Vivre le livre de l'Apocalypse


La femme vêtue du soleil, par John Collier

À LA FÊTE DE NOTRE DAME DE GUADALUPE

 

Cette écriture est une toile de fond importante pour ce que je veux écrire ensuite sur la «bête». Les trois derniers papes (et Benoît XVI et Jean-Paul II en particulier) ont indiqué assez explicitement que nous vivons le livre de l'Apocalypse. Mais d'abord, une lettre que j'ai reçue d'un beau jeune prêtre:

Je manque rarement un article sur Now Word. J'ai trouvé votre écriture très équilibrée, bien documentée, et orientant chaque lecteur vers quelque chose de très important: la fidélité au Christ et à son Église. Au cours de cette dernière année, j'ai éprouvé (je ne peux pas vraiment l'expliquer) le sentiment que nous vivons à la fin des temps (je sais que vous écrivez à ce sujet depuis un certain temps, mais ce n'est vraiment que le dernier an et demi que ça me frappe). Il y a trop de signes qui semblent indiquer que quelque chose est sur le point de se produire. Il faut prier pour ça c'est sûr! Mais un sens profond avant tout de faire confiance et de se rapprocher du Seigneur et de notre Sainte Mère.

Ce qui suit a été publié pour la première fois le 24 novembre 2010…

 


RÉVÉLATION
Les chapitres 12 et 13 sont si riches en symbolisme, si vastes en sens, qu'on pourrait écrire des livres examinant plusieurs angles. Mais ici, je veux parler de ces chapitres en ce qui concerne les temps modernes et le point de vue des Saints Pères selon lequel ces Écritures particulières ont une importance et une pertinence à notre époque. (Si vous n'êtes pas familier avec ces deux chapitres, il vaudrait la peine de rafraîchir rapidement leur contenu.)

Comme je l'ai souligné dans mon livre La confrontation finale, Notre-Dame de Guadalupe est apparue au 16e siècle au milieu d'une culture de la mort, la culture aztèque du sacrifice humain. Son apparition a abouti à la conversion de millions de personnes à la foi catholique, écrasant essentiellement sous son talon la conduite de «l'État» massacre des innocents. Cette apparition était un microcosme et signer de ce qui arrivait au monde et qui culmine maintenant à notre époque: une culture de la mort dirigée par l'État qui s'est répandue dans le monde entier.

 

DEUX SIGNES DES TEMPS FINAUX

Saint Juan Diego a décrit l'apparition de Notre-Dame de Guadalupe:

… Ses vêtements brillaient comme le soleil, comme s'ils envoyaient des vagues de lumière, et la pierre, le rocher sur lequel elle se tenait, semblait émettre des rayons. -St. Juan Diego, Nican Mopohua, Don Antonio Valeriano (ch.1520-1605 AD,), n. 17-18

Ceci, bien sûr, est parallèle à Ap 12: 1, "la femme vêtue du soleil. » Et comme 12: 2, elle était enceinte.

Mais un dragon apparaît également en même temps. Saint-Jean identifie ce dragon comme "l'ancien serpent qui est appelé le diable et Satan, qui a trompé le monde entier ...»(12: 9). Ici, saint Jean décrit la nature de la bataille entre la femme et le dragon: c'est une bataille terminée Vérité, pour Satan "a trompé le monde entier… »

 

CHAPTER 12: SUBTLE SATAN

Il est essentiel de comprendre la différence entre le chapitre 12 et le chapitre 13 de l'Apocalypse, car bien qu'ils décrivent la même bataille, ils révèlent une progression satanique.

