La rectitude politique et la grande apostasie

 

Une grande confusion se répandra et beaucoup marcheront comme des aveugles conduisant des aveugles.
Restez avec Jésus. Le poison des fausses doctrines contaminera beaucoup de Mes pauvres enfants ...

-
Notre Dame prétendument à Pedro Regis, le 24 septembre 2019

 

Première publication le 28 février 2017…

 

POLITIQUE la correction est devenue si ancrée, si prédominante, si répandue à notre époque que les hommes et les femmes ne semblent plus capables de penser par eux-mêmes. Lorsqu'on lui présente des questions de bien et de mal, le désir de «ne pas offenser» l'emporte tellement sur celui de la vérité, de la justice et du bon sens, que même les volontés les plus fortes s'effondrent sous la peur d'être exclues ou ridiculisées. Le politiquement correct est comme un brouillard à travers lequel passe un navire, rendant même la boussole inutile au milieu de rochers et de hauts-fonds dangereux. C'est comme un ciel couvert qui couvre tellement le soleil que le voyageur perd tout sens de l'orientation en plein jour. C'est comme une ruée d'animaux sauvages se précipitant vers le bord de la falaise qui se précipitent involontairement vers la destruction.

Le politiquement correct est le germe de apostasie. Et quand il est si largement répandu, c'est le sol fertile de la Grande Apostasie.

 

LA VRAIE MISSION

Le pape Paul VI a déclaré:

… La fumée de Satan s'infiltre dans l'Église de Dieu à travers les fissures des murs. —POPE PAUL VI, premier Homélie pendant la messe pour les saints. Pierre et Paul, Juin 29, 1972

Erreur et hérésie, c'est-à-dire modernisme, ayant été semé dans le pépin du politiquement correct «religieux» au cours du siècle dernier, s'est épanoui aujourd'hui sous la forme d'un fausse miséricorde. Et cette fausse miséricorde s'est maintenant infiltrée partout dans l'Église, même jusqu'à son sommet.

La queue du diable fonctionne dans la désintégration du monde catholique. L'obscurité de Satan est entrée et s'est répandue dans toute l'Église catholique jusqu'à son sommet. L'apostasie, la perte de la foi, se répand dans le monde et aux plus hauts niveaux de l'Église. —POPE PAUL VI, Discours sur le soixantième anniversaire des apparitions de Fatima, 13 octobre 1977; rapporté dans le journal italien «Corriere della Sera», page 7, numéro du 14 octobre 1977

La «perte de foi» ici n'est pas nécessairement une perte de foi dans le Christ historique, ni même une perte de foi qu'Il existe toujours. C'est plutôt une perte de foi en Son mission, énoncées clairement dans l'Écriture et la Tradition sacrée:

Vous devez le nommer Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés. (Matthieu 1:21)

Le but de la prédication, des miracles, de la passion, de la mort et de la résurrection de Jésus était de libérer l'humanité du pouvoir du péché et de la mort. Dès le début, cependant, il a précisé que cette libération était un individuel choix, un choix que chaque homme, femme et enfant de l'âge de raison est invité à faire personnellement dans une réponse libre.

Quiconque croit au Fils a la vie éternelle, mais quiconque désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. (Jean 3:36)

