Une ironie douloureuse

 

I ont passé plusieurs semaines à dialoguer avec un athée. Il n'y a peut-être pas de meilleur exercice pour construire sa foi. La raison en est que irrationalité est un signe lui-même du surnaturel, car la confusion et la cécité spirituelle sont les caractéristiques du prince des ténèbres. Il y a des mystères que l'athée ne peut résoudre, des questions auxquelles il ne peut pas répondre et certains aspects de la vie humaine et les origines de l'univers qui ne peuvent être expliqués par la science seule. Mais il le niera en ignorant le sujet, en minimisant la question posée, ou en ignorant les scientifiques qui réfutent sa position et ne citant que ceux qui le font. Il laisse beaucoup ironies douloureuses à la suite de son «raisonnement».

 

 

L'IRONE SCIENTIFIQUE

Parce que l'athée refuse tout ce que Dieu, science devient essentiellement sa «religion». Autrement dit, il a toutes traditions religieuses et spirituelles. que les fondements de la recherche scientifique ou la «méthode scientifique» développée par Sir Francis Bacon (1561-1627) est le processus par lequel toutes les questions physiques et supposées surnaturelles seront finalement résolues pour être simplement des sous-produits de la nature. La méthode scientifique, pourrait-on dire, est le «rituel» de l'athée. Mais l'ironie douloureuse est que les pères fondateurs de la science moderne étaient presque tous théistes, y compris le bacon:

Il est vrai qu'un peu de philosophie incline l'esprit de l'homme à l'athéisme, mais la profondeur de la philosophie amène l'esprit des hommes à la religion; car, tandis que l'esprit de l'homme regarde les deuxièmes causes dispersées, il peut parfois se reposer en elles et ne pas aller plus loin; mais quand il voit leur chaîne confédérée et liée ensemble, il doit s'envoler vers la Providence et la Déité. - Sir Francis Bacon, De l'athéisme

Je n'ai pas encore rencontré d'athée qui puisse expliquer comment des hommes comme Bacon ou Johannes Kepler - qui ont établi les lois du mouvement planétaire autour du soleil; ou Robert Boyle - qui a établi les lois des gaz; ou Michael Faraday - dont les travaux sur l'électricité et le magnétisme ont révolutionné la physique; ou Gregor Mendel - qui a jeté les bases mathématiques de la génétique; ou William Thomason Kelvin - qui a contribué à jeter les bases de la physique moderne; ou Max Planck - connu pour la théorie quantique; ou Albert Einstein - qui a révolutionné la pensée dans la relation entre le temps, la gravité et la conversion de la matière en énergie… comment ces hommes brillants, tous disposés à examiner le monde à travers une lentille prudente, stricte et objective pourrait peut-être encore croire en l'existence de Dieu. Comment pouvons-nous même prendre ces hommes et leurs théories au sérieux si, d'une part, ils sont censés être brillants, et de l'autre, complètement et embarrassant «stupides» en condescendant à croire en une divinité? Conditionnement social? Lavage de cerveau? Contrôle de l'esprit clérical? Ces esprits scientifiquement harmonisés auraient sûrement pu renifler un «mensonge» aussi grand que le théisme? Peut-être que Newton, qu'Einstein a décrit comme un «génie brillant, qui a déterminé le cours de la pensée, de la recherche et de la pratique occidentales à un point que personne auparavant, depuis son temps, ne peut toucher», donne un aperçu de ce qu'était son état d'esprit et celui de son collègue:

Je ne sais pas ce que je peux apparaître pour le monde; mais pour moi, il me semble que je n'ai été que comme un garçon jouant sur le bord de la mer, et me divertissant de temps en temps pour trouver un caillou plus lisse ou une plus jolie coquille que l'ordinaire, tandis que le grand océan de vérité était à découvert devant moi... Le vrai Dieu est un être vivant, intelligent et puissant. Sa durée va d'éternité en éternité; Sa présence de l'infini à l'infini. Il gouverne toutes choses. -Mémoires de la vie, des écrits et des découvertes de Sir Isaac Newton (1855) par Sir David Brewster (Volume II. Ch. 27); Principe, Deuxième édition

Soudain, cela devient plus clair. Ce que Newton et de nombreux esprits scientifiques d'autrefois et plus tard avaient que de nombreux scientifiques manquent aujourd'hui humilité. C'est leur humilité, en fait, qui leur a permis de voir avec toute la clarté que la foi et la raison ne sont pas contradictoires. L'ironie douloureuse est que leurs découvertes scientifiques -que les athées tiennent en estime aujourd'hui- étaient imprégnés de Dieu. Ils l'avaient à l'esprit lorsqu'ils ont ouvert de nouvelles dimensions de la connaissance. C'est l'humilité qui leur a permis «d'entendre» ce que tant d'intellectes ne peuvent pas aujourd'hui.

