Sur le mariage gay

lwedding_Fotor

 

LA DURE VÉRITÉ - PARTIE II
 

 

POURQUOI? Pourquoi l'Église catholique serait-elle contre l'amour?

Telle est la question que beaucoup de gens se posent en ce qui concerne l'interdiction du mariage gay par l'Église. Deux personnes veulent se marier parce qu'elles s'aiment. Pourquoi pas?

L'Église a répondu clairement, en utilisant une logique et une raison solide enracinées dans la loi naturelle, les Saintes Écritures et la Tradition dans deux brefs documents: Considérations relatives aux propositions de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles et Lettre aux évêques de l'Église catholique sur la pastorale des personnes homosexuelles

L'Église a répondu aussi clairement et fermement qu'elle le fait lorsqu'elle soutient que l'adultère est moralement répréhensible comme le sont la cohabitation avant le mariage, le vol ou les commérages. Mais le pape Benoît (qui était signataire des deux documents) a soulevé un point important qui semble avoir été oublié:

Le témoignage contre-culturel de l'Église est souvent mal interprété comme quelque chose d'arriéré et de négatif dans la société d'aujourd'hui. C'est pourquoi il est important de souligner la Bonne Nouvelle, le message vivifiant et enrichissant de l'Évangile. (Cf. Jn 10: 10). Même s'il est nécessaire de dénoncer fermement les maux qui nous menacent, nous devons corriger l'idée que le catholicisme n'est qu'un «ensemble d'interdictions».  -Discours aux évêques irlandais; VILLE DU VATICAN, OCT. 29, 2006

 

MÈRE ET PROFESSEUR

Nous ne pouvons comprendre le rôle de l'Église en tant que «mère et enseignante» que dans le contexte de la mission du Christ:  Il est venu pour nous sauver de nos péchés. Jésus est venu pour nous libérer de la servitude et de l'esclavage qui détruisent la dignité et le potentiel de chaque être humain créé à l'image de Dieu.

En effet, Jésus aime tous les hommes et femmes homosexuels de la planète. Il aime toute personne «hétéro». Il aime tous les adultères, les fornicateurs, les voleurs et les commérages. Mais à chaque personne, il proclame: «Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche» (Matt 4: 17). «Repentez-vous» des actes répréhensibles afin de recevoir «le royaume des cieux». Deux côtés à la Pièce de vérité.

À la femme adultère prise en flagrant délit, Jésus, voyant les foules au visage rouge lâcher leurs pierres et s'éloigner, dit: «Je ne te condamne pas non plus…». C'est-à-dire, 

Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui. (Jean 3:17) 

Ou peut-être comme l'a dit le Pape François: «Qui suis-je pour juger?» Non, Jésus inaugure l'ère de la miséricorde. Mais la miséricorde cherche aussi à libérer, dit ainsi la vérité. Alors le Christ lui dit: "Va et ne pèche plus."

«… Quiconque ne croit pas a déjà été condamné.»

Il nous aime et, par conséquent, il souhaite nous libérer et nous guérir de l'illusion et des effets du péché.

… En effet, son but n'était pas simplement de confirmer le monde dans sa mondanité et d'être son compagnon, le laissant complètement inchangé. —POPE BENOÎT XVI, Fribourg-en-Brisgau, Allemagne, 25 septembre 2011; www.chiesa.com

Ainsi, lorsque l'Église proclame les limites de la loi et les limites de l'activité humaine, elle ne restreint pas notre liberté. Au contraire, elle continue de signaler les garde-corps et les panneaux indicateurs qui nous dirigent en toute sécurité vers oui liberté. 

La liberté n'est pas la capacité de faire tout ce que nous voulons, quand nous le voulons. Au contraire, la liberté est la capacité de vivre de manière responsable la vérité de notre relation avec Dieu et les uns avec les autres.  —POPE JEAN-PAUL II, Saint-Louis, 1999

C'est à cause de l'amour de l'Église pour la personne aux prises avec son orientation sexuelle qu'elle parle clairement du danger moral de mener à bien des actions contraires à la loi morale naturelle. Elle appelle la personne à entrer dans la vie du Christ qui est la «vérité qui nous libère». Elle nous montre le chemin que nous a donné le Christ lui-même, c'est-à-dire obéissance aux desseins de Dieu - un chemin étroit qui mène à la béatitude de la vie éternelle. Et comme une mère, elle avertit que «le salaire du péché, c'est la mort», mais n'oublie pas de crier avec joie la dernière partie de cette Écriture:

… Mais le don de Dieu est la vie éternelle en Christ Jésus notre Seigneur. (Romains 6:23)

 

LA VÉRITÉ EN AMOUR

Et donc, il faut être clair, dire la vérité avec amour: l'Église ne dit pas seulement que le mot «mariage» ne peut appartenir à juste titre qu'aux couples hétérosexuels; elle dit que union de tous le tri entre les personnes homosexuelles est «objectivement désordonné». 

