Le cœur de la nouvelle révolution

 

 

IT semblait être une philosophie bénigne -déisme. Que le monde a bien été créé par Dieu… mais laissé ensuite à l'homme le soin de le régler lui-même et de déterminer sa propre destinée. Ce fut un petit mensonge, né au XVIe siècle, qui fut en partie un catalyseur de la période des «Lumières», qui donna naissance au matérialisme athée, incarné par Communisme, qui a préparé le terrain pour où nous en sommes aujourd'hui: au seuil d'un Révolution mondiale.

La révolution mondiale qui se déroule aujourd'hui ne ressemble à rien de ce qui a été vu auparavant. Il a certainement des dimensions politico-économiques comme les révolutions passées. En fait, les conditions mêmes qui ont conduit à la Révolution française (et à sa violente persécution de l'Église) sont parmi nous aujourd'hui dans plusieurs régions du monde: chômage élevé, pénuries alimentaires et colère fomentant contre l'autorité de l'Église et de l'État. En fait, les conditions d'aujourd'hui sont mûr pour bouleversement (lire Les sept sceaux de la révolution).

En fait, de nombreux pays, dont le Japon, les États-Unis et plusieurs pays européens impression d'argent pour conjurer l'économie s'effondrer. De plus, les gens ne savent plus comment subvenir à leurs besoins et prendre soin en interne de leur communauté. Notre nourriture provient d'une poignée de sociétés multinationales. Si les conduites d'approvisionnement étaient bloquées par une pénurie de carburant, une pandémie, un acte de terrorisme ou un autre facteur, les étagères des magasins seraient vidées dans les 4 à 5 jours. De nombreuses personnes dépendent du «réseau» pour leur eau, leur chauffage et leur électricité. Encore une fois, la fourniture de ces ressources est en fait fragile car elles aussi sont interdépendantes de la disponibilité de l'autre. Tout cela pour dire que si un tel chaos devait survenir, il aurait pour effet de déstabiliser des régions entières, de déplacer des gouvernements et de réorganiser des sociétés entières. En un mot, cela créerait un révolution (lis La grande tromperie - Partie II). Mais alors, c'est l'intention pour qu'un Nouvel Ordre Mondial puisse être formé à partir du chaos. cf.  Mystère Babylone, Révolution mondiale!, et Quête de la liberté

Cependant, ce qui est le plus troublant, c'est que, déjà, il est clair que les peuples des nations démocratiques sont prêts à renoncer à leurs droits pour la sécurité quelque peu superficielle de l'État, qu'il s'agisse de l'adoption ouverte du socialisme dans plusieurs pays ou de l'intrusion du gouvernement. sur les libertés personnelles au nom de la «sécurité intérieure». Si le monde devait être jeté dans le chaos mondial, alors le monde du dernier pour un leader de le délivrer de son désordre. cf. La grande tromperie - Partie II

Je me rappelle à nouveau, mais dans un contexte différent, les paroles prémonitoires du bienheureux cardinal Newman:

Lorsque nous nous sommes jetés sur le monde et que nous dépendons de sa protection, et que nous avons abandonné notre indépendance et notre force, alors il [l'Antéchrist] fera irruption sur nous avec fureur autant que Dieu le lui permet.. Puis, soudainement, l'Empire romain peut se briser, et l'Antéchrist apparaît comme un persécuteur, et les nations barbares des alentours font irruption. — Saint John Henry Newman, Sermon IV: La persécution de l'Antéchrist

Pourtant, il y a quelque chose de différent au cœur même de cette Nouvelle Révolution: c'est aussi anthropologique dans la nature. C'est une transformation de qui nous nous voyons en tant qu'homme et femme et de notre relation les uns avec les autres. Les catégories «homme» et «femme» disparaissent avec des conséquences incalculables…

 

LA RÉVOLUTION ANTHROPOLOGIQUE

Les quatre cents dernières années ont lentement réduit notre croyance en Dieu, et par conséquent, notre compréhension que nous sommes fait à son image. Ainsi, les fondements de la société humaine que Dieu a institués, à savoir Le mariage les nouveautés famille, se sont désintégrés de telle sorte que l'on peut dire à juste titre que «l'avenir du monde est un enjeu». cf. Au réveillon Parlant de la famille, le pape Benoît a déclaré:

Ce n'est pas une simple convention sociale, mais plutôt la cellule fondamentale de toute société. Par conséquent, les politiques qui portent atteinte à la famille menacent la dignité humaine et l'avenir de l'humanité elle-même. —POPE BENOÎT XVI, discours au corps diplomatique, 19 janvier 2012; Reuters

