Puits vivants

SuperStock_2102-3064

 

EN QUOI signifie devenir un bien vivre?

 

GOÛTER ET VOIR

Qu'en est-il des âmes qui ont atteint un degré de sainteté? Il y a là une qualité, une «substance» dans laquelle on veut s'attarder. Beaucoup ont quitté des gens changés après des rencontres avec la Bienheureuse Mère Teresa ou Jean-Paul II, même si parfois on ne parlait guère entre eux. La réponse est que ces âmes extraordinaires étaient devenues puits vivants.

Quiconque croit en moi, comme le dit l'Écriture: «Des fleuves d'eau vive couleront de lui». (Jean 7:38)

Le psalmiste écrit:

O goûtez et voyez que le Seigneur est bon! (Ps 34, 8)

Les gens ont faim et soif de clés et sur le lien le Seigneur, aujourd'hui. Ils le recherchent sur Oprah Winfrey, dans une bouteille d'alcool, au réfrigérateur, dans des relations sexuelles illicites, sur Facebook, dans la sorcellerie… de multiples façons, en essayant de trouver le bonheur pour lequel ils ont été créés. Mais le plan du Christ était que l'humanité le trouve dans son église—Pas une institution, per se- mais dans ses membres vivants, son puits vivants:

Nous sommes des ambassadeurs du Christ, comme si Dieu faisait appel à travers nous. (2 Co 5, 20)

Ce siècle a soif d'authenticité… Le monde attend de nous simplicité de vie, esprit de prière, d'obéissance, d'humilité, de détachement et d'abnégation. —PAPE PAUL VI, L'évangélisation dans le monde moderne, 22, 76

C'est ce que voulait dire saint Paul quand il a dit:

J'ai été crucifié avec Christ; ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi (Ga 2, 20)

Si nous divisons cette phrase en trois parties, nous trouvons le anatomie d'un «bien vivre».

 

"J'AI ÉTÉ CRUCIFIÉ"

Lorsqu'un puits d'eau est foré, tout le limon, la roche et le sol doivent être enlevés à la surface. C'est ce que signifie être «crucifié avec le Christ»: mettre en lumière tout le limon de soi, le rocher de la rébellion et le sol du péché. Il est très difficile pour l'âme chrétienne d'être un récipient d'eaux vives pures avec celles-ci mélangées. Le monde goûte, mais il n'est pas rassasié par les eaux saumâtres qui ont entaché les grâces dont il avait envie de boire.

Plus on meurt à soi-même, plus le Christ s'élève à l'intérieur.

À moins qu'un grain de blé ne tombe au sol et ne meure, il ne reste qu'un grain de blé; mais s'il meurt, il produit beaucoup de fruits. (Jean 12:24)

Pourtant, un «trou foré» ne suffit pas. Il doit y avoir un boîtier qui puisse "contenir" l'Eau Vive du Saint-Esprit…

 

"CE N'EST PLUS JE VIVANT"

Dans les puits, un tubage de pierre ou de béton est construit le long des murs intérieurs pour empêcher la terre de «revenir» dans le puits. ainsi queNous construisons un tel boîtier par de «bonnes œuvres». Ces pierres sont les formulaire du chrétien, le signe extérieur qui dit «Je suis un récipient des Eaux Vivantes». Comme le dit l'Écriture,

Votre lumière doit briller devant les autres, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père céleste… Démontrez-moi votre foi sans les œuvres, et je vous démontrerai ma foi à partir de mes œuvres. (Matthieu 5:16; Jacques 2:18)

Oui, le monde doit goûter et voyez que le Seigneur est bon. Sans puits visible, les eaux vivantes sont difficiles à trouver. Sans le boîtier, le puits commencera à s'effondrer sous «la convoitise de la chair et la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie» (1 Jean 2:16) et deviendra envahi par les épines de «l'angoisse du monde et l'attrait des richesses »(Matt 13:22). D'autre part, les puits avec uniquement Les "bonnes oeuvres", mais dépourvues de la "substance" d'une foi vivante authentique en Christ - les Eaux Vivantes - sont souvent "comme des tombes blanchies à la chaux, qui semblent belles à l'extérieur, mais à l'intérieur sont pleines d'os d'hommes morts et de toutes sortes de saletés. … À l'extérieur, vous semblez juste, mais à l'intérieur vous êtes rempli d'hypocrisie et de mal. " (Matthieu 23: 27-28).

Dans sa première encyclique, le pape Benoît XVI souligne qu'aimer son prochain a deux composantes: l'une est la act d'amour, la bonne action elle-même, et l'autre est l'Amour qui nous transmettons à l'autre, c'est-à-dire Dieu qui est amour. Les deux doivent être présents. Sinon, le chrétien risque d'être réduit à un simple travailleur social et non à un témoin nommé par Dieu. Il note que les apôtres ne devaient pas…

.… effectuer un travail de distribution purement mécanique: ils devaient être des hommes «pleins d'Esprit et de sagesse» (cf. Actes 6: 1-6). En d'autres termes, le service social qu'ils étaient censés fournir était absolument concret, mais en même temps c'était aussi un service spirituel. — PAPE BENOÎT XVI, Deus Caritas Est, n ° 21

Suivre les commandements de Jésus, en produisant de bonnes œuvres en cours de route, signifie que ce n'est plus moi qui vis, ou plutôt je vis pour moi, mais pour mon prochain. Cependant, ce n'est pas «je» que je souhaite donner, mais le Christ…

 

"CHRIST QUI VIT EN MOI"

Comment le Christ vit-il en moi? Par une invitation du cœur, c'est-à-dire prière.