Jésus a décrit la nature de Satan en disant:

Il était un meurtrier depuis le début… c'est un menteur et le père du mensonge. (Jean 8:44)

Peu de temps après l'apparition de Notre-Dame de Guadalupe, le dragon est apparu, mais sous sa forme habituelle, comme un «menteur». Sa tromperie est venue sous la forme de philosophie errante (voir le chapitre 7 de La confrontation finale qui explique comment cette tromperie a commencé avec la philosophie de déisme qui a progressé de nos jours développement matérialisme athée. Cela a créé un individualisme dans lequel le monde matériel est la réalité ultime, engendrant ainsi une culture de la mort qui détruit tout obstacle au bonheur personnel.) En son temps, le pape Pie XI a vu les dangers d'une foi tiède, et a averti que ce qui allait arriver n'était pas seulement sur tel ou tel pays, mais le monde entier:

Le catholique qui ne vit pas vraiment et sincèrement selon la foi qu'il professe ne sera pas longtemps maître de lui-même en ces jours où les vents de conflits et de persécution souffleront si violemment, mais sera emporté sans défense dans ce nouveau déluge qui menace le monde. . Et ainsi, pendant qu'il prépare sa propre ruine, il expose pour ridiculiser le nom même de Christian. —PAPE PIE XI, Divini Rédemptoris «Sur le communisme athée», n. 43; 19 mars 1937

Le chapitre 12 de l'Apocalypse décrit un confrontation spirituelle, une bataille pour les cœurs qui, préparée par deux schismes au premier siècle et demi de l'Église, a germé au XVIe siècle. C'est une bataille pour le Vérité tel qu'enseigné par l'Église et réfuté par des sophismes et des raisonnements errants.

Cette femme représente Marie, la Mère du Rédempteur, mais elle représente en même temps toute l'Église, le Peuple de Dieu de tous les temps, l'Église qui, à tout moment, avec une grande douleur, donne à nouveau naissance au Christ. —POPE BENOÎT XVI en référence à Ap 12: 1; Castel Gandolfo, Italie, AOÛT. 23, 2006; Zenit

Jean-Paul II donne un contexte au chapitre 12 en dévoilant comment le plan de Satan a été le développement progressif et l'acceptation du mal dans le monde:

Il n'y a pas besoin d'avoir peur d'appeler le premier agent du mal par son nom: le Malin. La stratégie qu'il a utilisée et continue d'utiliser est celle de ne pas se révéler, pour que le mal implanté par lui depuis le début reçoive son développement de l'homme lui-même, des systèmes et des relations entre les individus, des classes et des nations - pour devenir aussi toujours plus un péché «structurel», toujours moins identifiable comme un péché «personnel». En d'autres termes, pour que l'homme se sente en un certain sens «libéré» du péché, mais en même temps y est toujours plus profondément immergé. —POPE JEAN PAUL II, Lettre apostolique, Dilecti Amici, «Aux jeunes du monde», n° 15

C'est le piège ultime: devenir esclaves sans s'en rendre pleinement compte. Dans un tel état de tromperie, les âmes seront disposées à embrasser, comme un bien apparent, un nouveau maître

 

CHAPTER 13:   LA BÊTE MONTANT

Les chapitres 12 et 13 sont divisés par un événement décisif, une sorte de nouvelle rupture du pouvoir de Satan grâce à l'aide de Saint Michel Archange par lequel Satan est jeté du «ciel» à la «terre». Il comporte probablement à la fois une dimension spirituelle (voir Exorcisme du dragon) et une dimension physique (voir Le procès de sept ans - Partie IV.)

Ce n'est pas la fin de son pouvoir, mais une concentration de celui-ci. Donc, la dynamique change soudainement. Satan ne se «cache» plus derrière ses sophismes et ses mensonges (car «il sait qu'il n'a que peu de temps»[12:12]), mais révèle maintenant son visage comme Jésus l'a décrit: a "meurtrier. » La culture de la mort, jusqu'ici voilée sous le couvert des «droits de l'homme» et de la «tolérance», sera remise entre les mains de celui que saint Jean décrit comme une «bête» qui lui-même déterminer qui a des «droits de l'homme» et qui it «tolérera». 