Selon Matthieu, le tout premier mot que Jésus a prêché était «Se repentir. » [1]cf. Matthieu 3: 2 En effet, il a fait des reproches aux villes où il aimait, enseignait et accomplissait des miracles "puisqu'elles n'avait pas repenti. (Matt 11:20) Son amour inconditionnel toujours a assuré le pécheur de sa miséricorde: "Je ne te condamne pas non plus," Il a raconté à une adultère. Mais Sa miséricorde a également assuré au pécheur que l'Amour recherchait leur liberté: «Allez, et à partir de maintenant ne pèche plus», [2]cf. Jean 8:11 pour les «Quiconque commet le péché est esclave du péché.» [3]cf. Jean 8:34 Ainsi, il est clair que Jésus est venu, non pas pour restaurer l'ego de l'humanité, mais imago dei : l'image de Dieu dans laquelle nous sommes créés. Et cela impliquait - non exigé dans la justice et la vérité - que nos actions reflètent cette image: «Si vous gardez mes commandements, vous resterez dans mon amour. » [4]cf. Jean 15:10 Parce que si «Dieu est amour», et que nous sommes restaurés à son image - qui est «amour» - alors notre communion avec Lui, maintenant et après la mort, dépend si nous aimons en fait: «Voici mon commandement: aimez-vous les uns les autres comme je vous aime.» [5]Jn 15: 12 La communion, c'est-à-dire l'amitié avec Dieu - et finalement, donc, notre salut - en dépend entièrement.

Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus esclaves… (Jean 15: 14-15)

Ainsi, saint Paul a dit: «Comment pouvons-nous, qui sommes morts au péché, y vivre encore?» [6]Rom 6: 2

Pour la liberté, le Christ nous a libérés; alors tenez-vous ferme et ne vous soumettez plus au joug de l'esclavage. (Gal 5: 1)

Rester volontairement dans le péché, a enseigné saint Jean, est un choix délibéré de rester au contrôle du contact de la miséricorde et encore dans les la prise de la justice.

Vous savez qu'il a été révélé pour ôter les péchés… La personne qui agit avec justice est juste, tout comme elle est juste. Quiconque pèche appartient au diable, parce que le diable a péché depuis le commencement. En effet, le Fils de Dieu a été révélé pour détruire les œuvres du diable. Nul qui est engendré par Dieu ne commet de péché… De cette manière, les enfants de Dieu et les enfants du diable sont mis en évidence; personne qui n'agit pas avec justice n'appartient à Dieu, ni quiconque n'aime pas son frère. (1 Jean 3: 5-10)

Il existe donc un lien intrinsèque entre la repentance et le salut, entre la foi et les œuvres, entre la vérité et la vie éternelle. Jésus a été révélé pour détruire les œuvres du diable dans chaque âme - des œuvres qui, si elles ne sont pas repenties, excluront cette personne de la vie éternelle.

Maintenant, les œuvres de la chair sont évidentes: immoralité, impureté, libertinage, idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité, jalousie, accès de fureur, actes d'égoïsme, dissensions, factions, occasions d'envie, beuveries, orgies, etc. Je vous préviens, comme je vous l'ai déjà prévenu, que ceux qui font de telles choses n'hériteront pas du royaume de Dieu. (Gal 5: 19-21)

Et ainsi, Jésus a averti les églises post-pentecôtistes dans le livre de l'Apocalypse de «Soyez donc sincère et repentez-vous… restez fidèle jusqu'à la mort, et je vous donnerai la couronne de vie.» [7]Rév 3: 19, 2: 10

 

UNE FAUX MISÉRICORDE

Mais un fausse miséricorde a fleuri en cette heure, celle qui caresse l'ego du pécheur avec des ouvertures à l'amour et à la bonté de Dieu, mais sans exhorter le pécheur à la liberté qui lui a été achetée par le sang du Christ. Autrement dit, c'est une miséricorde sans pitié.

Le Pape François a poussé aussi loin qu'il le pouvait le message de la miséricorde du Christ, sachant que nous vivons dans un «temps de miséricorde» qui seront expirent bientôt. [8]cf. Ouvrir grand les portes de la miséricorde J'ai écrit une série en trois parties intitulée, "La mince ligne entre la miséricorde et l'hérésie » cela explique l'approche souvent mal interprétée de Jésus que François a également tenté d'employer (et l'histoire jugera de son succès). Mais François a mis en garde lors du Synode controversé sur la famille, non seulement contre les gardiens trop zélés et «rigides» de la loi, mais il a également mis en garde contre…

