Sur la sortie de Babylone

Il régnera, by Tianna (Mallett) Williams

 

Ce matin, quand je me suis réveillé, le «mot maintenant» sur mon cœur était de trouver une écriture du passé sur «sortir de Babylone». J'ai trouvé celui-ci, publié pour la première fois il y a exactement trois ans le 4 octobre 2017! Les mots sont tout ce qui me tient à cœur en cette heure, y compris les Écritures d'ouverture de Jérémie. Je l'ai mis à jour avec les liens actuels. Je prie pour que ce soit aussi édifiant, rassurant et stimulant pour vous que pour moi ce dimanche matin… Rappelez-vous, vous êtes aimé.

 

Il sont des moments où les paroles de Jérémie transpercent mon âme comme si elles étaient les miennes. Cette semaine est l'un de ces moments. 

Chaque fois que je parle, je dois crier, je proclame violence et indignation; la parole du Seigneur m'a apporté l'opprobre et la dérision toute la journée. Je dis que je ne le mentionnerai pas, je ne parlerai plus en son nom. Mais alors c'est comme si le feu brûlait dans mon cœur, emprisonné dans mes os; Je me lasse de me retenir, je ne peux pas! (Jérémie 20: 7-9) 

Si vous avez un cœur quelconque, alors vous aussi, vous êtes sous le choc des événements qui se déroulent dans le monde entier. Les terribles inondations en Asie qui ont fait des milliers de morts… le nettoyage ethnique au Moyen-Orient… les ouragans dans l'Atlantique… la menace imminente de guerre en Corée… les attentats (et émeutes) terroristes en Amérique du Nord et en Europe. Les mots écrits à la fin du Livre de l'Apocalypse - un livre que nous semblons vivre en temps réel - ne prennent-ils pas une nouvelle urgence?

L'Esprit et l'épouse disent: «Viens». Laissez l'auditeur dire: «Viens». Que celui qui a soif s'avance et celui qui le veut reçoive le don de l'eau vivifiante… Viens, Seigneur Jésus! (Ap 22:17, 20)

C'est comme si Saint-Jean avait anticipé le désir et la soif de vérité, beauté et bonté qui finirait par vaincre une génération future qui «A échangé la vérité de Dieu contre un mensonge et vénéré et adoré la créature plutôt que le créateur.» Rom 1: 25 Pourtant, comme je l'ai laissé entendre Le pire châtimentce n'est que le début des difficultés que le Ciel a longtemps averti que cette humanité récolterait à la suite du rejet de Jésus-Christ et de son Évangile. Nous le faisons à nous-mêmes! Car l'Évangile n'est pas une belle idéologie, une autre philosophie parmi tant d'autres. Plutôt, c'est la carte divine fournie par le Créateur pour conduire sa création du pouvoir du péché et de la mort à la liberté. C'est réel! Ce n'est pas de la fiction! Le paradis est pour de vrai! L'enfer est pour de vrai! Anges et les démons sont pour de vrai! Combien cette génération a-t-elle encore besoin de voir le visage du mal avant de nous humilier et de crier à Dieu: «Jésus aide-nous! Jésus sauve-nous! Nous avons vraiment besoin de vous! »? 

C'est triste à dire, bien plus. 

 

BABYLON S'AFFOND

Ce à quoi nous assistons, frères et sœurs, est le début de l'effondrement de Babylone, ce que le Pape Benoît explique que…

… Le symbole des grandes villes irréligieuses du monde… Aucun plaisir ne suffit jamais, et l'excès d'intoxication trompeuse devient une violence qui déchire des régions entières - et tout cela au nom d'une incompréhension fatale de la liberté qui en fait mine la liberté de l'homme et la détruit finalement. —POPE BENOÎT XVI, à l'occasion des voeux de Noël, 20 décembre 2010; http://www.vatican.va/

In Mystère Babylone, La chute de la mystère Babylone (Et L'effondrement imminent de l'Amérique), J'ai expliqué l'histoire complexe de l'Amérique et son rôle au centre d'un plan diabolique pour subvertir le christianisme et la souveraineté des nations. Grâce à des «démocraties éclairées» là se répandrait l'athéisme pratique et le matérialisme - le «Erreurs de la Russie»- comme les appelait Notre-Dame de Fatima. Les fruits en viendraient à ressembler à Babylone, comme décrit dans l'Apocalypse:

C'est devenu un lieu d'habitation de démons, un repaire de tous les mauvais esprits, un repaire de tout oiseau sale et haineux; car toutes les nations ont bu le vin de sa passion impure, et les rois de la terre ont commis la fornication avec elle, et les marchands de la terre se sont enrichis de la richesse de son impudicité. (Ap 18: 2-3)

Combien de fois, lorsque des dictateurs sont renversés ou que des initiés partagent leurs histoires, constatons-nous que, loin de haïr la culture occidentale comme ils le prétendent, ces dirigeants corrompus ont commis la fornication avec elle! Ils ont a importé son matérialisme, sa pornographie, sa licence et sa cupidité.

