La nuit de la foi

RETRAITE DE CARREAU
Jour 40

ballon-la-nuit2

 

ET alors, nous sommes arrivés à la fin de notre retraite… mais je vous assure, ce n'est que le début: le début de la grande bataille de notre temps. C'est le début de ce que saint Jean-Paul II a appelé…

… La confrontation finale entre l'Église et l'anti-Église, de l'Évangile contre l'anti-Évangile. Cette confrontation s'inscrit dans les plans de la Providence divine; c'est une épreuve que toute l'Église, et l'Église polonaise en particulier, doit entreprendre. C'est un essai non seulement de notre nation et de l'Église, mais en un sens un test de 2000 ans de culture et de civilisation chrétienne, avec toutes ses conséquences pour la dignité humaine, les droits individuels, les droits de l'homme et les droits des nations. - Cardinal Karol Wojtyla (JEAN-PAUL II), au Congrès eucharistique, Philadelphie, PA; 13 août 1976; cf. réimprimé le 9 novembre 1978, numéro du Wall Street Journal

Et pourtant, tout comme la Croix est «une pierre d'achoppement pour les Juifs et une folie pour les Gentils», 1 Cor 1: 23 il en va de même pour l'armée que Dieu rassemble pour cette bataille. Dirigée par une humble Vierge, ce n'est pas une armée qui se bat selon la chair avec des armes nucléaires, laser ou électromagnétiques; ni avec la peur, la terreur et l'injustice; mais plutôt, avec les armes de toutes traditions religieuses et spirituelles.d'espérance, love. cf. Le nouveau Gideon

… Les armes de notre bataille ne sont pas de chair mais sont extrêmement puissantes, capables de détruire des forteresses. (2 Cor 10: 3-4)

En ce samedi saint, il semble que le monde entier soit enveloppé dans les ténèbres du tombeau; que la mort elle-même presse nos cultures de toutes parts, car l'euthanasie, l'avortement, le suicide, la stérilisation et le contrôle des naissances deviennent non seulement des «droits», mais des «services» obligatoires que même les institutions catholiques doivent fournir. Alors que j'écrivais cette phrase, un animateur courageux de Radio Maria à Toronto m'a écrit en disant:

Je ne me sens plus citoyen canadien parce que notre patrie est devenue étrangère, hostile et étrangère à ce que je crois. Nous vivons en exil dans notre propre nation. —Lou Iacobelli, animateur de «Family Matters», 25 mars 2016

Je suis sûr que beaucoup d'entre vous en Amérique, en Syrie, en Irlande, dans le reste de l'Europe et ailleurs ressentent la même chose. Mais vous êtes en bonne compagnie, car ce sont les patriarches de l'Ancien Testament qui ont vécu et sont morts dans la même foi que vous vous efforcez de garder:

Ils n'ont pas reçu ce qui avait été promis mais l'ont vu et l'ont salué de loin et ont reconnu être des étrangers et des étrangers sur terre, car ceux qui parlent ainsi montrent qu'ils cherchent une patrie. (Hé 11: 13-14)

Mais chercher notre patrie céleste n'est jamais un exercice d'abandon du monde à lui-même. Comme je l'ai cité dans La contre-révolution,

Nous ne pouvons pas accepter calmement que le reste de l'humanité retombe dans le paganisme. —Le cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI), La nouvelle évangélisation, édifier la civilisation de l'amour; Discours aux catéchistes et aux professeurs de religion, 12 décembre 2000

… Vous ne resterez pas les bras croisés lorsque la vie de votre prochain est en jeu. (cf. Lév 19, 16)

Et ainsi, le but de cette retraite est de nous montrer how nous pouvons être une lumière authentique et un signe d'espoir pour notre prochain. Et cela, par un vidage et une mort de soi pour que Jésus puisse ressusciter et vivre en nous à travers la culture d'une vie intérieure.

J'ai trouvé intéressant que, le premier jour de cette retraite, j'ai été inspiré pour demander l'intercession de sainte Mildred (voir Jour 1), parce qu'elle n'est pas une sainte que je n'avais jamais invoquée et dont je ne savais rien. Donc, après avoir écrit cette méditation, je l'ai regardée. «Mildred avait une réputation de grande sainteté… elle a rejeté ce qui aurait pu être pour elle une vie de facilité intitulée. Son détachement des biens de ce monde l'a amenée à un engagement ferme envers Jésus et ses pauvres. cf. catholic.org En un mot, sainte Mildred avait une vie intérieure authentique qui rayonnait de l'amour de Dieu. Je me souviens d'un «mot» qu'un ami à moi a prononcé il y a de nombreuses années qui a résonné dans mon âme: «Ce n’est pas le moment du réconfort, mais celui des miracles.»