La tentation d'une tendance destructrice au bien, qui, au nom d'une miséricorde trompeuse, lie les blessures sans les guérir et les soigner au préalable; qui traite les symptômes et non les causes et les racines. C'est la tentation des «bienfaisants», des craintifs et aussi des soi-disant «progressistes et libéraux». -Agence Nouvelles catholique, 18 octobre 2014

En d'autres termes, un pieux politiquement correct, promu par des loups déguisés en mouton, qui ne dansent plus sur la mélodie de la Divine Volonté mais plutôt sur le chant de décès. Car Jésus a dit que "Le salaire du péché est la mort." Et pourtant, nous entendons des prêtres et des évêques émerger aujourd'hui en promouvant l'idée que les paroles de Jésus sont encore ouvertes à l'interprétation; que l'Église n'enseigne pas des vérités absolues, mais des vérités qui peuvent changer à mesure qu'elle «développe la doctrine».[9]cf. LifeSiteNews La sophistique de ce mensonge est si subtile, alors lisse, que pour résister, il paraît rigide, dogmatique et fermé au Saint-Esprit. Mais dans son «Serment contre le modernisme», le pape saint Pie X a réfuté une telle casuistique.

Je rejette entièrement la fausse représentation hérétique selon laquelle les dogmes évoluent et changent d'une signification à une autre différente de celle que l'Église avait précédemment. - 1er septembre 1910; papalencyclicals.net

C'est l'idée hérétique que «la révélation divine est imparfaite, et donc sujette à un progrès continu et indéfini, correspondant au progrès de la raison humaine». [10]Pape Pie IX, Pascendi Dominici Gregis, n.m. 28 ; vatican.va C'est l'idée, par exemple, que l'on peut être sciemment dans un état de péché mortel, sans intention de se repentir, et toujours recevoir l'Eucharistie. C'est un roman suggestion qui ne procède ni de l'Écriture et de la Tradition sacrée, ni du «développement doctrinal».

Dans une note de bas de page Amoris Laetitia, dont le Pape François ne se souvient pas avoir été ajouté, [11]cf. entretien en vol, Agence Nouvelles catholique, 16 avril 2016 ça dit:

… L'Eucharistie «n'est pas un prix pour les parfaits, mais une médecine et une nourriture puissantes pour les faibles». -Amoris Laetitia, note de bas de page # 351; vatican.va

Pris en soi, cette affirmation est vraie. On peut être dans un «état de grâce» et pourtant imparfait, puisque même le péché véniel «ne rompt pas l'alliance avec Dieu… ne prive pas le pécheur de la grâce sanctifiante, de l'amitié avec Dieu, de la charité et par conséquent du bonheur éternel». [12]Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 1863 Mais pris dans un contexte où l'on peut sciemment persister dans un état de péché mortel - c'est-à-dire. pas être en état de grâce - et pourtant recevoir l'Eucharistie, c'est précisément ce contre quoi saint Paul a mis en garde:

Pour quiconque mange et boit sans discerner le corps, mange et boit du jugement sur lui-même. C'est pourquoi beaucoup d'entre vous sont malades et infirmes, et un nombre considérable meurt. (1 Cor 11: 29-30)

Comment peut-on recevoir la communion si on est pas en communion avec Dieu, mais en rébellion ouverte? Ainsi, le «charisme de vérité» que l'Église a été donné par le Saint-Esprit et préservé dans la Tradition apostolique, rejette l'idée que…

… Le dogme peut être adapté en fonction de ce qui semble le mieux et le plus adapté à la culture de chaque âge; plutôt, que la vérité absolue et immuable prêchée par les apôtres depuis le début ne peut jamais être considérée comme différente, ne peut jamais être comprise d'une autre manière. —PAPE Pie X, Le serment contre le modernisme, 1er septembre 1910; papalencyclicals.net

 

