Sexualité humaine et liberté - Partie IV

 

Alors que nous continuons cette série en cinq parties sur la sexualité humaine et la liberté, nous examinons maintenant certaines des questions morales sur ce qui est bien et ce qui est mal. Veuillez noter que ceci est destiné aux lecteurs matures…

 

RÉPONSES AUX QUESTIONS INTIMÉES

 

QUELQU'UN a dit une fois: «La vérité vous rendra libre -mais d'abord ça va te cocher. »

Au cours de notre première année de mariage, j'ai commencé à lire sur l'enseignement de l'Église sur la contraception et comment cela nécessiterait des périodes d'abstinence. Alors j'ai pensé que, peut-être, il y avait d'autres «expressions» d'affection qui étaient permises. Cependant, ici, il semblait que l'Église disait aussi «non». Eh bien, j'étais un peu en colère contre toutes ces «interdictions», et la pensée me traversa l'esprit: «Que savent de toute façon ces célibataires de Rome sur le sexe et le mariage!» Pourtant, je savais aussi que si je commençais à choisir arbitrairement quelles vérités étaient vraies ou non à mon avis, Je deviendrais bientôt sans principes à bien des égards et je perdrais l'amitié avec Celui qui est «la vérité». Comme l'a dit un jour GK Chesterton, «les problèmes moraux sont toujours terriblement complexes - pour quelqu'un sans morale.»

Alors, j'ai déposé les armes, j'ai repris les enseignements de l'Église et j'ai essayé de comprendre ce que « Mère » essayait de dire… (cf. Un témoignage intime).

Vingt-quatre ans plus tard, alors que je repense à notre mariage, aux huit enfants que nous avons eu et à la nouvelle profondeur de notre amour l'un pour l'autre, je me rends compte que l'Église était ne jamais dire «non». Elle disait toujours «Oui!» Oui au don de la sexualité de Dieu. Oui à la sainte intimité dans le mariage. Oui à la merveille de la vie. Ce à quoi elle disait « non », ce sont des actions qui déformeraient l'image divine dans laquelle nous avons été créés. Elle disait « non » aux comportements destructeurs et égoïstes, « non » à aller à l'encontre de « la vérité » que nos corps disent tout seuls.

Les enseignements de l'Église catholique sur la sexualité humaine ne sont pas arbitrairement élaborés, mais découlent des lois de la création, découlent finalement de la loi de l'amour. Ils ne sont pas proposés pour empiéter sur notre liberté, mais précisément pour nous conduire à plus grand liberté - tout comme les garde-corps sur une route de montagne sont là pour vous conduire en toute sécurité de plus en plus haut au lieu de vous empêcher de progresser. 

… Aussi faible et pécheur qu'il est, l'homme fait souvent ce qu'il déteste et ne fait pas ce qu'il veut. Et ainsi il se sent divisé, et le résultat est une foule de discordes dans la vie sociale. Beaucoup, il est vrai, ne parviennent pas à voir la nature dramatique de cet état de fait dans toute sa clarté… L'Église croit que le Christ, mort et ressuscité pour tous, peut montrer à l'homme le chemin et le fortifier par l'Esprit …  -Concile Vatican II, Gaudium et Spes, n° 10

La «voie» que Jésus nous montre et qui est la base de la liberté dans notre sexualité, réside dans le «don de soi mutuel», non dans la prise. Et par conséquent, il existe des lois sur ce qui définit «donner» et ce qui définit «prendre». Pourtant, comme je l'ai dit dans Partie II, nous vivons dans une société où il est normal de dire aux autres de ne pas accélérer, de ne pas se garer dans une zone pour handicapés, de ne pas blesser les animaux, de ne pas tricher sur les impôts, de ne pas trop manger ou de mal manger, de ne pas trop boire ou boire et lecteur, etc. Mais d'une manière ou d'une autre, quand il s'agit de notre sexualité, on nous a dit le mensonge que la seule règle est qu'il n'y a pas de règles. Mais s'il y a jamais eu un domaine de notre vie qui nous affecte plus profondément que presque tout le reste, c'est précisément notre sexualité. Comme l'écrivait saint Paul:

