La dure vérité - Partie V

                                     Bébé à naître à 8 semaines de homard 

 

MONDE les dirigeants qualifient le renversement de Roe contre Wades d'« horrible » et d'« épouvantable ». msn.com Ce qui est horrible et épouvantable, c'est que dès 11 semaines, les bébés commencent à développer des récepteurs de la douleur. Ainsi, lorsqu'ils sont brûlés à mort par une solution saline ou démembrés vivants (jamais sous anesthésie), ils sont soumis aux tortures les plus brutales. L'avortement est barbare. Les femmes se sont fait mentir. Maintenant, la vérité apparaît au grand jour… et la confrontation finale entre la culture de la vie et la culture de la mort atteint son paroxysme…

 

Première publication le 15 décembre 2006…   

TOLERANT, Humain, égal-le nouveau Trinité du monde moderne, l'image dans laquelle nous nous sommes recréés. En tant que tel dans ce nouvel ordre mondial émergent, les animaux ont reçu les mêmes droits que les humains… sinon plus.

Prends pour exemple:

Le CrustaStun, présenté comme un moyen plus humain de tuer les homards, a été lancé à l'origine avec une version maison et restaurant en 1999 par l'inventeur britannique Simon Buckhaven. Buckhaven dit que le choc rend les homards insensibles à une ébullition sans douleur… «Il y avait des pressions sur eux des salles à manger et des chaînes d'épicerie haut de gamme au Royaume-Uni et à Londres pour transformer les fruits de mer sans cruauté.» —Nouvelles de la SRC, 14 décembre 2006

 

TOUTES CHOSES ÉTANT ÉGALES

Rien de mal à traiter les animaux de manière plus humaine: en fait, l'abus de la création est incompatible avec le christianisme. Mais si nous voulons être tolérants, humains et égaux, alors TOUTE les animaux sont-ils traités de la même manière?

Dans certains cas, le bébé à naître n'est pas reconnu comme un être humain avec des droits jusqu'au moment de la naissance, même dans certains pays «avancés» comme le Canada (à quel point Tinkerbell entre dans l'utérus et agite sa baguette, donnant comme par magie personnalité). Mais nous savons que ces « fœtus » à naître sont vivants. Alors, à tout le moins, ne devraient-ils pas être traités avec le même accord que les animaux ?

Il est contradictoire d'insister sur le fait que les générations futures respectent l'environnement naturel alors que nos systèmes éducatifs et nos lois ne les aident pas à se respecter. Le livre de la nature est un et indivisible: il englobe non seulement l'environnement mais aussi la vie, la sexualité, le mariage, la famille, les relations sociales: en un mot, le développement humain intégral. Nos devoirs envers l'environnement sont liés à nos devoirs envers la personne humaine, considérée en soi et par rapport aux autres. Il serait erroné de respecter un ensemble de devoirs tout en piétinant l’autre.  — PAPE BENOÎT XVI, Caritas in veritate n° 51

En effet, la destruction quotidienne de l'enfant à naître reste une contradiction flagrante. Il paraît que douleur est la question centrale ici en ce qui concerne les «droits» - cette question qui tire si profondément sur le cœur moderne sensible.

 

DOULEUR HUMAINE 

Si nous exigeons que les homards ressentent peu ou pas de douleur en les tuant, cela ne devrait-il pas être le cas également lorsque nous tuons les enfants à naître? Mais est-ce que l'enfant à naître ressent de la douleur?

Faits médicaux que nous connaissons aujourd'hui sur le développement du fœtus:

  • 21 jours: le cœur commence à battre.
  • 4 ou 5 semaines: des récepteurs de la douleur apparaissent autour de la bouche.
  • 7 semaine: La réponse tactile des lèvres peut être évoquée chez un fœtus.
  • 11 semaines: le visage et toutes les parties des membres supérieurs et inférieurs sont sensibles au toucher.
  • 13 à 14 semaines, toute la surface du corps, à l'exception du dos et du haut de la tête, est sensible à la douleur.
  • 18 semaines: les hormones de stress sont libérées par un enfant à naître injecté par une aiguille, tout comme elles le sont lorsque les adultes ressentent de la douleur.
  • 20 semaine: le cerveau fœtal possède le complément complet de cellules cérébrales présentes à l'âge adulte, prêtes et en attente de recevoir les signaux de douleur du corps.
  • Semaine 20-30: un enfant à naître a plus de récepteurs de la douleur par pouce carré qu'à tout autre moment, avant ou après la naissance, avec seulement une très fine couche de peau pour la protection.
  • Semaine 30-32: les mécanismes qui inhibent ou modèrent l'expérience de la douleur ne commencent à se développer qu'après les semaines 30 à 32. Toute douleur ressentie par l'enfant à naître avant la formation de ces mécanismes est probablement pire que la douleur ressentie par un enfant plus âgé ou un adulte.