LA LIGNE DE DIVISION

Et ainsi, nous arrivons à La grande division à notre époque, l'apogée de la Grande Apostasie que Saint Pie X disait fomentait déjà il y a un siècle, [13]cf. E Suprême, Encyclique sur la restauration de toutes choses dans le Christ, n. 3, 5; 4 octobre 1903; voir Pourquoi les papes ne crient-ils pas et que le pape François décrit comme essentiellement «adultère» - une rupture nuptiale de cette communion et de cette alliance que chaque croyant conclut lors du baptême. C'est une «mondanité» qui…

… Peut nous conduire à abandonner nos traditions et à négocier notre fidélité à Dieu qui est toujours fidèle. C'est appelé apostasie, qui… est une forme d '«adultère» qui a lieu lorsque nous négocions l'essence de notre être: fidélité au Seigneur. —POPE FRANÇOIS d'une homélie, Radio Vatican, 18 novembre 2013

C'est ce climat actuel de Politiquement correct qui porte le fruit fétide du modernisme à son plein épanouissement: individualisme, qui est la suprématie de la conscience sur la révélation et l'autorité divines. C'est comme pour dire: «Je crois en toi Jésus, mais pas en ton Église; Je crois en toi Jésus, mais pas à l'interprétation de ta Parole; Je crois en toi Jésus, mais pas en tes règles; Je crois en toi Jésus - mais je crois plus en moi. "

Le pape Pie X donne une ventilation terriblement précise de l'ego politiquement correct du 21e siècle:

Que l'autorité les réprimande autant qu'il lui plaît - ils ont leur propre conscience de leur côté et une expérience intime qui leur dit avec certitude que ce qu'ils méritent n'est pas un blâme mais une louange. Ensuite, ils réfléchissent qu'après tout, il n'y a pas de progrès sans bataille et pas de bataille sans sa victime, et des victimes qu'ils sont prêts à être comme les prophètes et le Christ lui-même ... Et ainsi ils vont dans leur sens, réprimandes et condamnations nonobstant, masquant un audace incroyable sous un simulacre d'humilité. —PAPE Pie X, Pascendi Dominici Gregis, 8 septembre 1907; n. 28; vatican.va

N'est-ce pas en plein écran en Amérique où, pendant au moins un moment, le vernis du politiquement correct a été brisé, révélant la profondeur de la dépravation qui a existé «sous un simulacre d'humilité»? Ce semblant s'est rapidement effondré en colère, haine, intolérance, fierté et ce que François appelle «un esprit de progressisme adolescent». [14]cf. Zenit.org

Car quiconque fait des choses mauvaises déteste la lumière et ne vient pas vers la lumière, afin que ses œuvres ne soient pas exposées. (Jean 3:20)

Si cela semble dur, c'est que la dissolution du mariage, de la famille et de la dignité de la personne humaine ne sont pas une mince affaire. Ils sont, en fait, le principal champ de bataille en ces «temps de la fin»:

… La bataille finale entre le Seigneur et le règne de Satan portera sur le mariage et la famille… quiconque opère pour le caractère sacré du mariage et de la famille sera toujours contesté et opposé de toutes les manières, car c'est la question décisive, cependant, Notre-Dame a déjà écrasé sa tête. —Sr. Lucie, voyante de Fatima, dans une interview avec le cardinal Carlo Caffara, archevêque de Bologne, du magazine Voix de Padre Pio, Mars 2008; cf. rorate-caeli.blogspot.com

Cette lutte est parallèle au combat apocalyptique décrit dans [Apo 11: 19-12: 1-6, 10 sur la bataille entre «la femme vêtue de soleil» et le «dragon»]. Les batailles de la mort contre la vie: une «culture de la mort» cherche à s'imposer à notre désir de vivre et de vivre pleinement… De vastes secteurs de la société sont confus sur ce qui est bien et ce qui est mal, et sont à la merci de ceux qui ont le pouvoir de «créer» une opinion et de l'imposer aux autres. —POPE JEAN PAUL II, Homélie du parc d'État de Cherry Creek, Denver, Colorado, 1993