Les lois civiles sont des principes structurants de la vie de l'homme en société, en bien ou en mal. Ils «jouent un rôle très important et parfois décisif en influençant les schémas de pensée et de comportement». Les modes de vie et les présuppositions sous-jacentes qu'ils expriment non seulement façonnent extérieurement la vie de la société, mais tendent également à modifier la perception et l'évaluation des formes de comportement par la jeune génération. La reconnaissance légale des unions homosexuelles obscurcirait certaines valeurs morales fondamentales et entraînerait une dévalorisation de l'institution du mariage. -Considérations relatives aux propositions de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles; 6.

Ce n'est pas un commandement froid et sans compassion, mais un écho aux paroles du Christ: «Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.» L'Église reconnaît la lutte, mais ne dilue pas le remède:

… Les hommes et les femmes à tendance homosexuelle «doivent être acceptés avec respect, compassion et sensibilité. Tout signe de discrimination injuste à leur égard doit être évité. » Ils sont appelés, comme les autres chrétiens, à vivre la vertu de chasteté. Le penchant homosexuel est cependant «objectivement désordonné» et les pratiques homosexuelles sont «des péchés gravement contraires à la chasteté».  — Idem. 4

Il en va de même pour l'adultère, la fornication, le vol et le commérage des péchés graves. L'homme marié qui tombe amoureux de la femme de son voisin parce que «cela semble tellement juste» ne peut pas non plus suivre ses penchants, aussi forts soient-ils. Car ses actions (et elle) seraient donc contraires à la loi d'amour qui les liait dans leurs premiers vœux. L'amour, ici, n'étant pas un sentiment romantique, mais le don de soi à l'autre «jusqu'au bout».

Le Christ désire nous libérer des inclinations objectivement désordonnées - qu'elles soient homosexuelles ou hétérosexuelles.

 

LA CHASTITE EST POUR TOUS

L'Église n'appelle pas seulement les célibataires, le clergé, les religieux ou ceux qui ont des tendances homosexuelles à la chasteté. Chaque l'homme et la femme sont appelés à vivre la chasteté, même les couples mariés. Comment est-ce, vous pourriez demander!?

La réponse réside encore une fois dans la vraie nature de l'amour, c'est-à-dire vous donner, non seulement recevoir. Comme je l'ai écrit dans Un témoignage intime, le contrôle des naissances ne fait pas partie du plan de Dieu pour l'amour des conjoints pour un certain nombre de raisons - des buts qui sont cruciaux pour un mariage sain. Ainsi, quand on se marie, ce n'est pas du coup un «gratuit pour tous» en matière de sexe. Un mari doit respecter les rythmes naturels du corps de sa femme, qui traverse chaque mois les «saisons», ainsi que ses «saisons émotionnelles». Tout comme les champs ou les arbres fruitiers «se reposent» pendant l'hiver, il y a aussi des périodes où le corps d'une femme passe par un cycle de rajeunissement. Il y a aussi des saisons où elle est fertile, et le couple, tout en restant ouvert à la vie, peut s'abstenir à ces moments aussi pour organiser sa famille en conséquence dans un esprit d'amour et de générosité envers les enfants et la vie. cf. Humanae Vitae, n° 16 Pendant ces occasions de chasteté conjugale, un mari et une femme cultivent un respect mutuel plus profond et un amour l'un pour l'autre centré sur l'âme par opposition à la culture obsessionnelle centrée sur le génital dans laquelle nous vivons maintenant.

L'Église est la première à louer et à recommander l'application de l'intelligence humaine à une activité dans laquelle une créature rationnelle telle que l'homme est si étroitement associée à son Créateur. Mais elle affirme que cela doit se faire dans les limites de l'ordre de réalité établi par Dieu. —PAPE PAUL VI, Humanae Vitae, n° 16

Ainsi, la vision du sexe de l'Église est tout à fait différente de la vision quelque peu utilitaire et éphémère du monde. La vision catholique prend en compte la la totalité personne, spirituelle et physique; il reconnaît la beauté et le vrai pouvoir du sexe à la fois dans ses dimensions procréative et unitive; et enfin, c'est une vision qui intègre le sexe dans le plus grand bien de tous, notant que les maux qui se produisent dans la chambre à coucher ont en fait un impact sur la société dans son ensemble. C'est-à-dire que l'objectivation du corps n'est vue que comme un «produit» que l'on les usages, affecte la façon dont nous nous rapportons et interagissons avec les autres à d'autres niveaux, spirituellement et psychologiquement. Il est clair qu'aujourd'hui, des décennies de soi-disant «féminisme» n'ont guère contribué à gagner le respect et la dignité qui appartiennent à chaque femme. Au contraire, notre culture pornographique a dégradé les hommes et les femmes à un tel point que les habitants de la Rome païenne en rougiraient. Le pape Paul VI a averti, en fait, qu'une mentalité contraceptive engendrerait l'infidélité et la dégradation générale de la sexualité humaine. Il a dit, de façon assez prophétique, que si le contrôle des naissances était adopté ...