Fuyez l'immoralité. Tout autre péché qu'un homme commet est hors du corps; mais l'homme immoral pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit en vous, que vous avez de Dieu? Vous n'êtes pas à vous; vous avez été acheté avec un prix. Alors, glorifiez Dieu dans votre corps. (I Cor 6: 18-19)

Alors avec cela, je veux discuter des «non» de l'enseignement de l'Église précisément pour que vous et moi puissions entrer plus pleinement dans le «oui» de Dieu pour nous, son «oui» pour tous les deux corps et âme. Car le meilleur moyen de glorifier Dieu est de vivre pleinement selon la vérité de qui vous êtes ...

 

ACTES INTRINSÈQUEMENT TROUBLES

Il y a une nouvelle ressource qui a été publiée récemment par Pursuit of Truth Ministries, un groupe de chrétiens qui ont vécu avec l'attirance envers le même sexe. L'un des auteurs raconte ce qu'il pensait de l'utilisation par l'Église du terme «intrinsèquement désordonné» pour désigner la tendance homosexuelle.

La première fois que j'ai lu sur ce terme, c'était difficile à prendre. J'avais l'impression que l'Église appelait me désordonné. Je n'aurais pas pu trouver une phrase plus blessante, et cela m'a donné envie de faire mes valises et de partir, et de ne jamais revenir. -"Avec Open Hearts", p. 10

Mais il continue en soulignant à juste titre que tous une orientation ou un acte contraire à la «loi naturelle» est «intrinsèquement désordonné», c'est-à-dire «non conforme à sa nature». Les actes sont désordonnés lorsqu'ils ne conduisent pas à l'accomplissement des finalités de nos facultés corporelles telles qu'elles sont structurellement créées. Par exemple, se faire vomir parce qu'on se croit trop gros alors qu'on est maigre est un trouble intrinsèque (anorexie) basé sur une perception de soi ou de son corps contraire à sa vraie nature. De même, l'adultère entre hétérosexuels est un acte intrinsèquement désordonné puisqu'il est contraire à l'ordre de la création voulu par le Créateur entre époux.

Saint Jean-Paul II a enseigné:

La liberté n'est pas la capacité de faire tout ce que nous voulons, quand nous le voulons. Au contraire, la liberté est la capacité de vivre de manière responsable la vérité de notre barbelé-libertérelation avec Dieu et les uns avec les autres. —POPE JEAN-PAUL II, Saint-Louis, 1999

Juste parce qu'un vous faire quelque chose ne veut pas dire un devrait. Et donc là, il faut être franc : parce que l'anus est un « trou » ne veut donc pas dire qu'il doit être pénétré par un pénis ; parce qu'un animal a un vagin ne signifie pas qu'il doit être pénétré par un homme ; de même, le fait que la bouche soit une ouverture n'en fait donc pas une option morale pour l'accomplissement de l'acte sexuel. 

Voici donc un résumé de la théologie morale de l'Église concernant la sexualité humaine qui découle de la loi morale naturelle. Gardez à l'esprit que ces «lois» sont ordonnées au «oui» de Dieu pour notre corps:

• Se stimuler soi-même est un péché, appelé masturbation, qu'elle se termine par l'orgasme ou non. La raison en est que la stimulation de la satisfaction auto-sexuelle tend déjà vers une utilisation objectivement désordonnée de son corps, qui est conçu pour le achèvement de l'acte sexuel avec son conjoint.

Car ici le plaisir sexuel est recherché en dehors de «la relation sexuelle qui est exigée par l'ordre moral et dans laquelle se réalise le sens total du don de soi mutuel et de la procréation humaine dans le contexte du véritable amour». -Catéchisme de l'Église catholique, n° 2352

(Remarque: tout acte involontaire qui aboutit à un orgasme, tel qu'un «rêve humide» nocturne, n'est pas un péché.)