C'est précisément ce relativisme individualiste que saint Paul décrit comme «l'anarchie» qui, lorsqu'il devient universel, est un signe avant-coureur du «sans loi», l'Antéchrist…

… Qui s'oppose et s'exalte au-dessus de tout soi-disant dieu et objet d'adoration, afin de s'asseoir dans le temple de Dieu, affirmant qu'il est un dieu. (2 Thess 2: 4)

Quiconque commet le péché commet l'anarchie, car le péché est l'anarchie. (1 Jean 3: 4)

L'état d'anarchie n'est donc pas nécessairement un chaos extérieur - bien que ce soit sa conclusion nécessaire. C'est plutôt un état de rébellion interne où le «je» s'élève au-dessus du «nous». Et à travers la «forte illusion» [15]cf. 2 Thess 2: 11 du politiquement correct, la glorification du «je» va plus loin: imposer que c'est ce qu'il y a de mieux pour le «nous».

Frères et sœurs, nous devons hardiment «Priez et combattez [ce] matérialisme, modernisme et égoïsme.» [16]Notre-Dame de Medjugorje, le 25 janvier 2017, prétendument à Marija Et nous devons lutter contre l'anti-sacrement de la fausse miséricorde, qui absout sans guérir et «lie les blessures sans les guérir au préalable». Plutôt, que chacun de nous devienne des apôtres de la Divine Miséricorde qui aiment et accompagnent même le plus grand des pécheurs - mais jusqu'à la vraie Liberté.

Vous devez parler au monde de sa grande miséricorde et préparer le monde à la seconde venue de celui qui viendra, non pas en tant que sauveur miséricordieux, mais en tant que juge juste. Oh, que ce jour-là est terrible! Déterminé est le jour de la justice, le jour de la colère divine. Les anges tremblent devant lui. Parlez aux âmes de cette grande miséricorde pendant qu'il est encore temps [d'accorder] la miséricorde. - La Vierge Marie s'adressant à sainte Faustine, Journal de sainte Faustine, n° 635

 

 

 LECTURES CONNEXES

L'anti-miséricorde

Le Grand Refuge et Safe Harbor

À ceux qui sont dans le péché mortel ...

L'heure de l'anarchie

L'antéchrist à notre époque

Compromis: la grande apostasie

Le Grand Antidote

Les voiles du navire noir - Partie I et Partie II

La fausse unité - Partie I et  Partie II

Déluge de faux prophètes - Partie I et  Partie II

En savoir plus sur les faux prophètes

 

  
Bénissez-vous et merci pour vos aumônes.

 

Pour voyager avec Mark dans le La solution Maintenant Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour Inscription.
Votre e-mail ne sera partagé avec personne.

  

 

Notes

Notes
1 cf. Matthieu 3: 2
2 cf. Jean 8:11
3 cf. Jean 8:34
4 cf. Jean 15:10
5 Jn 15: 12
6 Rom 6: 2
7 Rév 3: 19, 2: 10
8 cf. Ouvrir grand les portes de la miséricorde
9 cf. LifeSiteNews
10 Pape Pie IX, Pascendi Dominici Gregis, n.m. 28 ; vatican.va
11 cf. entretien en vol, Agence Nouvelles catholique, 16 avril 2016
12 Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 1863
13 cf. E Suprême, Encyclique sur la restauration de toutes choses dans le Christ, n. 3, 5; 4 octobre 1903; voir Pourquoi les papes ne crient-ils pas
14 cf. Zenit.org
15 cf. 2 Thess 2: 11
16 Notre-Dame de Medjugorje, le 25 janvier 2017, prétendument à Marija
Publié dans ACCUEIL, LES GRANDES ÉPREUVES.