Avec des conséquences tragiques, un long processus historique atteint un tournant. Le processus qui a conduit jadis à la découverte de l’idée de «droits de l’homme» - droits inhérents à toute personne et antérieur à toute Constitution et législation d’État - est aujourd'hui marqué par une contradiction surprenante. Précisément à une époque où les droits inviolables de la personne sont solennellement proclamés et la valeur de la vie affirmée publiquement, le droit même à la vie est nié ou piétiné, surtout aux moments les plus significatifs de l'existence: le moment de la naissance et le moment de la mort… C'est ce qui se passe aussi au niveau de la politique et du gouvernement: le droit originel et inaliénable à la vie est remis en question ou nié sur la base d'un vote parlementaire ou de la volonté d'une partie du peuple - même s'il l'est la majorité. C'est le sinistre résultat d'un relativisme qui règne sans opposition: le «droit» cesse d'être tel, parce qu'il n'est plus fermement fondé sur la dignité inviolable de la personne, mais est soumis à la volonté du plus fort. De cette manière, la démocratie, contredisant ses propres principes, évolue effectivement vers une forme de totalitarisme. —POPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, «L'Évangile de la vie», nf. 18, 20

C'est la grande bataille entre la «culture de la vie» et la «culture de la mort»:

Cette lutte est parallèle au combat apocalyptique décrit dans [Ap 11: 19-12: 1-6, 10 sur la bataille entre «la femme vêtue du soleil» et le «dragon»]. Batailles mortelles contre la vie: une «culture de la mort» cherche à s'imposer à notre désir de vivre et de vivre pleinement… De vastes secteurs de la société sont confus sur ce qui est bien et ce qui est mal, et sont à la merci de ceux qui ont le pouvoir de «créer» une opinion et de l'imposer aux autres.  —POPE JEAN PAUL II, Homélie du parc d'État de Cherry Creek, Denver, Colorado, 1993

Le pape Benoît XVI évoque également le douzième chapitre de l'Apocalypse comme étant accompli à notre époque.

Le serpent… a craché un torrent d'eau de sa bouche après la femme pour l'emporter avec le courant… (Apocalypse 12:15)

Ce combat dans lequel nous nous trouvons… [contre] les pouvoirs qui détruisent le monde, est évoqué au chapitre 12 de l'Apocalypse… On dit que le dragon dirige un grand courant d'eau contre la femme en fuite, pour la balayer… Je pense qu'il est facile d'interpréter ce que représente le fleuve: ce sont ces courants qui dominent tout le monde, et veulent éliminer la foi de l'Église, qui semble n'avoir nulle part où se tenir devant la puissance de ces courants qui s'imposent comme la seule voie de penser, le seul mode de vie. — PAPE BENOÎT XVI, première session du synode spécial sur le Moyen-Orient, 10 octobre 2010

Cette lutte cède finalement la place à un règne de la «bête» qui sera celui du totalitarisme mondial. Saint-Jean écrit:

Le dragon lui a donné son propre pouvoir et son trône, ainsi qu'une grande autorité. (Ap 13: 2)

Voici ce que les Saints Pères soulignent avec minutie: ce trône s'est progressivement construit au fil du temps à partir des matériaux de l'hérésie sous le couvert de «l'illumination intellectuelle» et du raisonnement sans compromis. foi.

Malheureusement, la résistance à l'Esprit Saint que saint Paul souligne dans la dimension intérieure et subjective comme tension, lutte et rébellion se déroulant dans le cœur humain, trouve dans chaque période de l'histoire et spécialement à l'ère moderne sa dimension extérieure, qui prend forme de béton comme contenu de la culture et de la civilisation, comme système philosophique, une idéologie, un programme d'action et pour façonner le comportement humain. Il atteint son expression la plus claire dans le matérialisme, à la fois sous sa forme théorique: en tant que système de pensée, et sous sa forme pratique: en tant que méthode d'interprétation et d'évaluation des faits, et de même comme un programme de conduite correspondant. Le système qui s'est le plus développé et a porté à ses extrêmes conséquences pratiques cette forme de pensée, d'idéologie et de praxis est le matérialisme dialectique et historique, qui est toujours reconnu comme le noyau essentiel du marxisme.. —POPE JEAN PAUL II, Dominum et Vivificantem, n° 56

C'est précisément ce que Notre-Dame de Fatima a mis en garde:

Si mes demandes sont entendues, la Russie sera convertie et il y aura la paix; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions de l'Église. —Notre Dame de Fatima, Message de Fatima, www.vatican.va

L'acceptation progressive du mensonge conduit à un système externe qui concrétise cette rébellion interne. Alors que préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Joseph Ratzinger a souligné comment ces dimensions extérieures ont effectivement pris la forme du totalitarisme dans le but de Contrôle.