Mais qu'en est-il de nous? Et toi et moi? Suivons-nous le roi des rois, ou buvons-nous aussi le vin d'une passion impure qui envahit chaque rue et chaque maison via Internet - le "Image de la bête"?

Les «signes des temps» exigent un examen de conscience sérieux de la part de chacun de nous, de l'évêque au laïc. Ce sont des moments graves qui exigent une réponse sérieuse - pas une anxieux et une réponse effrayante - mais sincère, humble et confiante. Car voici ce que Dieu dit à nous qui vivons dans l'ombre de Babylone à cette heure tardive:

Éloignez-vous d'elle, mon peuple, pour ne pas prendre part à ses péchés et recevoir une part de ses fléaux, car ses péchés sont entassés jusqu'au ciel, et Dieu se souvient de ses crimes. (Ap 18: 4-5)

Dieu se souvient de ses crimes parce que Babylone est ne sauraient se repentir d'eux. 

Le Seigneur est miséricordieux et gracieux, lent à la colère et abondant en amour inébranlable… aussi loin que l'est est de l'ouest, tant il enlève nos transgressions de nous. (Psaume 103: 8-12)

Nos péchés sont enlevés quand nous nous repentons, C'est! Sinon, la justice exige que Dieu tienne les méchants responsables de le cri des pauvres. Et comme ce cri est devenu fort! 

 

TOURNER À L'INTÉRIEUR

Jésus a dit, 

Quiconque croit en moi, comme le dit l'Écriture: «Des fleuves d'eau vive couleront de lui». (Jean 7:38)

Certains ont écrit, se demandant, criant: «Quand finira-t-il toute cette destruction? Quand trouverons-nous le repos? » La réponse est que cela prendra fin quand les hommes ont bu leur plein de désobéissance: cf. Plénitude du péché: le mal doit s'épuiser

Prends de ma main cette coupe de vin mousseux, et fais-la boire à toutes les nations auxquelles je t'enverrai. Ils boiront, seront convulsés et deviendront fous, à cause de l'épée que j'enverrai parmi eux. (Jérémie 25: 15-16)

Et pourtant, le Père n'offre-t-il pas à l'humanité une Coupe de Miséricorde chaque jour sur les autels de nos églises? Là, Jésus se rend présent à nous, corps, âme et divinité comme signe de son amour, de sa miséricorde et de son désir de réconcilier l'humanité, même encore. Même maintenant! Là, dans les milliers d'églises pour la plupart vides en Occident, derrière le voile du Tabernacle, Jésus crie, "J'ai soif!"  Jn 19: 28

J'ai soif. J'ai soif du salut des âmes. Aide-moi, ma fille, à sauver les âmes. Joignez vos souffrances à Ma Passion et offrez-les au Père céleste pour les pécheurs. —Jésus à Sainte-Faustine, Miséricorde divine dans mon âme, Journal de bord; n. 1032

Voyez-vous pourquoi je vous écris aujourd'hui, après les deux dernières semaines où je me suis concentré sur le Cross? Jésus a plus que jamais besoin de vos souffrances et de vos sacrifices pour cette pauvre humanité. Mais comment pouvons-nous donner quelque chose à Jésus si nous ne sommes vraiment pas en union avec lui? Sauf si nous avons nous-mêmes «Sortir de Babylone»? 