Voici, je me tiens à la porte et je frappe; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui et mangerai avec lui, et lui avec moi. (Ap 3: 20)

C'est la prière qui attire le Saint-Esprit dans mon cœur, qui remplit mes paroles, mes actions et mes pensées de la présence de Dieu. C'est donc cette Présence qui jaillit de moi dans les âmes desséchées de ceux qui cherchent à étancher leur soif spirituelle. D'une manière ou d'une autre aujourd'hui, nous avons perdu la compréhension de la nécessité de la prière dans la vie chrétienne. Si le Baptême est le flot initial de la grâce, c'est la prière qui remplit continuellement mon âme d'Eau Vivante pour que mon frère boive. Est-il possible que les ministres chrétiens les plus occupés, les plus actifs et apparemment les plus talentueux aujourd'hui n'offrent parfois guère plus que de la poussière au monde? Oui, c'est possible, car ce que nous avons à donner n'est pas seulement notre connaissance ou notre service, mais le Dieu vivant! Nous Lui donnons en nous vidant continuellement - en nous écartant - mais en nous remplissant continuellement de Lui par une vie intérieure de prière «sans cesse». L'évêque, le prêtre ou le laïc qui dit n'avoir «pas le temps de prier» est celui qui a le plus besoin de prier, sinon son apostolat perdra son pouvoir de changer les cœurs.

C'est aussi la prière qui me permet de découvrir et de construire, selon m
y vocation, les pierres nécessaires pour devenir une oasis visible dans le désert du monde:

La prière assiste à la grâce dont nous avons besoin pour des actions méritoires. -Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 2010

Comme une pompe à recirculation, les bonnes œuvres elles-mêmes, si elles sont effectuées dans un esprit de charité authentique, attirent davantage les Eaux Vivantes dans l'âme dans ce qui devient un schéma rythmique entre la vie intérieure et extérieure du chrétien: repentance, bonnes œuvres, prière ... bien plus profondément, en construisant sa forme et en la remplissant de Dieu.

L'amour grandit par l'amour. — PAPE BENOÎT XVI, Deus Caritas Est, n ° 18

Demeurez en moi, comme je demeure en vous… Celui qui restera en moi et moi en lui portera beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire… Si vous gardez mes commandements, vous resterez dans mon amour. (Jean 15: 4-5, 10)

 

QUEL TYPE DE BIEN VOULEZ-VOUS ÊTRE?

Cela ne veut pas dire que Dieu ne peut pas travailler à travers des individus volontaires ou même réticents. En effet, il y en a beaucoup qui ont des «charismes» qui semblent puissants. Mais ils sont souvent comme des étoiles filantes qui éblouissent un instant, puis sont vite oubliées, leur vie ne s'éclairant que pour un bref instant, mais ne laissant aucune boussole durable. Ce dont je parle ici, ce sont ceux étoiles fixes, ces soleils flamboyants appelés «saints» dont la lumière atteint continuellement vers nous même longtemps après que leur vie terrestre se soit épuisée. C'est le bien vivant que vous devez devenir! Un puits qui offre des Eaux Vivantes qui changent et transforment le monde qui vous entoure, laissant Sa Présence longtemps après que votre présence soit partie.

Permettez-moi de résumer tout ce que j'ai dit ici dans les paroles de saint Paul - l'un des plus grands puits de vie du christianisme dont nous continuons à célébrer l'Année. La vie du chrétien est bâtie sur Jésus, comme un puits est bâti sur la terre.

Si quelqu'un construit sur cette base avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin ou de la paille, le travail de chacun se révélera, car le jour le révélera. Il sera révélé par le feu, et le feu mettra à l'épreuve la qualité du travail de chacun. (1 Cor 3: 12-13)

Avec quoi construisez-vous votre puits? Or, argent et pierres précieuses, ou bois, foin et paille? La qualité de ce puits est déterminée par la «vie intérieure» de l'âme, la relation que vous entretenez avec Dieu. Et la prière is la relation - une communion d'amour et de vérité exprimée dans l'obéissance et l'humilité. Une telle âme n'est souvent même pas consciente qu'elle construit un puits de pierres précieuses… mais d'autres le sont. Car ils peuvent goûter et voir en lui que le Seigneur est bon. Jésus a dit qu'un arbre est connu par son fruit. C'est la vie intérieure cachée de l'arbre qui détermine le fruit: la santé des racines, de la sève et du noyau. Qui peut voir le fond d'un puits? C'est cette vie intérieure profonde du puits, où les eaux fraîches sont tirées, où règnent le calme, le silence et la prière pour que Dieu puisse s'infiltrer dans l'âme afin que d'autres puissent abaisser la coupe de leur désir dans votre cœur et trouver Celui à qui ils aspirent.

C'est le genre de chrétien que Mère Marie apparaît depuis des décennies maintenant pour générer. Des apôtres qui, formés dans le sein de son humilité, deviendront puits vivants dans le grand désert de notre temps. Ainsi dit-elle, "Priez, priez, priez"que vous aurez des eaux à donner.

Les saints - prenez l'exemple de la bienheureuse Thérèse de Calcutta - ont constamment renouvelé leur capacité d'amour du prochain à partir de leur rencontre avec le Seigneur eucharistique, et inversement cette rencontre a acquis son réalisme et sa profondeur dans leur service aux autres. L'amour de Dieu et l'amour du prochain sont donc inséparables, ils forment un seul commandement… Dans l'exemple de la bienheureuse Teresa de Calcutta, nous avons une illustration claire du fait que le temps consacré à Dieu dans la prière non seulement ne porte pas atteinte à un service efficace et aimant. à notre voisin, mais est en fait la source inépuisable de ce service. — PAPE BENOÎT XVI, Deus Caritas Est, n ° 18, 36

Nous détenons ce trésor dans des vases de terre… (2 Co 4: 7)

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans ACCUEIL, SPIRITUALITÉ.