… Notre époque a vu naître des systèmes totalitaires et des formes de tyrannie qui n'auraient pas été possibles avant le saut technologique… Aujourd'hui Contrôle peuvent pénétrer au plus profond de la vie des individus, et même les formes de dépendance créées par les systèmes d'alerte précoce peuvent représenter des menaces potentielles d'oppression.  —Le cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI), Instruction sur la liberté chrétienne et la libération, n° 14

Combien de personnes acceptent aujourd'hui des atteintes à leurs «droits» pour des raisons de sécurité (comme se soumettre à des radiations nocives ou à des «palpations améliorées» invasives dans les aéroports)? Mais Saint John prévient, c'est un non sécurité.

Ils adoraient le dragon parce qu'il donnait son autorité à la bête; ils ont également adoré la bête et ont dit: "Qui peut se comparer à la bête ou qui peut lutter contre elle?" La bête reçut une bouche prononçant des vantardises et des blasphèmes, et on lui donna le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois. (Ap 13: 4-5)

Quand les gens disent: «Paix et sécurité», un désastre soudain s'abat sur eux, comme les douleurs du travail sur une femme enceinte, et ils n'échapperont pas. (1 Th 5: 3)

Et ainsi nous voyons aujourd'hui comment le chaos dans l'économie, la stabilité politique et la sécurité internationale pourraient très bien ouvrir la voie à une nouvelle commande se lever. Si les gens ont faim et sont terrorisés par le chaos civil et international, ils se tourneront certainement vers l'État pour les aider. Cela, bien sûr, est naturel et attendu. Le problème aujourd'hui est que l'État ne reconnaît plus Dieu ou ses lois comme immuables. Relativisme moral change rapidement le visage de la politique, de la législature et, par conséquent, de notre perception de la réalité. Il n'y a plus de place pour Dieu dans le monde moderne, et cela a de graves conséquences pour l'avenir même si des «solutions» à court terme semblent raisonnables.

Quelqu'un m'a demandé récemment si le Puce RFID, qui peut maintenant être insérée sous la peau, est la «marque de la bête» décrite au chapitre 13: 16-17 de l'Apocalypse comme moyen de contrôler le commerce. La question du cardinal Ratzinger dans son Instruction, approuvée par Jean-Paul II en 1986, est peut-être plus pertinente que jamais:

Quiconque possède la technologie a le pouvoir sur la terre et les hommes. En conséquence, des formes d’inégalité jusque-là inconnues sont apparues entre ceux qui possèdent des connaissances et ceux qui sont de simples utilisateurs de la technologie. La nouvelle puissance technologique est liée à la puissance économique et conduit à une concentration de celui-ci… Comment empêcher la puissance de la technologie de devenir une puissance d'oppression sur des groupes humains ou des peuples entiers? —Le cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI), Instruction sur la liberté chrétienne et la libération, n° 12

 

LE BLOC TROMBANT

Il est intéressant de noter qu'au chapitre 12, le dragon poursuit la femme mais ne peut pas la détruire. Elle reçoit "les deux ailes de le grand aigle,”Un symbole de la Providence divine et de la protection de Dieu. La confrontation au chapitre 12 est entre la vérité et le mensonge. Et Jésus a promis que la vérité prévaudra:

… Tu es Pierre, et sur ce rocher je bâtirai mon église, et les puissances de la mort ne prévaudront pas contre elle. (Matthieu 16:18)

Encore une fois, le dragon crache un torrent, un inonder de «l'eau» - philosophies matérialistes, idéologies païennes et occulte- pour balayer la femme. Mais une fois de plus, elle est aidée (12:16). L'Église ne peut pas être détruite et est donc un obstacle, une pierre d'achoppement à un nouvel ordre mondial qui cherche à «façonner le comportement humain» et le «contrôle» en «pénétrant dans la vie la plus intime des individus». Ainsi, l'Église doit être ...