Celui qui reste en moi et moi en lui portera beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. (Jean 15: 5)

Mais où restons-nous beaucoup d'entre nous? Sur quelle vigne sommes-nous greffés: Jésus ou nos smartphones? Ou comme l'a dit un Saint: «Que fais-tu, Christian, de ton temps?» Pour beaucoup, ils recherchent compulsivement la technologie à la moindre pause de la journée; ils parcourent Facebook et Instagram à la recherche de quelqu'un pour combler le silence; ils scannent la télévision en espérant que quelque chose réduira leur ennui; ils surfent sur le Web pour le sensationnel, le sexe ou des trucs, essayant de soigner la douleur leurs propres âmes pour la paix…. Mais rien de tout cela ne peut fournir le Fleuve d'Eau Vivante dont Jésus a parlé… car le sien est une paix "Ce monde ne peut pas donner." cf. Jean 14:27  Ce n'est que lorsque nous venons à lui «comme de petits enfants» dans l'obéissance, dans la prière, dans les sacrements, que nous commencerons même à devenir vases d'eau vive pour le monde. Nous devons boire au puits avant de savoir ce que nous donnons.

 

AVERTISSEMENTS MERCIFULS

Oui, cette écriture est un avertissement! Nous voyons maintenant les événements s'accumuler, les uns sur les autres comme une épave de train ... comme Jésus l'a dit, selon un voyant américain:

Mon peuple, cette période de confusion ne fera que se multiplier. Lorsque les signes commencent à apparaître comme des wagons couverts, sachez que la confusion ne fera que se multiplier avec elle. Prier! Priez chers enfants. La prière est ce qui vous gardera fort et vous donnera la grâce de défendre la vérité et de persévérer en ces temps d'épreuves et de souffrances. - Jésus prétendument à Jennifer; 11 novembre 2005; motsdejesus.com

Même moi, je dois détourner les yeux de toute «violence et indignation» que je vois de mon petit poteau sur le mur, sinon cela étouffera ma propre paix! Jésus nous a dit de regarder les signes des temps, oui, mais Il a aussi dit:

Montres et priez que vous ne pouvez pas subir le test. L'esprit est prêt, mais la chair est faible. (Marc 14:38)

Nous devons prier! Nous devons cesser de regarder tellement vers l'extérieur le déluge de saleté et de destruction que Satan crache sur le monde, et regarder vers l'intérieur où habite la Sainte Trinité. Contemplez Jésus, pas le mal. Nous devons aller là où la paix, la grâce et la guérison nous attendent, alors même que la destruction abonde. Et Jésus se trouve à la fois dans l'Eucharistie et dans le cœur des croyants. 

Examinez-vous pour voir si vous vivez dans la foi. Testez-vous. Ne réalisez-vous pas que Jésus-Christ est en vous? - à moins, bien sûr, que vous échouiez au test. (2 Cor 13: 5)

Parce que vous avez le Seigneur pour refuge et que vous avez fait du Très-Haut votre forteresse, aucun mal ne vous arrivera, aucune affliction ne s'approche de votre tente. (voir Psaume 91)

Là, dans le refuge de la présence de Dieu, Il veut vous baigner dans la guérison, la puissance et la force pour ces temps.

Savoir attendre, tout en endurant patiemment les épreuves, est nécessaire pour que le croyant puisse «recevoir ce qui est promis» (He 10, 36) —POPE BENOÎT XVI, encyclique Spe Salvi (sauvé dans l'espoir), n° 8

Comment attendons-nous? Priez, priez, priez. La prière est une attente spirituelle; l'attente spirituelle est la foi; et la foi déplace les montagnes.

Il est tard et il est temps de sortir de Babylone maintenant, car ses murs commencent à s'effondrer.  

L'histoire, en fait, n'est pas seule entre les mains de pouvoirs obscurs, du hasard ou de choix humains. Sur le déchaînement des énergies mauvaises, l'irruption véhémente de Satan, et l'émergence de tant de fléaux et de maux, le Seigneur se lève, arbitre suprême des événements historiques. Il conduit sagement l'histoire vers l'aube des nouveaux cieux et de la nouvelle terre, chantée dans la dernière partie du Livre sous l'image de la nouvelle Jérusalem (voir Apocalypse 21-22). —POPE BENOÎT XVI, Audience généraleMai 11, 2005

 

LECTURES CONNEXES

La contre-révolution

Une retraite sur la prière: ici

 

Je te bénis et merci pour
soutenir ce ministère.

 

Pour voyager avec Mark dans le Le Maintenant Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour inscrire.
Votre e-mail ne sera partagé avec personne.

 

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 Rom 1: 25
2 cf. Plénitude du péché: le mal doit s'épuiser
3 Jn 19: 28
4 cf. Jean 14:27
Publié dans ACCUEIL, LES GRANDES ÉPREUVES.