Sexualité humaine et liberté - Partie II

 

SUR LA BONNE ET LES CHOIX

 

Il c'est autre chose qu'il faut dire sur la création de l'homme et de la femme qui a été déterminée «au commencement». Et si nous ne comprenons pas cela, si nous ne comprenons pas cela, alors toute discussion sur la moralité, les bons ou mauvais choix, de suivre les desseins de Dieu, risque de transformer la discussion de la sexualité humaine en une liste stérile d'interdictions. Et cela, j'en suis certain, ne ferait qu'approfondir le fossé entre les beaux et riches enseignements de l'Église sur la sexualité et ceux qui se sentent aliénés par elle.

La vérité est que non seulement nous sommes tous créés à l'image de Dieu, mais aussi:

Dieu a regardé tout ce qu'il avait fait et l'a trouvé très bon. (Gn 1, 31)

 

NOUS SOMMES BONS MAIS TOMBÉS

Nous sommes faits à l'image de Dieu, et par conséquent, faits à l'image de Celui qui est la Bonté même. Comme l'écrit le psalmiste:

Vous avez formé mon être le plus intime; tu m'as tricoté dans le ventre de ma mère. Je vous félicite, car je suis merveilleusement fait. (Psaume 139: 13-14)

La Bienheureuse Vierge Marie regardait le reflet parfait d'elle-même lorsqu'elle tenait le Christ dans ses bras parce que toute sa vie était en parfaite harmonie avec son Créateur. Dieu veut cette harmonie pour nous aussi.

Maintenant, nous avons tous, à des degrés divers, la capacité de faire ce que toutes les autres créatures de la création font: manger, dormir, chasser, cueillir, etc. Mais parce que nous sommes créés à l'image de Dieu, nous avons aussi la capacité d'aimer. Et donc, il ne devrait pas être surprenant de trouver un couple vivant hors mariage qui est également de bons parents. Ou deux homosexuels cohabitant très généreux. Ou un mari accro à la pornographie qui est un travailleur honnête. Ou un athée qui est un serviteur désintéressé dans un orphelinat, etc. Les évolutionnistes ont souvent omis de rendre compte, au-delà de la spéculation et du champ limité de la science, pourquoi nous désirons être bons, ou même ce qu'est l'amour. La réponse de l'Église est que nous sommes créés à l'image de Celui qui est à la fois Bon et Amour lui-même, et ainsi, il y a une loi naturelle en nous qui nous guide vers ces fins. cf. Sexualité humaine et libertéPartie I Tout comme la gravité maintient la terre en orbite autour du soleil, c'est cette bonté même - la «gravité» de l'amour - qui maintient l'humanité en harmonie avec Dieu et toute la création.

Cependant, cette harmonie avec Dieu, les uns avec les autres et toute la création a été rompue avec la chute d'Adam et Eve. Et ainsi, nous voyons un autre principe à l'œuvre: la capacité de faire le mal, d'être conduit à servir des fins égoïstes. C'est précisément dans cette bataille intérieure entre le désir de faire le bien et l'envie de faire le mal que Jésus est entré pour «nous sauver». Et ce qui nous libère est vérité.

Sans vérité, la charité dégénère dans la sentimentalité. L'amour devient une coquille vide, à remplir de manière arbitraire. Dans une culture sans vérité, c'est le risque fatal auquel est confronté l'amour. Il est la proie d'émotions et d'opinions subjectives contingentes, le mot «amour» est abusé et déformé, au point qu'il en vient à vouloir dire le contraire. — PAPE BENOÎT XVI, Caritas in Veritate, n° 3

La pornographie est l'icône d'une «civilisation de l'amour» sans vérité. C'est le désir d'aimer, d'être aimé et d'avoir une relation - mais sans la vérité de notre sexualité et sa signification intrinsèque. De même, d'autres formes d'expression sexuelle, tout en cherchant à être «bonnes», peuvent aussi être une déformation de la vérité. Ce que nous sommes appelés à faire, c'est de mettre en «ordre» ce qui est en «désordre». Et la miséricorde et la grâce de Notre Seigneur sont là pour nous aider.

C'est dire que nous devons reconnaître et favoriser le bien des autres. Mais nous ne pouvons pas non plus laisser le bien que nous voyons transformer la compassion en «sentimentalité» où ce qui est immoral est simplement balayé sous le tapis. La mission du Seigneur est aussi celle de l'Église: participer au salut des autres. Cela ne peut pas être accompli dans l'auto-tromperie mais seulement dans vérité.