… Combattu avec les moyens et méthodes les plus adaptés selon les circonstances de temps et de lieu, afin de l'éliminer de la société et du cœur même de l'homme. —POPE JEAN-PAUL II, Dominum et Vivificantem, n° 56

Satan cherche à la détruire parce que…

… L'Église, dans le contexte sociopolitique, est «le signe et le sauvegarder de la dimension transcendantale de la personne humaine. —Vatican II, Gaudium et spes, n° 76

Cependant, au chapitre 13, nous lisons que la bête conquérir les saints:

On lui a également permis de faire la guerre aux saints et de les conquérir, et on lui a accordé l'autorité sur chaque tribu, peuple, langue et nation. (Ap 13: 7)

Cela semblerait, à première vue, être en contradiction avec Apocalypse 12 et la protection accordée à la femme. Cependant, ce que Jésus a promis, c'est que son Église, son épouse et son corps mystique, corporellement prévaloir jusqu'à la fin des temps. Mais comme membres individuels, nous pouvons être persécutés, même jusqu'à la mort.

Ensuite, ils vous livreront à la persécution et ils vous tueront. (Matthieu 24: 9)

Même des congrégations ou diocèses entiers disparaîtront dans la persécution de la bête:

… Les sept chandeliers sont les sept églises…
Réalisez jusqu'où vous êtes tombé. Repentez-vous et faites les œuvres que vous avez faites au début. Sinon, je viendrai à vous et retirerai votre chandelier de sa place, à moins que vous ne vous repentiez.
(Ap 1:20; 2: 5)

Ce que le Christ promet, c'est que son Église existera à tout moment quelque part dans le monde, même si sa forme extérieure est opprimée.

 

HORAIRES DE PRÉPARATION

Et ainsi, alors que les signes des temps se déroulent rapidement devant nous, étant donné tout ce que les Saints Pères continuent de dire sur nos jours, nous faisons bien d'être conscients de ce qui se passe. J'ai écrit sur un Tsunami moral, qui a préparé la voie à une culture de la mort. Mais il arrive un Tsunami spirituel, et celui-ci peut très bien préparer la voie à l'incarnation de la culture de la mort dans un bête.

Notre préparation n'est donc pas de construire des bunkers et de stocker des années de nourriture, mais de devenir comme cette femme de révélation, cette femme de Guadalupe qui, par sa foi, son humilité et son obéissance, a abattu des forteresses et écrasé la tête de la serpent. Aujourd'hui, son image reste miraculeusement intacte sur la tilma de Saint-Juan Diego plusieurs centaines d'années après qu'elle aurait dû se décomposer. C'est un signe prophétique pour nous que nous sommes…

… Face à la confrontation finale entre l'Église et l'anti-Église, de l'Évangile contre l'anti-Évangile. —Le Cardinal Karol Wojtyla (JEAN PAUL II), au Congrès eucharistique, Philadelphie, PA; 13 août 1976

Notre préparation est alors de l'imiter en devenant spirituel les enfants, détaché de ce monde et prêt à donner, si nécessaire, notre vie même pour la Vérité. Et comme Marie, nous serons aussi couronnés au Ciel avec une gloire et une joie éternelles…

  

LECTURE CONNEXE:

Contrôle! Contrôle!

Le grand maillage

La grande numérotation

Une série d'écrits sur le prochain Tsuanmi spirituel:

La Grande Vacuité

La Grande Déception

La grande tromperie - Partie II

La grande tromperie - Partie III

La prochaine mystification mondiale

Avertissement du passé

 

  

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans ACCUEIL, LES GRANDES ÉPREUVES.

Les commentaires sont fermés.