conçue selon le «rythme de la nature» avec le commandement «d'être fertile et de se multiplier» mais avec l'ajout de «remplir la terre et soumettez-le. Gen 1: 28 L'humanité, partageant la nature même de Dieu, a été placée comme intendant et maître de toute la création - et cette maîtrise inclut, par conséquent, son propre corps créé.

À quoi était destiné son corps? À être fertile et multiplier. De toute évidence, nos organes génitaux portent à eux seuls une vérité. C'est-à-dire qu'une «loi naturelle» est écrite dans la création, inscrite dans nos corps mêmes.

La loi naturelle n'est rien d'autre que la lumière de l'intelligence placée en nous par Dieu; à travers elle, nous savons ce que nous devons faire et ce que nous devons éviter. Dieu a donné cette lumière ou loi à la création. -Catéchisme de l'Église catholique, n° 1955

Et cette loi dit que notre sexualité est avant tout pour la reproduction. Un homme produit des semences; une femme produit un œuf; et lorsqu'ils sont unis, l'homme et la femme produisent une life. Par conséquent, la loi naturelle

dicte que nos organes sexuels sont conçus pour reproduire la vie. C'est une loi simple modelée généralement dans toute la création, et l'homme n'y fait pas exception.

Cependant, que se passerait-il si le règne animal et végétal désobéissait aux lois qui les régissent? Et s'ils cessaient de suivre les instincts qui les poussent? Qu'arriverait-il à ces espèces? Que se passerait-il si la lune cessait de suivre son orbite autour de la terre et la terre son orbite autour du soleil? Quelles conséquences se dérouleraient? De toute évidence, cela mettrait en danger l'existence de ces espèces; cela mettrait en danger la vie sur terre. L '«harmonie» de la création serait rompue.

De même, que se passerait-il si man et de femme cessé de suivre les lois naturelles qui sont inscrites dans leur propre corps? Que se passerait-il s'ils interféraient délibérément avec ces fonctions? Les conséquences seraient les mêmes: une effraction harmonie cela amène le désordre, nie la vie et même produit la mort.

 

PLUS QU'UNE CRÉATURE

Jusqu'à présent, je n'ai abordé l'homme et la femme que comme essentiellement une autre espèce. Mais nous savons que l'homme et la femme sont plus qu'un simple «animal», plus qu'un «sous-produit de l'évolution». Lisez le merveilleux commentaire de Charlie Johnston sur la fraude du darwinisme: "La réalité est une chose têtue"

L'homme n'est pas un atome perdu dans un univers aléatoire: il est la créature de Dieu, que Dieu a choisi de doter d'une âme immortelle et qu'il a toujours aimée. Si l'homme n'était que le fruit du hasard ou de la nécessité, ou s'il devait abaisser ses aspirations à l'horizon limité du monde dans lequel il vit, si toute réalité n'était que histoire et culture, et que l'homme ne possédait pas une nature destinée à se transcender dans une vie surnaturelle, alors on pourrait parler de croissance, ou d'évolution, mais pas de développement.— PAPE BENOÎT XVI, Caritas in Veritate, n ° 29

C'est-à-dire à nouveau que l'homme et la femme sont faits «à l'image de Dieu». Contrairement aux animaux, l'homme a reçu un âme qu'il n'a pas et ne peut pas créer par lui-même puisque l'âme est le «principe spirituel» CEC, n° 363 de l'homme.

… Toute âme spirituelle est créée immédiatement par Dieu - elle n'est pas «produite» par les parents… -CEC, n° 365

Notre âme est ce qui nous distingue de toute création: c'est-à-dire que nous sommes aussi êtres spirituels. Selon le Catéchisme, `` L'unité de l'âme et du corps est si profonde qu'il faut considérer l'âme comme «Forme» du corps… leur union forme une seule nature ». CEC, n° 365 La raison pour laquelle nous sommes créés comme tels est un pur don: Dieu nous a créés à son image pour lui-même afin que nous puissions partager son amour. Et ainsi, «De toutes les créatures visibles, seul l'homme est« capable de connaître et d'aimer son créateur ». CEC, n° 356

En tant que telle, notre sexualité prend alors une «théologie». Pourquoi? Parce que si nous sommes créés «à l'image de Dieu», notre âme et notre corps forment un unique nature, alors nos corps font partie du reflet de «l'image de Dieu». Cette «théologie» est tout aussi importante que la «loi naturelle» expliquée ci-dessus, et en découle en fait. Car si la loi naturelle informe la fonction purement biologique de notre sexualité humaine et dans une certaine mesure notre relation entre nous (c'est-à-dire qu'un organe masculin est conçu pour un organe féminin et donc la base d'une relation entre les deux sexes), la théologie de notre corps explique leur signification spirituelle (et donc la nature de la relation entre les deux sexes). Ainsi, la théologie et la loi naturelle qui régit nos corps sont également «une». Lorsque nous comprenons cela, nous pouvons alors commencer à classer les activités sexuelles en catégories morales de ce qui est bien et de ce qui est mal. Ceci est essentiel car aller à l'encontre de la loi naturelle, c'est rompre une harmonie en nous-mêmes et avec Dieu qui ne peut laisser d'autre conséquence que la perte de la paix intérieure, qui à son tour conduit à une rupture d'harmonie les uns avec les autres. cf. Les laisserez-vous pour morts?

 

LA THÉOLOGIE DU CORPS

Revenant à la Genèse, notez qu'il est dit de tous les deux mâle et femelle:

Dieu a créé l'humanité à son image; à l'image de Dieu, il les a créés; homme et femme, il les a créés. (Gn 1, 27)

Autrement dit, ensemble, «mâle» et «femelle» reflètent l'image de Dieu.