• il est toujours faux qu'un orgasme masculin ait lieu en dehors de sa femme, même s'il est précédé d'une pénétration (puis retiré avant l'éjaculation). La raison c'est que l'éjaculation est toujours ordonnée à la procréation. Tout acte qui procure un orgasme en dehors du rapport sexuel ou qui l'interrompt volontairement au cours d'un rapport sexuel pour éviter une grossesse est un acte non ouvert à la vie, et donc contraire à sa fonction intrinsèque.

• la stimulation des organes génitaux d'une autre personne (« préliminaires ») n'est autorisée que lorsqu'elle entraîne la achèvement des rapports sexuels entre un mari et une femme. La masturbation mutuelle entre époux est illégale car l'acte n'est pas ouvert à la vie et est contraire à la conception voulue de la sexualité de notre corps if cela ne se termine pas par des rapports sexuels. En ce qui concerne les moyens de stimulation orale, comme indiqué ci-dessus, les baisers, etc. ne peuvent l'homme la graine est répandue en dehors des rapports sexuels, mais n'est pas illicite si elle est ordonnée au «don de soi mutuel» qui est à la base de l'acte unitif et procréateur, car le corps est par essence «bon».

Laisse-le m'embrasser avec des baisers de sa bouche, car ton amour vaut mieux que le vin… (Cantique des Cantiques 1: 2)

Ici, le mari a un devoir particulier de s'assurer que son "toucher" donne dans l'amour, et non dans la luxure. De cette façon, leur plaisir mutuel est élevé à la dignité que Dieu l'a voulu, puisqu'il a conçu le plaisir comme une partie intrinsèque de notre sexualité. Il n'est pas illicite, à cet égard, qu'une femme ait un orgasme avant ou après la pénétration de l'homme, tant que l'accomplissement de l'acte conjugal se produit effectivement, comme Dieu l'a voulu. Le but n'est pas seulement l'orgasme, mais un don complet de soi qui conduit à une union plus profonde dans l'amour sacramentel. Dans son travail Théologie morale par le P. Heribet Jone, qui porte le Imprimatur et de Nihil Obstat, il écrit:

Les épouses qui n'obtiennent pas une entière satisfaction peuvent l'obtenir par attouchements immédiatement avant ou après le coït puisque le mari peut se retirer immédiatement après l'éjaculation. (P. 536) 

Il continue,

Les actes réciproques sexuellement stimulants sont licites lorsqu'ils sont accomplis pour une juste cause (par exemple, en signe d'affection) s'il n'y a pas de danger de pollution (même si cela doit parfois suivre accidentellement) ou même s'il y a un tel danger mais il y a aussi une raison justifiant l'action…. (P. 537) 

À cet égard, il vaut la peine de répéter la vision de saint Jean-Paul II selon laquelle idéalement…

… Le point culminant de l'excitation sexuelle a lieu à la fois chez l'homme et chez la femme, et dans la mesure du possible chez les deux époux en même temps. —POPE JEAN-PAUL II, Amour et responsabilité, Version Kindle par Pauline Books & Media, Loc 4435f

Cela commande l'acte conjugal vers un «climax» mutuel du don et de recevoir. 

• La sodomie, autrefois considérée comme illégale dans la plupart des pays, gagne non seulement du terrain en tant que forme acceptable d'expression sexuelle, mais elle est mentionnée avec désinvolture dans certains cours d'éducation sexuelle avec des enfants, et même encouragée comme une forme de récréation pour les couples hétérosexuels. Cependant, le Catéchisme déclare que de tels actes sont «des péchés gravement contraires à la chasteté» cf. CEC, n° 2357 et contrairement à la fonction que la nature prescrit au rectum, qui est un réceptacle de déchets, non de vie. 

Suivant le même courant de logique, les préservatifs, les diaphragmes, les pilules contraceptives, etc. sont tous gravement immoraux parce qu'ils sont contraires à ce "don de soi mutuel et procréation humaine" établi dans l'ordre moral. S'abstenir de rapports sexuels pendant la période de fécondité d'une femme (tout en restant ouvert à la possibilité de vivre) n'est pas contraire à la loi naturelle, mais est une utilisation acceptable de la raison et de l'intelligence humaines dans la régulation des naissances. cf. Humanae Vitaen° 16

• Un enfant n'est pas quelque chose devait à un mais est un cadeau. Tout acte tel que l'insémination artificielle et la fécondation homologues est moralement inacceptable car il dissocie l'acte sexuel de l'acte procréateur. Cet acte qui fait naître l'enfant n'est plus un acte par lequel deux personnes se donnent l'une à l'autre, mais un acte qui «confie la vie et l'identité de l'embryon au pouvoir des médecins et des biologistes et établit la domination de la technologie sur le origine et destin de la personne humaine. » cf. CEC, 2376-2377 Il y a aussi le fait que plusieurs embryons sont souvent détruits par des méthodes artificielles, ce qui est en soi un péché grave.