Il a ajouté ce dernier Noël (2013)…

Dans le combat pour la famille, la notion même d'être - de ce que signifie réellement être humain - est remise en question… La question de la famille… est la question de ce que signifie être un homme, et de ce qu'il faut faire pour être de vrais hommes… Le mensonge profond de cette théorie [que le sexe n'est plus un élément de la nature mais un rôle social que les gens choisissent pour eux-mêmes] et de la révolution anthropologique qu'elle contient est évident… —POPE BENOÎT XVI, 21 décembre 2012

La perte de notre identité en tant qu '«homme» et «femme» devient rapidement incontrôlable. Au Royaume-Uni, les termes «mari» et «épouse» ou «épouse» et «époux» sont omis des documents de mariage. cf. http://www.huffingtonpost.co.uk/ En Australie, la Commission des droits de l'homme s'emploie à défendre certains vingt trois Définitions du «genre» - et comptage.

Au début, il y avait un homme et une femme. Bientôt il y eut homosexualité. Plus tard, il y a eu des lesbiennes, et beaucoup plus tard des gays, des bisexuels, des transgenres et des queers… À ce jour (au moment où vous lisez ceci, la… famille des sexualités peut avoir augmenté et multiplié) ce sont: transgenres, trans, transsexuels, intersexués, androgynes, agender, travesti, drag king, drag queen, genderfluid, genderqueer, intergender, neutrois, pansexual, pan-gendered, third gender, third sex, sistergirl et brotherboy… —De «Le Pape Benoît XVI expose le profond mensonge de la philosophie du mouvement pour l'identité de genre», 29 décembre 2012, http://www.catholiconline.com/

Ainsi, la défense de la famille et du mariage authentique va au-delà de la simple préservation des éléments constitutifs des cultures. Il…

… Concerne l'homme lui-même. Et il devient clair que lorsque Dieu est nié, la dignité humaine disparaît également. —POPE BENOÎT XVI, 21 décembre 2012

 

LA CONSPIRATION CONTRE LA VIE

Quand la dignité humaine disparaît, l'homme commence à disparaître. Si nous acceptons universellement qu'il n'y a plus d'absolus moraux - que ce que nous sommes en tant qu'espèce, en tant qu'individus, en tant que personnes - soient arbitrairement définis, alors nous pouvons être certains qu'un État impie les définira arbitrairement pour nous. C'est la leçon de l'histoire, le chemin répété battu par les pieds de fer des tyrans, des dictateurs et des fous. La véritable illusion de notre époque est que nous croyons que nous sommes trop intelligents pour que cela se reproduise.

Mais cela se passe tout autour de nous. Nous sommes déjà déterminer arbitrairement quand une personne devient une personne.

• L'avortement est débattu précisément sur ce point. Au Canada, récemment, la communauté médicale a décidé au hasard que la personnalité ne commence que lorsque le corps d'un bébé à naître d’étiquettes électroniques entièrement émergé du canal de naissance. cf. Lâches Les implications de ceci sont claires: un bébé peut être tué tant qu'il a encore un pied dans l'utérus. Même lorsque des cas manifestes de meurtre se sont produits, le droit à «l'avortement» est toujours cité. cf. www.cbcnews.ca

• Aux États-Unis, des «panels de décès» sont formés pour déterminer qui peut et ne peut pas recevoir des soins de santé: qui est suffisamment précieux pour rester en bonne santé et qui ne l'est pas.

• La recherche embryonnaire sur les fœtus humains détruit régulièrement la vie pour le «plus grand bien» de trouver des remèdes contre les maladies - ou de meilleurs ingrédients pour le maquillage et une alimentation plus favorable. cf. www.LifeSiteNews.com

• La torture est tolérée par les pays «civilisés» comme une «arme» contre le terrorisme. "Torture qui utilise la violence physique ou morale pour extraire des aveux, punir les coupables, effrayer les opposants ou satisfaire la haine est contraire au respect de la personne et de la dignité humaine. » -Catéchisme de l'Église catholique, n° 2297

• Dans plusieurs pays occidentaux, le droit de se suicider est vigoureusement recherché alors que le droit d'euthanasier prend de l'ampleur.

Aujourd'hui, la science et la technologie évoluent à un rythme rapide pour réinventer littéralement l'être humain en modifiant nos gènes ou en interfaçant notre corps avec des puces informatiques.

Si le progrès technique ne s'accompagne pas d'un progrès correspondant dans la formation éthique de l'homme, dans la croissance intérieure de l'homme (cf. Ep 3, 16; 2 Co 4, 16), alors ce n’est pas du tout un progrès, mais une menace pour l’homme et pour le monde... La science peut grandement contribuer à rendre le monde et l'humanité plus humains. Pourtant, elle peut aussi détruire l'humanité et le monde à moins qu'elle ne soit dirigée par des forces extérieures.—POPE BENOÎT XVI, Lettre encyclique, Spé Salvi, nf. 22, 25

• À grande échelle, la réduction de la population est bien engagée. De nombreux pays étrangers ne peuvent recevoir une aide étrangère que s'ils acceptent de mettre en œuvre des programmes de «santé reproductive», c'est-à-dire une disponibilité immédiate pour la contraception, l'avortement et la stérilisation forcée. Les économies occidentales se réduisent pour la simple raison qu'elles ont contracepté et avorté des générations de consommateurs et de contribuables.

