De la tentation

RETRAITE DE CARREAU
Jour 25

tentation2La tentation par Eric Armusik

 

I souviens-toi d'une scène du film La Passion du Christ quand Jésus embrasse la croix après l'avoir placée sur ses épaules. C'est parce qu'il savait que sa souffrance rachèterait le monde. De même, certains des saints de l'Église primitive se sont délibérément rendus à Rome pour être martyrisés, sachant que cela hâterait leur union avec Dieu.

Mais il y a une différence entre essais cliniques et tentations. C'est-à-dire qu'il ne faut pas chercher trop vite la tentation. St. James fait la distinction subtile entre les deux. Il dit d'abord,

Considérez tout joie, mes frères, lorsque vous rencontrez diverses épreuves, car vous savez que l'épreuve de votre foi produit la persévérance. (Jacques 1: 2-3)

De même, saint Paul a dit,

En toutes circonstances, rendez grâce, car c'est la volonté de Dieu pour vous en Jésus-Christ. (1 Th 5:18)

Ils ont tous deux reconnu que la volonté de Dieu, qu'elle soit exprimée dans la consolation ou la désolation, était toujours leur nourriture, toujours un chemin vers une plus grande union avec Lui. Et par conséquent, Paul dit, «Réjouissez-vous toujours.» 1 Thess 5: 16

Mais quand il s'agit de tentation, James dit,

Heureux l'homme qui persévère dans la tentation, car quand il aura été prouvé, il recevra la couronne de vie qu'il a promise à ceux qui l'aiment. (Jacques 1:12)

En fait, Jésus nous a appris à prier les mots: «Conduis-nous ne sauraient en tentation », qui en grec signifie« ne nous laissons pas entrer ou ne cédons pas à la tentation ». Matthieu 6 :13 ; cf. Catéchisme de l'Église catholique (CEC), n° 2846 C'est parce qu'il sait bien que la nature déchue de l'homme, le concupiscence qui persiste, est un «amadou pour le péché». CEC, 1264 Et donc,

Le Saint-Esprit nous fait discerner entre les épreuves, qui sont nécessaires à la croissance de l'homme intérieur, et la tentation, qui conduit au péché et à la mort. Nous devons également discerner entre être tenté et consentir à la tentation. -Catéchisme de l'Église catholique, n° 2847

Maintenant, ce point sur le consentement est vraiment important. Mais d'abord, comprenons l'anatomie d'une tentation. James écrit:

Personne qui éprouve une tentation ne devrait dire: «Je suis tenté par Dieu»; car Dieu n'est pas soumis à la tentation du mal, et lui-même ne tente personne. Au contraire, chaque personne est tentée quand elle est attirée et attirée par son propre désir. Alors le désir conçoit et produit le péché, et quand le péché atteint la maturité, il donne naissance à la mort. (Jacques 1: 13-15)

La tentation vient généralement de la trinité impie du «monde, de la chair ou du diable», mais ce n'est que lorsque nous consentons que cela devient un péché. Mais voici quelques mauvais tours que le diable, cet «accusateur des frères», emploie en plus des tentations.

Le premier est de vous faire penser que la tentation vient de vous-même. Il y a eu des moments où je m'approche pour recevoir le Saint Sacrement, et soudain la pensée la plus violente ou la plus perverse me vient à l'esprit. Eh bien, je sais d'où cela vient et je l'ignore simplement. Mais certaines âmes pourraient penser que la pensée est la leur et commencer à perdre leur paix, estimant qu'il doit y avoir quelque chose qui ne va pas avec elles. De cette manière, Satan détourne leur prière, affaiblit leur foi et, si possible, les attire à entretenir la pensée, les faisant ainsi pécher.

Saint Ignace de Loyola partage cette sagesse,

La pensée me vient de commettre un péché mortel. Je résiste immédiatement à cette pensée, et elle est vaincue. Si la même mauvaise pensée me vient et que je lui résiste, et qu'elle revient encore et encore, mais je continue à y résister jusqu'à ce qu'elle soit vaincue, la seconde voie est encore plus méritoire que la première. -Manuel de guerre spirituelle, Paul Thigpen, p. 168

Mais vous voyez, Satan voudrait vous faire croire que Dieu pense que vous êtes dégoûtant et mauvais, une personne terrible pour avoir de telles pensées. Mais saint François de Sales rétorque ce mensonge en notant que,