• La pornographie est toujours gravement immorale parce qu'elle est l'objectivation du corps d'une autre personne à des fins de satisfaction sexuelle. cf. The Hunted De même, utiliser la pornographie pendant les rapports sexuels entre époux pour «aider» leur vie amoureuse est aussi gravement péché puisque Notre Seigneur lui-même assimile les yeux lubriques envers autrui à l'adultère. cf. Matthieu 5: 28

• Les relations sexuelles en dehors du mariage, y compris le «vivre ensemble» avant le mariage, sont également un péché grave car elles sont «contraires à la dignité des personnes et à la sexualité humaine» (CEC, n. 2353). Autrement dit, Dieu a créé l'homme et la femme pour un un autre dans une mutuelle, à vie Pacte qui reflète le lien d'amour entre la Sainte Trinité. cf. Gn 1:27 ; 2:24 L'alliance du mariage is le vœu qui honore la dignité de l'autre et constitue le seul contexte légitime d'union sexuelle depuis la consentement à l'union sexuelle est l'accomplissement et accomplissement de cette alliance.

En conclusion, rien de ce qui précède ne prend en compte les conséquences dangereuses pour la santé qui sont introduites en sortant des limites sûres de l'expression sexuelle morale, comme le sexe anal ou oral, la bestialité et la contraception (par exemple, les contraceptifs artificiels se sont révélés être cancérogène et lié au cancer ; de même, l'avortement, qui est couramment utilisé comme méthode de contrôle des naissances aujourd'hui, a été trouvé dans douze études comme étant lié au cancer du sein. cf. LifeSiteNews.com) Comme c'est toujours le cas, les actions semées en dehors des desseins de Dieu ont souvent des conséquences indésirables.

 

SUR LES FORMES ALTERNATIVES DE MARIAGE

Compte tenu des lois ci-dessus qui devraient régir notre conduite sexuelle, un mot sur les formes alternatives de mariage trouve ici un contexte. Et je dis «alternative» par opposition à seulement «mariage homosexuel», car une fois que vous détachez le mariage de la loi morale naturelle, tout se passe selon l'idéologie des tribunaux, les caprices de la majorité ou le pouvoir du lobby.

Ni deux hommes ni deux femmes ne peuvent former une relation sexuelle mutuellement complémentaire par défaut: ils n'ont pas la biologie nécessaire chez l'un des partenaires. Mais c'est précisément cette complémentarité entre l'homme et la femme qui forme la base de ce qu'on appelle le «mariage» car elle va au-delà des affections vers une réalité biologique unique. Comme l'a récemment dit le pape François,

La complémentarité de l'homme et de la femme, sommet de la création divine, est remise en question par la soi-disant idéologie du genre, au nom d'une société plus libre et plus juste. Les différences entre l'homme et la femme ne sont pas pour l'opposition ou la subordination, mais pour communion et de génération , toujours à «l'image et à la ressemblance» de Dieu. Sans don de soi mutuel, ni l'un ni l'autre ne peut comprendre l'autre en profondeur. Le sacrement du mariage est un signe de l'amour de Dieu pour l'humanité et du don du Christ lui-même pour son épouse, l'Église. —POPE FRANÇOIS, discours aux évêques portoricains, Cité du Vatican, 08 juin 2015