    * Pour voir des photos extraordinaires de bébés à naître vivants à différents stades de développement, cliquez sur ici.

(Les sources pour ce qui précède comprennent: Dr Paul Ranalli, neurologue, Université de Toronto; S. Reinis et J. Goldman, Le développement du cerveau Pub. C. Thomas, 1980 ; Willke, J & B, Avortement: questions et réponses, Hayes, 1991, chap. dix; Rapport d'expert de Kanwaljeet S. Anand, MBBS, D.Phil. » District nord de la US District Court en Californie. 15 janvier 2004; www.abortionfacts.com)

 

Bébé à 11 semaines

 

LA DURE VÉRITÉ 

Dans un abattoir de bétail, une méthode d'abattage est considérée comme légalement humaine aux États-Unis uniquement si…

… Tous les animaux sont rendus insensibles à la douleur par un seul coup ou coup de feu ou par un moyen électrique, chimique ou autre qui est rapide et efficace avant d'être enchaîné, hissé, jeté, jeté ou coupé. —Section 2 de la Humane Slaughter Act, 7 USC 1902           

En revanche, Avortements D&E (Dilatation et évacuation) effectuée aussi tard que 24 semaines - bien après que l'enfant commence à ressentir de la douleur - implique le démembrement de l'enfant à naître par une paire de pinces métalliques acérées. Voir ici pour une illustration. Regardez aussi la vidéo Cri silencieux pour voir une procédure D&E réelle et la réponse du bébé de 12 semaines à l'échographie.

Les méthodes d'instillation de l'avortement (pratiquées même après 30 à 32 semaines) impliquent le remplacement d'une tasse de liquide amniotique par une solution saline concentrée. L'enfant à naître inhale la solution car le sel brûle la peau du bébé. L'enfant vit dans cette condition jusqu'à une heure. Voir les résultats d'un tel avortement ici.

Dans aucune de ces techniques, l'enfant à naître ne bénéficie d'aucune forme d'anesthésie. Pour ceux qui n'ont pas lu l'autre Vérités Dures, il faut comprendre que je crois que la personnalité, la dignité et la vie de l'enfant à naître doivent être respectées de la conception jusqu'à la mort naturelle. L'anesthésie n'est pas une option pour faire disparaître la douleur de notre conscience. Mettre fin à l'avortement est la seule option. Cela arrive… que nous y mettions fin — ou que Dieu y mette fin — la fin approche.

Un enfant à naître à 20 semaines de gestation « est tout à fait capable de ressentir de la douleur… Sans aucun doute, [l'avortement] est une expérience terriblement douloureuse pour tout nourrisson soumis à une telle intervention chirurgicale.»—Robert J. White, MD., Ph.D. professeur de neurochirurgie, Case Western Reserve University  

46 millions d'avortements sont pratiqués dans le monde chaque année.  —Le Centre pour la réforme bioéthique

La dure vérité est que - tout comme ceux qui parlaient plus fort ou montaient leur radio alors que les trains, remplis de Juifs affolés en route pour Auschwitz, passaient par leurs quartiers - nous augmentons le volume dans notre monde moderne pour étouffer les cris douloureux de l'enfant à naître… et peut-être les cris de notre conscience. 

Comment s'étonner de l'indifférence manifestée à l'égard des situations de dégradation humaine, alors que cette indifférence s'étend même à notre attitude envers ce qui est et n'est pas humain? Ce qui est étonnant, c'est la détermination arbitraire et sélective de ce qu'il faut mettre en avant aujourd'hui comme digne de respect. Des questions insignifiantes sont considérées comme choquantes, mais des injustices sans précédent semblent être largement tolérées. — PAPE BENOÎT XVI, Caritas in veritate n° 51

 

 

LIRE AUSSI:

  • L'article qui peut avoir coûté mon travail dans les médias: La dure vérité

 

 

Soutenez le ministère à plein temps de Mark :

 

Pour voyagerå avec Mark dans Le plus Maintenant Word,
cliquez sur la bannière ci-dessous pour inscrire.
Votre e-mail ne sera partagé avec personne.

Maintenant sur Telegram. Cliquez sur:

Suivez Mark et les « signes des temps » quotidiens sur MeWe :


Suivez les écrits de Mark ici:

Écouter sur les réseaux suivants :


 

 

Version imprimable et PDF

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 msn.com
2 Pour ceux qui n'ont pas lu l'autre Vérités Dures, il faut comprendre que je crois que la personnalité, la dignité et la vie de l'enfant à naître doivent être respectées de la conception jusqu'à la mort naturelle. L'anesthésie n'est pas une option pour faire disparaître la douleur de notre conscience. Mettre fin à l'avortement est la seule option. Cela arrive… que nous y mettions fin — ou que Dieu y mette fin — la fin approche.
Publié dans ACCUEIL, LA DURE VÉRITÉ et étiqueté .