 

REDÉCOUVRIR LES ABSOLUTS MORAUX

Et c'est là que moralité entre en jeu. La morale, c'est-à-dire les lois ou les règles, aide à éclairer notre conscience et à guider nos actions selon le bien commun. Pourtant, pourquoi y a-t-il à notre époque l'idée que notre sexualité est un «libre pour tous» qui devrait être complètement détaché de toute forme de moralité?

Tout comme toutes nos autres fonctions corporelles, existe-t-il des lois qui régissent notre sexualité et l'ordonnent vers la santé et le bonheur? Par exemple, nous savons que si nous buvons trop d'eau, l'hyponatrémie peut s'installer et même vous tuer. Si vous mangez trop, l'obésité peut vous tuer. Si vous respirez même trop vite, l'hyperventilation peut S'effondrer. Donc, vous voyez, nous devons régir même notre consommation de produits tels que l'eau, la nourriture et l'air. Pourquoi pensons-nous donc que la mauvaise gouvernance de notre appétit sexuel ne porte pas aussi de graves conséquences? Les faits racontent une histoire différente. Les maladies sexuellement transmissibles sont devenues épidémiques, les taux de divorce montent en flèche, la pornographie détruit les mariages et la traite des êtres humains a explosé dans presque toutes les régions du monde. Se pourrait-il que notre sexualité ait également des limites qui la maintiennent en équilibre avec notre santé spirituelle, émotionnelle et physique? De plus, quoi et qui détermine ces limites?

La morale existe pour guider le comportement humain vers son propre bien et le bien commun. Mais ils ne sont pas dérivés arbitrairement, comme nous l'avons vu dans Partie I. Ils découlent de la loi naturelle qui «exprime la dignité de la personne et détermine le fondement de ses droits et devoirs fondamentaux». cf. Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 1956

Mais le grave danger à notre époque est la séparation de l'éthique et de la morale de la loi naturelle. Ce danger est encore obscurci lorsque les «droits» sont garantis uniquement par «vote populaire». L'histoire porte le fait que même la majorité des populations peuvent commencer à considérer comme «moral» quelque chose qui est contraire à la «bonté». Ne cherchez pas plus loin que le siècle dernier. L'esclavage était justifié; ainsi restreint le droit de vote des femmes; et bien sûr, le nazisme a été démocratiquement mis en œuvre par le peuple. Tout cela pour dire qu'il n'y a rien de plus inconstant que l'opinion majoritaire.

C'est le sinistre résultat d'un relativisme qui règne sans opposition: le «droit» cesse d'être tel, parce qu'il n'est plus fermement fondé sur la dignité inviolable de la personne, mais est soumis à la volonté du plus fort. De cette manière, la démocratie, en contradiction avec ses propres principes, évolue effectivement vers une forme de totalitarisme. —POPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, «L'Évangile de la vie», nf. 18, 20

Ce sont des moments étranges où un «athée gay» autoproclamé interroge l'Église catholique d'Irlande, non pas pour ses enseignements, mais pour «le désordre philosophique que les conservateurs religieux font de leur cas». Il poursuit en interrogeant:

Ces chrétiens ne peuvent-ils pas voir que la base morale de leur foi ne peut être recherchée dans l'arithmétique des sondeurs? … Une prépondérance de l'opinion publique peut-elle inverser la polarité entre vertu et vice? Serait-il venu un instant à Moïse (sans parler de Dieu) qu'il ferait mieux de s'en remettre au culte de Moloch parce que c'est ce que la plupart des Israélites voulaient faire? Cela doit sûrement être implicite dans l'affirmation de l'une des grandes religions du monde selon laquelle sur des questions de moralité, une majorité peut se tromper ... - Matthieu Parris, The Spectator, 30 Mai 2015

Parris a tout à fait raison. Le fait que les fondements moraux de la société moderne changent avec à peine un combat est dû au fait que la vérité et la raison ont été éclipsées par des hommes d'Église faibles qui ont compromis la vérité par peur ou par intérêt personnel.