Aujourd'hui, les revendications concernant la base du «mariage homosexuel» vont de la «camaraderie» à «l'amour» en passant par «l'épanouissement» et les «avantages fiscaux», etc. Mais toutes ces réponses pourraient également être revendiquées par un polygame souhaitant que l'État sanctionne son mariage avec quatre femmes. Ou une femme qui veut épouser sa sœur. Ou un homme qui veut épouser un garçon. En effet, les tribunaux doivent déjà traiter ces affaires puisqu'elles ont ouvert une boîte de Pandore en ignorant la loi naturelle et en redéfinissant le mariage. Le chercheur Ryan Anderson illustre parfaitement cela:

Mais il y a un autre point à souligner ici. La question du «mariage» et la question de «l'expression sexuelle» sont en fait deux entités distinctes. Autrement dit, même si la loi stipule que deux homosexuels peuvent «se marier», cela ne sanctionne donc pas les actes sexuels objectivement désordonnés. Il n'y a toujours aucun moyen moral de consommer efficacement le «mariage». Mais le même principe s'applique à un couple hétérosexuel: ce n'est pas parce qu'ils sont mariés que des actes objectivement immoraux sont désormais autorisés.

J'ai dialogué avec des hommes et des femmes qui avaient vécu dans des relations homosexuelles mais qui voulaient conformer leur vie aux enseignements de l'Église. Ils ont embrassé une vie de chasteté car ils ont compris que leur amour et leur affection mutuels pour leur partenaire ne pouvaient pas devenir une porte vers le vice. Un homme, après être entré dans le catholicisme Church, a demandé à son partenaire, après trente-trois ans passés ensemble, de lui permettre de vivre une vie célibataire. Il m'a écrit récemment en disant,

Je n'ai jamais regretté et suis toujours en admiration devant ce cadeau. Je ne peux pas expliquer, à part l'amour le plus profond et le désir de l'union finale qui m'inspire.

Voici un homme qui fait partie de ces beaux et courageux «signes de contradiction» dont j'ai parlé dans Partie III. Sa voix et son expérience sont similaires aux voix du documentaire La troisième voie et la nouvelle ressource "Avec Open Hearts" en ce que ce sont des individus qui n'ont pas trouvé d'oppression, mais liberté dans les enseignements moraux de l'Église catholique. Ils ont découvert la joie libératrice des commandements de Dieu: cf. Jean 15: 10-11

Je trouve de la joie dans la voie de vos témoignages plus que dans toutes les richesses. Je réfléchirai à vos préceptes et considérerai vos chemins. Dans tes statuts je prends plaisir… (Psaume 119: 14-16)

 

DE LA CULPABILITÉ À LA LIBERTÉ

Notre sexualité est un aspect tellement sensible et délicat de qui nous sommes parce qu'elle touche à «l'image» même de Dieu dans lequel nous sommes créés. En tant que tel, cet article pourrait être un «examen de conscience» pour plusieurs lecteurs qui vous a laissé troublé par vos infidélités passées ou présentes. Je veux donc terminer la quatrième partie en rappelant une fois de plus au lecteur les paroles de Jésus:

Car Dieu a envoyé le Fils dans le monde, non pour condamner le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. (Jean 3:17)

Si vous avez vécu en dehors des lois de Dieu, c'est précisément pour vous que Jésus a été envoyé vous réconcilier avec l'ordre de Dieu. Dans notre monde d'aujourd'hui, nous avons inventé toutes sortes de médicaments, de thérapies, de programmes d'auto-assistance et d'émissions de télévision pour lutter contre la dépression et l'anxiété. Mais en vérité, une grande partie de notre angoisse est la résultat de savoir au fond que nous vivons contrairement à une loi supérieure, contrairement à l'ordre de la création. Cette agitation peut également être identifiée par un autre mot - êtes-vous prêt pour cela ? -la culpabilité. Et il n'y a qu'une seule façon de vraiment supprimer cette culpabilité sans avoir à faire appel à un thérapeute: se réconcilier avec Dieu et Sa Parole.