• Le profit, et non les personnes, est désormais l'objectif central des entreprises, des marchés et des économies. Ces objectifs budgétaires creusent le fossé entre les riches et les pauvres et déstabilisent effectivement les nations.

… La tyrannie de mammon […] pervertit l'humanité. Aucun plaisir ne suffit jamais, et l'excès d'intoxication trompeuse devient une violence qui déchire des régions entières - et tout cela au nom d'une incompréhension fatale de la liberté qui sape en fait la liberté de l'homme et la détruit finalement. —POPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 20 décembre 2010

• Les gouvernements envahissent désormais régulièrement d'autres pays avec des attaques «préventives», autorisant des frappes de missiles illégales et évincant des dirigeants au prix parfois de centaines de milliers de vies innocentes, simplement considérées comme des «dommages collatéraux». On estime que la guerre contre l'Irak pour évincer Saddam Hussein et ses «armes de destruction massive», qui n'ont jamais été retrouvées, a tué près d'un million d'Irakiens. cf. www.globalresearch.ca

Je pourrais continuer avec l'empoisonnement imprudent qui a lieu dans le l'approvisionnement alimentaire humain, l'agriculture et notre atmosphère. Le point est le suivant: lorsque nous ne voyons plus la valeur de la personne humaine, de la dignité d'une âme, alors les gens eux-mêmes deviennent un moyen pour atteindre une fin; ils deviennent une marchandise sur le marché, un tremplin, un simple sous-produit évolutif soumis à la survie du plus apte (c'est-à-dire le plus riche). En un mot, ils deviennent dispensable. cf. La grande réforme

La question du Seigneur: «Qu'as-tu fait?», À laquelle Caïn ne peut échapper, s'adresse aussi aux gens d'aujourd'hui, pour leur faire prendre conscience de l'étendue et de la gravité des attaques contre la vie qui continuent de marquer l'histoire humaine… Quiconque attaque la vie humaine , attaque en quelque sorte Dieu lui-même. —POPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae; n. dix

Celui qui veut éliminer l'amour se prépare à éliminer l'homme en tant que tel. —POPE BENOÎT XVI, Lettre encyclique, Deus Caritas Est (Dieu est Amour), n. 28b

Nous avons embrassé une «culture de la mort» et sommes ainsi arrivés au seuil de «la confrontation finale» entre la «femme vêtue du soleil» et les mâchoires béantes du «dragon». cf. Rev 12-13; également La grande réforme et Comprendre la confrontation finale Et ce n'est que le début de la récolte.

Cette [culture de la mort] est activement encouragée par de puissants courants culturels, économiques et politiques qui encouragent une idée de société excessivement soucieuse d'efficacité. En regardant la situation de ce point de vue, il est possible de parler dans un certain sens d'une guerre des puissants contre les faibles: une vie ce qui exigerait une plus grande acceptation, amour et soin est considéré comme inutile ou considéré comme un fardeau intolérable, et est donc rejeté d'une manière ou d'une autre. Une personne qui, à cause d'une maladie, d'un handicap ou, plus simplement, du simple fait d'exister, compromet le bien-être ou le style de vie de ceux qui sont les plus favorisés, a tendance à être considérée comme un ennemi à résister ou à éliminer. De cette manière, une sorte de «complot contre la vie» se déchaîne. Cette conspiration implique non seulement des individus dans leurs relations personnelles, familiales ou de groupe, mais va bien au-delà, au point de nuire et de dénaturer, au niveau international, les relations.
entre les peuples et les États
. —POPE JEAN PAUL II, Evangelium Vitae, «L'Évangile de la vie», N. 12

 

LA NOUVELLE TOUR DE BABEL

C'est précisément cette «distorsion» dont parlait Jean-Paul II qui crée les conditions d'une révolution mondiale, qui cherche en fin de compte à refaire l'homme à son image. Et donc, nous sommes entrés our fois à un tournant remarquable: la croyance que notre sexe biologique, notre constitution génétique et notre tissu moral peuvent être complètement réorganisés, repensés et replacés. Nous avons placé notre espoir presque uniquement dans la science et la technologie pour nous livrer à une nouvelle époque d'illumination et de liberté humaines. Le Nouvelle tour de Babel que nous construisons fait ressembler la tour babylonienne de l'Ancien Testament à une hutte.