… Avec quelle facilité ce plan d'action pourrait ouvrir largement la voie à l'infidélité conjugale et à un abaissement général des normes morales. Il ne faut pas beaucoup d'expérience pour être pleinement conscient de la faiblesse humaine et de comprendre que les êtres humains - et en particulier les jeunes, qui sont tellement exposés à la tentation - ont besoin de motivations pour garder la loi morale, et c'est une mauvaise chose de leur faciliter la tâche pour enfreindre cette loi. Un autre effet alarmant est qu'un homme qui s'habitue à l'utilisation de méthodes contraceptives peut oublier la vénération due à une femme et, au mépris de son équilibre physique et émotionnel, la réduire à n'être qu'un simple instrument pour la satisfaction de sa femme. ses propres désirs, ne la considérant plus comme sa partenaire qu'il doit entourer de soins et d'affection. —PAPE PAUL VI, Humanae Vitae, n° 17

Cependant, une telle position morale est aujourd'hui de plus en plus considérée comme sectaire et intolérante, même lorsqu'elle est prononcée avec douceur et amour..

Il y a trop de tollé contre la voix de l'Église, et cela est intensifié par les moyens de communication modernes. Mais ce n'est pas une surprise pour l'Église qu'elle, non moins que son divin Fondateur, soit destinée à être un «signe de contradiction». … Il ne pourrait jamais lui être juste de déclarer licite ce qui est en fait illégal, car cela, de par sa nature même, est toujours opposé au vrai bien de l'homme.  —PAPE PAUL VI, Humanae Vitae, n° 18


ÉPILOGUE

Au moment où cela a été écrit pour la première fois (décembre 2006), l'establishment canadien, qui continue de diriger l'Occident dans l'expérimentation sociale, a eu l'occasion de revenir sur sa décision qui a redéfini le mariage l'année précédente. Cependant, la nouvelle «loi» reste telle quelle. Malheureux en effet, car cela a à voir avec l'avenir de la société, qui, selon Jean-Paul II, «passe par la famille». Et pour celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, cela a aussi à voir avec liberté d'expression, et l'avenir du christianisme au Canada et dans d'autres pays qui abandonnent la loi morale naturelle (voir Persécution! … Tsunami moral.)

L'avertissement et l'exhortation du pape Benoît XVI au Canada pourraient être adressés à tout pays qui se lance dans une expérimentation imprudente des fondements de l'avenir ...

Le Canada a une réputation bien méritée pour son engagement généreux et pratique en faveur de la justice et de la paix… En même temps, cependant, certaines valeurs détachées de leurs racines morales et de leur pleine signification trouvée en Christ ont évolué de la manière la plus troublante. Au nom de «tolérance», votre pays a dû endurer la folie de la redéfinition du conjoint et, au nom de la «liberté de choix», il est confronté à la destruction quotidienne des enfants à naître. Lorsque le plan divin du Créateur est ignoré, la vérité de la nature humaine est perdue.

Les fausses dichotomies ne sont pas inconnues au sein de la communauté chrétienne elle-même. Ils sont particulièrement dommageables lorsque les dirigeants civiques chrétiens sacrifient l'unité de la foi et sanctionnent la désintégration de la raison et des principes de l'éthique naturelle, en cédant aux tendances sociales éphémères et aux fausses exigences des sondages d'opinion. La démocratie ne réussit que dans la mesure où elle se fonde sur la vérité et une compréhension correcte de la personne humaine… Dans vos discussions avec les politiciens et les responsables civiques, je vous encourage à démontrer que notre foi chrétienne, loin d’être un obstacle au dialogue, est un pont , précisément parce qu'il réunit la raison et la culture.  — PAPE BENOÎT XVI, Adresse aux évêques de l'Ontario, Canada, visite «Ad Limina», 8 septembre, Cité du Vatican

 

Publié pour la première fois le 1er décembre 2006.

 

LECTURE CONNEXE:

 

Cliquez ici pour S'abonner à ce journal.

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 cf. Humanae Vitae, n° 16
Publié dans ACCUEIL, LA DURE VÉRITÉ.