Mon âme est déprimée; soulève-moi selon ta parole. (Psaume 119: 28)

Peu importe le nombre de fois que vous avez péché ou la gravité de vos péchés. Le Seigneur veut vous restaurer à l'image dans laquelle il vous a créé et ainsi vous restaurer la paix et «l'harmonie» qu'il a destinées à l'humanité depuis le début de la création. Je suis souvent encouragé par ces paroles confiées par Notre Seigneur à sainte Faustine:

Ô âme plongée dans les ténèbres, ne désespérez pas. Tout n'est pas encore perdu. Viens te confier en ton Dieu, qui est amour et miséricorde… Qu'aucune âme ne craigne de s'approcher de Moi, même si ses péchés sont aussi écarlates… Je ne peux pas punir même le plus grand pécheur s'il fait appel à Ma compassion, mais sur le au contraire, je le justifie dans Ma miséricorde insondable et impénétrable. —Jésus à Sainte-Faustine, Miséricorde divine dans mon âme, Journal, n. 1486, 699, 1146

La place de la restauration en Christ est dans le sacrement de la confession, en particulier pour ces péchés graves ou «mortels» contre nous-mêmes ou contre les autres. cf. À ceux qui sont dans le péché mortel Comme je l'ai dit plus haut, Dieu n'a pas placé ces limites morales pour induire la culpabilité, générer de la peur ou supprimer nos énergies sexuelles. Au contraire, ils sont là pour produire l'amour, générer la vie et canaliser nos désirs sexuels vers le service mutuel et le don de soi des époux. Ils existent pour nous conduire à liberté. Ceux qui attaquent aujourd'hui l'Église comme une «machine à culpabilité» oppressive à cause de ses «règles» sont plutôt hypocrites. Parce que la même chose pourrait être dite pour toute institution qui dispose d'un manuel de règlements et de lignes directrices pour guider la conduite de ses employés, étudiants ou membres.

Merci à Dieu que, si nous avons franchi les «garde-corps» et sommes allés dévaler la montagne, Il peut nous restaurer par Sa miséricorde et Son pardon. La culpabilité est une réponse saine dans la mesure où elle pousse notre conscience à corriger son comportement. En même temps, s'accrocher à la culpabilité n'est pas sain lorsque le Seigneur est mort sur la croix afin d'ôter cette culpabilité et nos péchés.

Voici les mots auxquels Jésus parle tout le monde, qu’ils soient «gay» ou «hétéros». Ils sont une invitation à découvrir la glorieuse liberté qui attend ceux qui mettent leur confiance dans le plan de Dieu pour la création - qui inclut notre sexualité.

N'aie pas peur de ton Sauveur, ô âme pécheuse. je fais le premier mouvement à venir à vous, car je sais que par vous-même, vous ne pouvez pas vous élever vers moi Enfant, ne fuyez pas votre Père; être prêt à parler ouvertement avec votre Dieu de miséricorde qui veut dire des paroles de pardon et vous prodiguer ses grâces. Que votre âme m'est chère! J'ai inscrit votre nom sur ma main; tu es gravé comme une blessure profonde dans Mon Cœur. —Jésus à Sainte Faustine, Divine Miséricorde dans mon âme, Journal, n. 1485

 

 

Dans la dernière partie de cette série, nous discuterons des défis auxquels nous sommes confrontés en tant que catholiques aujourd'hui et quelle devrait être notre réponse ...

 

PLUS DE LECTURE

 

 

Soutenez le ministère à plein temps de Mark :

 

Pour voyager avec Mark dans The Now Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour vous inscrire.
Votre e-mail ne sera communiqué à personne.

Maintenant sur Telegram. Cliquez sur:

Suivez Mark et les « signes des temps » quotidiens sur MeWe :


Suivez les écrits de Mark ici:

Écouter sur les réseaux suivants :


 

 
Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 cf. CEC, n° 2357
2 cf. Humanae Vitaen° 16
3 cf. CEC, 2376-2377
4 cf. The Hunted
5 cf. Matthieu 5: 28
6 cf. Gn 1:27 ; 2:24
7 cf. LifeSiteNews.com
8 cf. Jean 15: 10-11
9 cf. À ceux qui sont dans le péché mortel
Publié dans ACCUEIL, FOI ET MORALE, SEXUALITÉ HUMAINE ET LIBERTÉ et étiqueté , , , , , , , , , , .

Les commentaires sont fermés.