C'était aussi sur Jour 1 que j'ai écrit que vous et moi «brisons l'histoire», que grâce à notre «oui» à Dieu en cette heure, nous avons l'opportunité d'avoir un impact sur le cours du monde - peut-être comme aucune autre génération de chrétiens. Comme l'a dit la servante de Dieu Catherine de Hueck Doherty,

En effet, c'est une époque d'héroïsme. La vertu ordinaire, bien pratiquée, est devenue héroïque dans la confusion totale du monde d'aujourd'hui. -Où est l'amour, Dieu est, extrait du calendrier «Moments of Grace», 24 mars

C'est tellement vrai! Soudain, un catholique qui se contente d'assister à la messe dominicale se démarque fidèlement de la foule; un jeune homme et une jeune femme qui restent chastes avant le mariage sont comme des trompettes sonnant dans le vacarme de la luxure; une âme qui tient fermement à la loi morale naturelle et aux vérités immuables de la foi catholique est comme une montgolfière dont le brûleur enflammé choque et épouvante la nuit complaisante du compromis. Comme l'a dit le cardinal Burke,

Ce qui suscite l'émerveillement dans une telle société, c'est le fait que quelqu'un n'observe pas le politiquement correct et, par conséquent, semble perturber la soi-disant paix de la société.. - Mgr Raymond L. Burke, Préfet de la signature apostolique, Réflexions sur la lutte pour faire progresser la culture de la vie, dîner de partenariat InsideCatholic, Washington, 18 septembre 2009

Oui, c'est nous! C'est le petit groupe d'apôtres fatigués mais fidèles que nous sommes appelés à devenir. Ainsi, vous voyez, l'opportunité d'être un saint n'a jamais été aussi grande - ni plus nécessaire. Car, comme l'a dit Jean-Paul II,

Écouter le Christ et l'adorer nous conduit à faire des choix courageux, à prendre des décisions parfois héroïques. Jésus est exigeant, car il souhaite notre vrai bonheur. L'Église a besoin de saints. Tous sont appelés à la sainteté et seuls les saints peuvent renouveler l'humanité. —POPE JEAN-PAUL II, Message des Journées Mondiales de la Jeunesse 2005, Cité du Vatican, 27 août 2004, Zenit

Ainsi, la nécessité de à n'a jamais été aussi grand que maintenant: pour que les hommes deviennent HOMMES à nouveau, et les femmes à devenir réal femmes. L'image de l'homme et de la femme a été si terriblement déformée aujourd'hui, que ce n'est qu'en contemplant le visage de Jésus - Lui qui est l'image de Dieu - que nous pouvons retrouver l'image de Dieu dans laquelle nous sommes également créés. Ainsi, nous devons «enflammer le don de Dieu» que nous avons reçu à travers notre baptême et notre confirmation. 

Car Dieu ne nous a pas donné un esprit de lâcheté mais plutôt de puissance, d'amour et de maîtrise de soi. (2 Tim 1: 7)

Et ce don de courage vient, comme il l'a fait pour Jésus à Gethsémané, lorsque nous prions et restons fidèles: «Pas ma volonté mais la vôtre soit faite. Alors un ange viendra nous fortifier aussi, comme il l'a fait Jésus. cf. Luc 22:32 Mais si nos yeux ne sont pas fixés sur le Père, mais sur les gardes du temple avec leurs torches et leurs armes; si notre regard est distrait par les vagues rugissantes de cette tempête actuelle, plutôt que sur Jésus à l'arrière du bateau; si nous n'écoutons pas le Christ et ne l'adorons pas… alors le courage humain sera échouer. Car la tromperie qui tombe sur le monde est "Si grand que de tromper, si cela était possible, même les élus." cf. Matthieu 24: 24 Mais Jésus vous dit aujourd'hui qui luttez pour être fidèle:

Parce que vous avez gardé mon message d'endurance, je vous garderai en sécurité pendant le temps de l'épreuve qui va venir dans le monde entier pour tester les habitants de la terre. J'arrive vite. Tenez-vous fermement à ce que vous avez, afin que personne ne puisse prendre votre couronne. (Ap 3: 10-11)

Nous sommes en tant que corps, l'Église, entrant également dans la nuit de la foi (lire La bougie fumante).