… Nous avons besoin de connaissances, nous avons besoin de vérité, car sans celles-ci, nous ne pouvons pas tenir ferme, nous ne pouvons pas avancer. La foi sans vérité ne sauve pas, elle ne fournit pas une assise sûre. Cela reste une belle histoire, la projection de notre profond désir de bonheur, quelque chose de capable de nous satisfaire dans la mesure où nous sommes prêts à nous tromper. — PAPE FRANÇOIS, Lumen Fidei, Lettre encyclique, n. 24

Cette série sur la sexualité humaine et la liberté a pour but de nous mettre tous au défi de nous demander si nous nous trompons en fait, si nous nous sommes convaincus que la «liberté» que nous exprimons à travers notre sexualité dans les médias, en musique, en la façon dont nous nous habillons, dans nos conversations et dans nos chambres, est plutôt asservissement nous-mêmes et les autres? La seule façon de répondre à cette question est de «réveiller» la vérité sur qui nous sommes et de redécouvrir les fondements de la morale. Comme l'a averti le pape Benoît:

Ce n'est que s'il existe un tel consensus sur l'essentiel que les constitutions et le droit peuvent fonctionner. Ce consensus fondamental issu de l'héritage chrétien est en péril… En réalité, cela rend la raison aveugle à l'essentiel. Résister à cette éclipse de raison et conserver sa capacité à voir l'essentiel, à voir Dieu et l'homme, à voir ce qui est bon et ce qui est vrai, c'est l'intérêt commun qui doit unir toutes les personnes de bonne volonté. L'avenir même du monde est en jeu. —POPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 20 décembre 2010

Oui! Nous devons éveiller la vérité sur notre bonté. Les chrétiens doivent aller au-delà du débat et sortir dans le monde aux côtés des perdus, des saignés et même de ceux qui nous rejettent, et de laissez-les nous voir contempler leur bonté. De cette façon, par l'amour, nous pouvons trouver un terrain d'entente pour les graines de la vérité. Nous pouvons trouver la possibilité d'éveiller chez les autres la «mémoire» de qui nous sommes: des fils et des filles faits à l'image de Dieu. Car, comme l'a dit le Pape François, nous souffrons «d'une amnésie massive dans notre monde contemporain»:

La question de la vérité est vraiment une question de mémoire, mémoire profonde, car elle traite de quelque chose d'avant nous-mêmes et peut réussir à nous unir d'une manière qui transcende notre conscience individuelle mesquine et limitée. Il s'agit de l'origine de tout ce qui est, à la lumière duquel nous pouvons entrevoir le but et donc le sens de notre chemin commun. — PAPE FRANÇOIS, Lumen Fidei, Lettre encyclique, 25

 

RAISON HUMAINE ET MORALITÉ

"Nous doit obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

Telle était la réponse de Pierre et des apôtres aux dirigeants de leur peuple lorsqu'ils ont reçu l'ordre d'arrêter leurs enseignements. cf. Actes 5:29 Cela devrait également être la réponse de nos tribunaux, législatures et législateurs aujourd'hui. Pour la loi naturelle dont nous avons discuté dans Partie I n'est pas une invention de l'homme ni de l'Église. Ce n'est, encore une fois, «rien d'autre que la lumière de la compréhension placée en nous par Dieu». cf. Catéchisme de l'Église catholique, n° 1955 Bien sûr, certains pourraient rétorquer qu'ils ne croient pas en Dieu et ne sont donc pas liés par la loi naturelle. Cependant, le «code moral» inscrit dans la création elle-même transcende toutes les religions et ne peut être perçu que par la raison humaine.

Prenons par exemple un petit garçon. Il n'a aucune idée de pourquoi il a cette «chose» là-bas. Cela n'a aucun sens pour lui. Cependant, lorsqu'il atteint l'âge de raison, il apprend que cette «chose» continue de n'avoir aucun sens à part les organes génitaux féminins. De même, une jeune femme peut aussi raisonner que sa sexualité n'a aucun sens en dehors du sexe masculin. Ils sont un complémentaire. Cela peut être compris par la seule raison humaine. Je veux dire, si un enfant d'un an peut apprendre lui-même à mettre un jouet rond dans un trou rond, l'idée que l'éducation sexuellement explicite dans les salles de classe est «essentielle» devient un peu une farce, exposant un agenda d'un autre genre ...

Cela dit, notre raison humaine s'est assombrie par le péché. Et ainsi les vérités de notre sexualité humaine sont souvent obscurcies.