Toutes les tentations de l'enfer ne peuvent pas tacher une âme qui ne les aime pas. L'âme n'a pas toujours le pouvoir de ne pas ressentir de tentation. Mais il est toujours en son pouvoir de ne pas y consentir. — Idem. 172-173

La deuxième astuce de Satan est de dire à une âme qui a commencé à céder dans un péché qu'elle pourrait aussi bien y persister. Il met le mensonge dans son esprit: «J'ai déjà péché. De toute façon, je dois aller à la confession maintenant…. Je ferais aussi bien de continuer. Mais voici le mensonge: celui qui cède au péché mais se repent aussitôt, montre son amour pour Dieu qui mérite non seulement le pardon, mais de grandes grâces. Mais celui qui continue dans un péché, passe à côté de ces grâces et permet au péché d'atteindre sa maturité, est semblable à quelqu'un qui dit: «J'ai brûlé ma main dans ce feu. Je ferais aussi bien de le laisser brûler tout mon corps. Autrement dit, ils permettent au péché d'apporter plus de mort en eux ou autour d'eux qu'ils ne l'avaient arrêté. Une main brûlée est plus facile à guérir qu'un corps brûlé. Plus vous persistez dans un péché, plus la blessure est profonde, et plus vous vous affaiblissez vers d'autres péchés et prolongez le processus de guérison.

Voici où vous devez tenir le coup toutes traditions religieuses et spirituelles. comme bouclier. Lorsque vous tombez dans le péché, dites simplement: «Seigneur, je suis un pécheur, une âme faible et tiède. Ayez pitié et pardonnez-moi. Jésus, j'ai confiance en toi. Et puis revenez immédiatement à louer Dieu, à faire Sa volonté et à l'aimer d'autant plus, en ignorant les accusations de l'Accusé. De cette façon, vous grandirez en humilité et en sagesse. Encore une fois, comme Jésus l'a dit à sainte Faustine à ceux qui l'ont «soufflé»:

… Ne perdez pas votre paix, mais humiliez-vous profondément devant Moi et, avec une grande confiance, plongez-vous complètement dans Ma miséricorde. De cette façon, vous gagnez plus que ce que vous avez perdu, car plus de faveur est accordée à une âme humble que ce que l'âme elle-même demande ... —Jésus à Sainte Faustine, Divine Miséricorde dans mon âme, Journal, n. 1361

Enfin, la troisième astuce consiste pour Satan à vous convaincre qu'il a plus de pouvoir qu'il n'en a réellement, ce qui vous fait craindre ou perdre votre paix. Que lorsque vous égarez vos clés, brûlez les nouilles ou ne trouvez pas de place de parking, c'est «le diable le fait» alors qu'en réalité, il n'y a pas de place de parking parce qu'il y a juste une bonne vente. Frères et sœurs, ne rendez pas gloire au diable. Ne l'engagez pas dans une conversation. Au lieu de cela, «rendez grâce en toutes circonstances», et celui qui est tombé par l'orgueil et la rébellion fuira devant votre humilité et votre docilité devant la volonté de Dieu.

 

RÉSUMÉ ET ÉCRITURE

Faites face à votre essais cliniques avec joie et tentations avec courage mais humilité. Car «Nous sommes pécheurs, mais nous ne savons pas à quel point» (Saint François de Sales). 

Par conséquent, que quiconque pense être debout prenne garde de tomber. Aucune tentation ne vous est venue qui ne soit commune à l’homme. Dieu est fidèle, et il ne vous laissera pas être tenté au-delà de vos forces, mais la tentation vous fournira également le moyen de vous échapper, afin que vous puissiez la supporter. (1 Cor 10: 12-13)

écrasé2

 

Mark, sa famille et son ministère comptent entièrement
sur la Divine Providence.
Merci pour votre soutien et vos prières!

 

Pour rejoindre Mark dans cette retraite de carême,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour inscrire.
Votre e-mail ne sera partagé avec personne.

Mark-Rosary Bannière principale

 

Écoutez le podcast de la réflexion d'aujourd'hui:

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 1 Thess 5: 16
2 Matthieu 6 :13 ; cf. Catéchisme de l'Église catholique (CEC), n° 2846
3 CEC, 1264
Publié dans ACCUEIL, RETRAITE DE CARREAU.

Les commentaires sont fermés.