Avant la seconde venue du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants… L'Église n'entrera dans la gloire du royaume que par cette Pâque finale, lorsqu'elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa résurrection. —Catéchisme de l'Église catholique, n. 672, 677

Alors que les temps et les saisons sont hors de notre portée, de nombreux papes au siècle dernier ont ouvertement suggéré que nous commençons à voir des signes émergeant de la «fin des temps», à la fois des Évangiles et du Livre de l'Apocalypse. sur le lien Pourquoi les papes ne crient-ils pas? Et alors laissez-moi citer ce livre une fois de plus:

Le témoignage de Jésus est l'esprit de la prophétie. (Ap 19:10)

Oui, il y a de nombreuses révélations et prophéties privées aujourd'hui, mais ici vous avez Cœur de celui-ci, la principale prophétie parmi les prophéties pour la fin des temps: «Témoignage de Jésus». Et c'est pourquoi la Sainte Mère appelle à plusieurs reprises l'Église en ce moment à un regard intérieur sur le Christ, une vie intérieure de prière et de communion avec Dieu en vivant les Béatitudes. Car c'est seulement dans ce regard contemplatif que nous pouvons être transformés de plus en plus à l'image de Jésus. Ce n'est que par cette union avec Dieu que nous pouvons briller comme des «montgolfières» dans cette nuit d'obscurité et donner un témoignage prophétique. 

Et le témoignage que nous sommes appelés à donner par nos vies et nos paroles est que Jésus-Christ est le Seigneur. Que Lui seul est «Le chemin, la vérité et la vie.» Que ce n'est que par la repentance des péchés et la foi en son amour que chacun de nous peut être sauvé. Oh, comme aujourd'hui cet Evangile a été brouillé! Combien de chemins faux et trompeurs ont émergé, même parmi nous - de loups déguisés en brebis. 

Mais même si nous ou un ange du ciel devons vous prêcher un évangile autre que celui que nous vous avons prêché, que celui-ci soit maudit! (Gal 1: 8)

Alors que je regardais la Croix pendant le Vendredi Saint, je pouvais entendre dans mon cœur une voix forte comme le tonnerre nous invitant à proclamer une fois de plus le nom de Jésus!

Il n'y a de salut par personne d'autre, ni aucun autre nom sous le ciel donné à la race humaine par lequel nous devons être sauvés. (Actes 4:12)

En tant que catholiques, nous avons oublié la puissance au nom de Jésus! Regardez ce qui s'est passé lorsque les gardes du temple se sont approchés et ont demandé Jésus par son nom.

Quand il leur a dit: «JE SUIS», ils se sont détournés et sont tombés au sol. (Jean 18: 6)

Il n’y a pas de limite de temps pour le tournoi. Cependant, si vous restez inactif pendant une longue période, vous serez déconnecté de BBO et la partie sera perdue. power dans ce nom. Le pouvoir de délivrer, de guérir et d'économiser. Car comme l'enseigne le Catéchisme, 

Prier «Jésus», c'est l'invoquer et l'appeler en nous. Son nom est le seul à contenir la présence qu'il signifie. -Catéchisme de l'Église catholique, n° 2666

C'est pourquoi les démons fuient à son nom, car contrairement à ton nom ou au mien, pour dire Jésus est de l'amener au milieu de nous. Le nom de Jésus est une arme extrêmement puissante capable de détruire des forteresses! Et ainsi, en note de tout ce que j'ai dit sur la prière, si vous voulez apprendre à prier sans cesse, alors comme l'a dit saint Paul ... 

… Offrons continuellement à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. (He 13:15)

La «prière de Jésus» la plus puissante pour cette heure dans le monde est peut-être celle qui nous a été donnée par Sainte Faustine: «Jésus, j'ai confiance en toi.» Après 2000 ans de christianisme, des milliers de décrets papaux, des centaines de lois canoniques et des dizaines de catéchismes, le message que Jésus a pour notre monde en ces «temps de la fin» est réduit à cinq mots: «Jésus, j'ai confiance en toi. Est-ce une coïncidence que dans la prophétie du prophète Joël de la fin des temps, il écrit:

… Avant la venue du grand et splendide jour du Seigneur… ce sera que quiconque invoquera sera sauvé le nom du Seigneur. (Actes 2: 20-21)

Oui, Dieu nous a facilité la tâche: Jésus, j'ai confiance en toi. J'ai le sentiment qu'avant que les portes de la miséricorde ne soient fermées à cette génération prodigue, ces cinq mots vont sauver de nombreuses âmes. 

Maintenant, tout cela dit, je sais que lorsque cette retraite sera terminée depuis longtemps, et que vous et moi revenons à la routine quotidienne de nos vies, la joie, l'inspiration et les consolations que nous avons vécues ces quarante jours céderont naturellement la place au la gravité de faiblesse, d'épreuves et de tentations qui cherchent à nous tirer vers la terre. C'est aussi une «nuit de la foi» que nous devons tous persévérer. La clé est de ne pas céder à cette voix de désespoir qui va vous narguer en disant: «Vous voyez, malgré cette retraite, vous restez juste un pécheur trash. Vous ne deviendrez jamais saint… vous êtes un échec. Eh bien, j'espère que vous réalisez maintenant que c'est ne sauraient la voix du Saint-Esprit, mais «l'accusateur des frères». Quand l'Esprit vient nous convaincre de péché, il portera toujours le fruit de la paix, même au milieu des larmes brûlantes de l'humiliation. L'Esprit est doux; Satan est impitoyable; l'Esprit apporte la lumière à l'âme; Satan apporte des ténèbres oppressantes; l'Esprit offre l'espérance; Satan promet le désespoir. Apprenez, mes chers amis, à discerner entre les deux voix. Apprenez surtout à faire confiance à la miséricorde de Dieu qui n'accorde pas un certain nombre de pardons, mais qui est toujours prêt à pardonner.