Mais qu'est-ce que Babel? C'est la description d'un royaume dans lequel les gens ont concentré tellement de pouvoir qu'ils pensent ne plus avoir besoin de dépendre d'un Dieu qui est loin. Ils croient qu'ils sont si puissants qu'ils peuvent construire leur propre chemin vers le ciel afin d'ouvrir les portes et de se mettre à la place de Dieu. Mais c'est précisément à ce moment que quelque chose d'étrange et d'inhabituel se produit. Alors qu'ils travaillent à la construction de la tour, ils réalisent soudain qu'ils travaillent les uns contre les autres. En essayant d'être comme Dieu, ils courent le risque de ne même pas être humains - parce qu'ils ont perdu un élément essentiel de l'être humain: la capacité de s'entendre, de se comprendre et de travailler ensemble… Le progrès et la science nous ont donné le pouvoir de dominer les forces de la nature, de manipuler les éléments, de reproduire les êtres vivants, presque au point de fabriquer eux-mêmes les humains. Dans cette situation, prier Dieu semble démodé, inutile, car nous pouvons construire et créer tout ce que nous voulons. Nous ne réalisons pas que nous revivons la même expérience que Babel.  —POPE BENOÎT XVI, Homélie de Pentecôte, 27 mai 2102

L'intelligence relationnelle c'est Grande déception non seulement de notre temps, mais peut-être le plus grand depuis le jardin d'Eden. cf. La grande tromperie - Partie III et De retour à Eden? Cela n'est possible à l'échelle mondiale que si les crises mondiales réussissent à inciter l'humanité à croire que uniquement la solution à nos problèmes est en fait de enfin devenir les dieux qu'Adam et Eve ont essayé, mais n'ont pas réussi à être -ne pouvait pas être.

Dans ce scénario, le christianisme doit être éliminé et céder la place à une religion mondiale et à un nouvel ordre mondial.  - ‚Jésus-Christ, le porteur de l'eau de vie, n° 4, Conseils pontificaux pour la culture et le dialogue interreligieux

Il est presque incroyable que l'humanité puisse se laisser duper à ce point, sauf que L'Écriture elle-même, à travers les prophètes du nouveau et de l'ancien testament, a prédit cette chose même. Les crises, semble-t-il, sont Les sept sceaux de la révolution vu dans une vision de Saint-Jean - des crises qui culminent dans un sauveur impie qui promet de livrer une nouvelle utopie…

Après cela, je vis dans les visions nocturnes, et voici une quatrième bête, terrible et terrible, et extrêmement forte; et elle avait de grandes dents de fer ... Je regardai les cornes, et voici, il monta parmi elles une autre petite corne, devant laquelle il y avait trois des premières cornes arrachées par les racines: et voici, dans cette corne il y avait des yeux semblables les yeux de l'homme, et une bouche qui dit de grandes choses. (Dan 7: 7-8)

Fasciné, le monde entier a suivi la bête. (Ap 13: 3) 

Avant la seconde venue du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur terre dévoilera le «mystère de l'iniquité» sous la forme d'une tromperie religieuse offrant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité. La tromperie religieuse suprême est celle de l'Antéchrist, pseudo-messianisme par lequel l'homme se glorifie à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair.La tromperie de l'Antéchrist commence déjà à prendre forme dans le monde chaque fois que l'on prétend réaliser dans l'histoire cet espoir messianique qui ne peut se réaliser au-delà de l'histoire qu'à travers le jugement eschatologique. -Catéchisme de l'Église catholique, n. 675-676

 

LECTURE CONNEXE:

 

 

 

Cliquez ici pour Se désabonner or S'abonner à ce journal.

 
Merci pour votre soutien financier
et de nombreuses prières!

www.markmallet.com

-------

Cliquez ci-dessous pour traduire cette page dans une autre langue:

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 cf.  Mystère Babylone, Révolution mondiale!, et Quête de la liberté
2 cf. La grande tromperie - Partie II
3 cf. Au réveillon
4 cf. http://www.huffingtonpost.co.uk/
5 cf. Lâches
6 cf. www.cbcnews.ca
7 cf. www.LifeSiteNews.com
8 "Torture qui utilise la violence physique ou morale pour extraire des aveux, punir les coupables, effrayer les opposants ou satisfaire la haine est contraire au respect de la personne et de la dignité humaine. » -Catéchisme de l'Église catholique, n° 2297
9 On estime que la guerre contre l'Irak pour évincer Saddam Hussein et ses «armes de destruction massive», qui n'ont jamais été retrouvées, a tué près d'un million d'Irakiens. cf. www.globalresearch.ca
10 cf. La grande réforme
11 cf. Rev 12-13; également La grande réforme et Comprendre la confrontation finale
12 cf. La grande tromperie - Partie III et De retour à Eden?
Publié dans ACCUEIL, SIGNES et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , .

Les commentaires sont fermés.