Les préceptes de la loi naturelle ne sont pas perçus par tout le monde clairement et immédiatement. Dans la situation actuelle, l'homme pécheur a besoin de grâce et de révélation pour que les vérités morales et religieuses puissent être connues «de tous avec facilité, avec une ferme certitude et sans mélange d'erreur». -Catéchisme de l'Église catholique (CEC), n° 1960

C'est le rôle, en partie, de l'Église. Le Christ lui a confié la mission «d'enseigner tout» que Notre Seigneur a enseigné. Cela inclut non seulement l'Évangile de la foi, mais aussi l'Évangile moral. Car si Jésus a dit que la vérité nous rendra libres, cf. Jean 8:32 il semblerait impératif que nous sachions précisément quelles sont ces vérités qui nous libèrent et celles qui asservissent. Ainsi, l'Église a été chargée d'enseigner à la fois «la foi et la morale». Elle le fait infailliblement par l'Esprit Saint, qui est «la mémoire vivante de l'Église», cf. CEC, n° 1099 en vertu de la promesse du Christ:

… Quand il viendra, l'Esprit de vérité, il vous guidera vers toute vérité. (Jean 16:13)

Encore une fois, pourquoi est-ce que je le souligne dans une discussion sur la sexualité humaine? Car à quoi sert-il de discuter de ce qui est en fait moralement «bien» ou «faux» du point de vue de l'Église à moins que nous ne comprenions quel est le point de référence de l'Église? Comme l'a déclaré l'archevêque Salvatore Cordileone de San Francisco:

Lorsque la culture ne peut plus appréhender ces vérités naturelles, alors le fondement même de notre enseignement s'évapore et rien de ce que nous avons à offrir n'aura de sens. -Cruxnow.com, Juin 3rd, 2015

 

LA VOIX DE L'ÉGLISE AUJOURD'HUI

Le point de référence de l'Église est la loi naturelle et de la révélation de Dieu par Jésus-Christ. Ils ne sont pas mutuellement exclusifs mais comprennent une unité de vérité provenant d'une source commune: le Créateur.

La loi naturelle, le très bon travail du Créateur, fournit la base solide sur laquelle l'homme peut construire la structure de règles morales pour guider ses choix. Il fournit également la base morale indispensable pour construire la communauté humaine. Enfin, il fournit la base nécessaire au droit civil auquel il se rattache, que ce soit par une réflexion qui tire des conclusions de ses principes, ou par des ajouts à caractère positif et juridique. -CEC, n° 1959

Le rôle de l'Église n'est donc pas en concurrence avec l'État. Il s'agit plutôt de fournir un guide moral infaillible à l'État dans sa fonction de pourvoir, d'organiser et de gouverner le bien commun de la société. J'aime dire que l'Église est la «mère du bonheur». Car au cœur de sa mission est d'amener les hommes et les femmes dans la «glorieuse liberté des enfants de Dieu». Rom 8: 21 parce que «pour la liberté, le Christ nous a libérés». Gal 5: 1

Le Seigneur se préoccupe non seulement de notre bien-être spirituel, mais aussi de notre corps (car l'âme et le corps constituent une seule nature), et donc le soin maternel de l'Église s'étend aussi à notre sexualité. Ou pourrait-on dire, sa sagesse s'étend à la «chambre» car «il n'y a rien de caché à part être rendu visible; rien n'est secret si ce n'est de se révéler. Mark 4: 22 C'est à dire que ce qui se passe dans la chambre is une préoccupation de l'Église parce que toutes nos actions affectent la façon dont nous nous rapportons et interagissons avec les autres à d'autres niveaux, spirituellement et psychologiquement, au contrôle de la chambre. Ainsi, la «liberté sexuelle» authentique fait également partie du dessein de Dieu pour notre bonheur, et ce bonheur est intrinsèquement lié à la vérité.

L'Eglise entend [donc] continuer à élever sa voix pour la défense de l'humanité, même lorsque les politiques des États et de la majorité de l'opinion publique vont dans le sens opposé. La vérité, en effet, tire sa force d'elle-même et non de la quantité de consentement qu'elle suscite. —POPE BENOÎT XVI, Vatican, 20 mars 2006

 

Dans la troisième partie, une discussion sur le sexe dans le contexte de notre dignité inhérente.

 

LECTURES CONNEXES

 

Merci de soutenir ce ministère à plein temps.

 

S'inscrire

 

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 cf. Sexualité humaine et libertéPartie I
2 cf. Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 1956
3 cf. Actes 5:29
4 cf. Catéchisme de l'Église catholique, n° 1955
5 cf. Jean 8:32
6 cf. CEC, n° 1099
7 Rom 8: 21
8 Gal 5: 1
9 Mark 4: 22
Publié dans ACCUEIL, FOI ET MORALE, SEXUALITÉ HUMAINE ET LIBERTÉ et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , .

Les commentaires sont fermés.