Je pense que cette petite anecdote de Sainte Faustine est un bel exemple pour nous aujourd'hui de la manière de réagir dans la nuit de la foi.

Quand je vois que le fardeau dépasse mes forces, je ne le considère pas, je ne l’analyse pas et je ne le sonde pas, mais je cours comme un enfant vers le Cœur de Jésus et je ne lui dis qu’un mot: «Tu peux tout faire.» Et puis je me tais, car je sais que Jésus lui-même interviendra en la matière, et quant à moi, au lieu de me tourmenter, j'utilise ce temps pour l'aimer. —St. Faustine, Miséricorde divine dans mon âme, Journal, n. 1033

Enfin, mes chers frères et sœurs, rappelez-vous ce que Jean-Paul II a dit, à savoir que les épreuves auxquelles l'Église doit faire face se situent «dans les plans de la Providence divine». Autrement dit, la nuit de la foi n'est pas la fin; vient l'aube de la résurrection…

 

RÉSUMÉ ET ÉCRITURE

L'Église suit Jésus à travers notre propre passion, mort et résurrection. La clé pour rester ferme en ces temps est de vivre d'une vie intérieure de prière et de fidélité à la Parole de Dieu.

Car l'amour de Dieu est ceci, que nous gardons ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, car quiconque est engendré par Dieu conquiert le monde. Et la victoire qui conquiert le monde est notre foi. Qui est vraiment le vainqueur du monde sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? (1 Jean 5: 3-5)

Que Dieu vous bénisse, mes frères et sœurs bien-aimés. Nous resterons ensemble dans la communion de prière… 

 

l'aube de la terre5

 

Merci à vous tous pour vos prières
et des lettres d'encouragement.
La parole actuelle et cette retraite de carême
vous sont donnés gratuitement.
Comme Jésus l'a dit: «Vous avez reçu gratuitement;
sans frais, vous devez donner.
«De la même manière», dit saint Paul,
«Le Seigneur a ordonné à ceux qui prêchent
l'Évangile doit vivre selon l'Évangile.
Si cette retraite vous a été une bénédiction et que vous en êtes capable,
veuillez envisager d'aider cet apostolat à plein temps,
qui repose uniquement sur la providence divine
et votre générosité. Merci beaucoup!

 

 

Commandez le livre de Mark qui donne une vue d'ensemble
selon les Pères de l'Église, La confrontation finale

3DpourMarkbook

 

CE QUE LES GENS DISENT:


Le résultat final était l'espoir et la joie! … Un guide clair et une explication des temps dans lesquels nous nous trouvons et de ceux vers lesquels nous nous dirigeons rapidement.
- John LaBriola, Soudure catholique en avant

… Un livre remarquable.
— Jeanne Tardif, Perspicacité catholique

La confrontation finale est un don de grâce à l'Église.
—Michael D. O'Brien, auteur de Père Elijah

Mark Mallett a écrit un livre incontournable, un incontournable vade-mecum pour les temps décisifs à venir, et un guide de survie bien documenté pour les défis qui se profilent sur l'Église, notre nation et le monde… La confrontation finale préparera le lecteur, comme aucun autre ouvrage que j'ai lu, à affronter les temps qui nous attendent avec courage, lumière et grâce confiants que la bataille et surtout cette bataille ultime appartiennent au Seigneur.
- feu le P. Joseph Langford, MC, co-fondateur, Missionnaires des Pères de la Charité, auteur de Mère Teresa: à l'ombre de Notre-Dame, et Le feu secret de Mère Teresa

En ces jours de tumulte et de trahison, le rappel du Christ d'être vigilant résonne puissamment dans le cœur de ceux qui l'aiment… Ce nouveau livre important de Mark Mallett peut vous aider à regarder et à prier de plus en plus intensément alors que des événements troublants se déroulent. C'est un rappel puissant que, aussi sombre et difficile que puissent être les choses, «Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde.
—Patrick Madrid, auteur de Recherche et sauvetage et Pape Fiction

 

Disponible à

www.markmallet.com

 

 

Écoutez le podcast de la réflexion d'aujourd'hui:

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 1 Cor 1: 23
2 cf. Le nouveau Gideon
3 cf. catholic.org
4 cf. Luc 22:32
5 cf. Matthieu 24: 24
6 sur le lien Pourquoi les papes ne crient-ils pas?
Publié dans ACCUEIL, RETRAITE DE CARREAU.