Bien que l'homme et la femme fassent partie de la création, nous sommes mis à part parce que l'homme et la femme, ensemble, forment très image. Non seulement l'homme en tant que tel, pas seulement la femme en tant que telle, mais plutôt l'homme et la femme, en tant que couple, sont l'image de Dieu. La différence entre eux n'est pas une question de contraste ou de subordination, mais plutôt de communion et de génération, toujours à l'image et au semblant de Dieu. —POPE FRANÇOIS, Rome, 15 avril 2015; LifeSiteNews.com

Par conséquent, «les« perfections »respectives de l'homme et de la femme reflètent quelque chose de la perfection infinie de Dieu… non pas que Dieu les ait laissées à moitié faites et incomplètes: il les a créées pour qu'elles soient communion de personnes… Égales en tant que personnes… et complémentaires en tant que masculin et féminin. CEC, n° 370, 372 C'est dans ce complémentaire que nous découvrons la théologie au sein de nos natures sexuelles.

Si nous sommes faits «à l'image de Dieu», cela signifie que nous sommes faits à l'image des Trois Personnes de la Sainte Trinité: Père, Fils et Saint-Esprit. Mais comment cela peut-il se traduire par deux personnes - hommes et femmes? La réponse réside dans la révélation que Dieu est amour. Comme l'écrivait Karol Wojtyla (Jean-Paul II):

Dieu est amour dans la vie intérieure elle-même de l'unique divinité. Cet amour se révèle comme une ineffable communion de personnes. -Valutazioni sur Max Scheler in Métaphysique de la personne, p. 391-392; cité dans Chasteté conjugale au pape Wojtyla par Ailbe M. O'Reilly, p. 86

L'amour, en tant qu'essence divine, s'exprime comme tel:

Le Père qui engendre aime le Fils qui est engendré, et le Fils aime le Père d'un amour identique à celui du Père… Mais leur satisfaction mutuelle, leur amour réciproque, procède en eux et d'eux en tant que personne: Le Père et le Fils «inspirent» l'Esprit d'Amour consubstantiel avec eux. —POPE JEAN PAUL II, cité dans Chasteté conjugale au pape Wojtyla par Ailbe M. O'Reilly, p. 86

De l'Amour du Père et du Fils sort une troisième personne, le Saint-Esprit. Ainsi, l'homme et la femme, faits à l'image de Dieu, reflètent également cette essence divine à travers le corps et l'âme (puisqu'ils constituent une seule nature): un homme et une femme s'aiment si complètement, corps et âme, qu'à partir de là l'amour réciproque procède à une troisième personne: un enfant. De plus, notre sexualité, exprimée en Le mariage- qui est le reflet de l'unité et de l'unité de Dieu - est un modèle de la vie intérieure de la Trinité.

En effet, cette union entre l'homme et la femme est si profonde que l'Écriture dit: "Les deux deviennent une seule chair." Gen 2: 24 Par le sexe, leurs corps deviennent vraiment «un», pour ainsi dire; et cette unité s'étend à l'âme. Comme l'écrit saint Paul:

… Ne savez-vous pas que quiconque se joint à une prostituée devient un seul corps avec elle? Car «les deux», dit-il, «deviendront une seule chair». (1 Cor 6:16)

Ainsi, nous avons la base pour monogamie: union conjugale avec un seul autre. Cette union est ce qu'on appelle le «mariage». Son exclusivité est fondée sur le fait que le deux deviennent un. Pour rompre cette «alliance» alors le-2-deviendra-unc'est rompre le lien qui existe entre un homme et une femme qui va plus loin que la peau et les os - cela va au cœur et à l'âme. Aucun livre de théologie ou de droit canon n'est nécessaire pour qu'un homme ou une femme comprenne la profondeur de la trahison qui se produit lorsque ce lien est rompu. Car c'est une loi qui, lorsqu'elle est enfreinte, brise le cœur.

Enfin, la création d'autres personnes au sein de ce lien conjugal génère une nouvelle société appelée la «famille». Et ainsi se forme une cellule unique et irremplaçable dans la continuité de la race humaine.

La définition du mariage procède donc à la fois de la loi naturelle et de la théologie du corps. Le mariage est antérieur à l'État, n'est pas défini par l'État, cela ne peut pas non plus être, puisqu'elle procède d'un ordre établi par Dieu lui-même depuis «le commencement». cf. Gen 1: 1; 23-25 Ainsi, les Cours Suprêmes du monde entier n'ont qu'une seule tâche à cet égard: rejeter toute redéfinition de ce qui ne peut être redéfini.

Dans la partie suivante, nous poursuivons notre réflexion en réfléchissant sur la nécessité d'une morale ou d'un «code moral» puisque la loi naturelle de facto en crée un.

 

LECTURES CONNEXES

 

 

Merci de soutenir ce ministère à plein temps.

S'inscrire

 

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 Gen 1: 28
2 Lisez le merveilleux commentaire de Charlie Johnston sur la fraude du darwinisme: "La réalité est une chose têtue"
3 CEC, n° 363
4 CEC, n° 365
5 CEC, n° 356
6 cf. Les laisserez-vous pour morts?
7 CEC, n° 370, 372
8 Gen 2: 24
9 cf. Gen 1: 1; 23-25
Publié dans ACCUEIL, FOI ET MORALE, SEXUALITÉ HUMAINE ET LIBERTÉ et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .

Les commentaires sont fermés.