Lorsqu'il écoute le message de la création et la voix de la conscience, l'homme peut arriver à la certitude de l'existence de Dieu, de la cause et de la fin de tout. -Catéchisme de l'Eglise catholique (CCC),  n° 46

Einstein écoutait:

Je veux savoir comment Dieu a créé ce monde, je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène, dans le spectre de tel ou tel élément. Je veux connaître ses pensées, le reste sont des détails. - Ronald W. Clark, La vie et l'époque d'Einstein. New York : The World Publishing Company, 1971, p. 18-19

Ce n'est peut-être pas un hasard si ces hommes se sont efforcés d'honorer Dieu, Dieu les a honorés en tirant le voile plus en arrière, leur accordant une compréhension plus profonde des machinations de la création.

… Il ne peut jamais y avoir de véritable divergence entre la foi et la raison. Puisque le même Dieu qui révèle les mystères et insuffle la foi a donné la lumière de la raison à l'esprit humain, Dieu ne peut pas se renier, ni la vérité ne peut jamais contredire la vérité… L'enquêteur humble et persévérant des secrets de la nature est conduit comme , par la main de Dieu malgré lui, car c'est Dieu, le conservateur de toutes choses, qui en a fait ce qu'elles sont. -CCC, n° 159

 

VOIR L'AUTRE VOIE

Si vous avez déjà dialogué avec un athée militant, vous découvrirez bientôt qu'il n'y a absolument aucune preuve possible qui les convaincra de l'existence de Dieu, même s'ils disent qu'ils sont «ouverts» à Dieu qui fait ses preuves. Pourtant, ce que l'Église appelle des «preuves»…

… Les miracles du Christ et des saints, les prophéties, la croissance et la sainteté de l'Église, sa fécondité et sa stabilité… -CCC, n. 156

… L'athée dit que ce sont des «pieuses fraudes». Les miracles du Christ et des saints peuvent tous s'expliquer naturellement, disent-ils. Les miracles modernes des tumeurs disparaissant instantanément, la surdité auditive, l'aveugle voyant et même les morts ressuscités? Rien de surnaturel là-bas. Peu importe que le soleil danse dans le ciel et change de couleur en défiant les lois de la physique comme cela s'est produit à Fatima devant quelque 80 000 communistes, sceptiques et la presse laïque… tout est explicable, dit l'athée. Cela vaut pour les miracles eucharistiques vers lesquels l'hostie s'est tournée Cœur tissus ou saignait abondamment. Miraculeux? Juste une anomalie. Des prophéties anciennes, telles que les quelque quatre cents environ que le Christ a accomplies dans sa passion, sa mort et sa résurrection? Fabriqué. Les prophéties modernes de la Sainte Vierge qui se sont réalisées, telles que les visions et les prédictions détaillées du massacre données aux enfants voyants de Kibeho avant le génocide rwandais? Coïncidence. Des corps incorruptibles qui dégagent du parfum et ne pourrissent pas après des siècles? Un truc. La croissance et la sainteté de l'Église, qui ont transformé l'Europe et les autres nations? Un non-sens historique. Sa stabilité à travers les siècles comme promis par le Christ dans Matthieu 16, même au milieu des scandales pédophiles? Simple perspective. Expérience, témoignages et témoins - même s'ils se comptent par millions? Hallucinations. Projections psychologiques. Auto-tromperie.

À l'athée réalité Cela ne signifie rien à moins qu'il n'ait été sondé et analysé par des outils artificiels auxquels un scientifique a fait confiance comme étant le moyen définitif de définir la réalité. 

Ce qui est étonnant, vraiment, c'est que l'athée est capable d'ignorer que de nombreux esprits brillants dans les domaines de la science, de l'éducation et de la politique croient non seulement en Dieu, mais beaucoup ont converti au christianisme du athéisme. Il y a une sorte d'arrogance intellectuelle en jeu où l'athée se voit comme «sachant» alors que tous les théistes sont essentiellement les équivalents intellectuels des tribus de la jungle peintes sur le visage coincées dans des mythologies anciennes. Nous croyons simplement parce que nous ne pouvons pas penser.

Cela me rappelle les paroles de Jésus:

S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas non plus persuadés si quelqu'un doit ressusciter d'entre les morts. (Luc 16:31)

Y a-t-il une autre raison pour laquelle les athées semblent détourner le regard face à des preuves surnaturelles accablantes? On pourrait dire que nous parlons de forteresses démoniaques. Mais tout n'est pas démoniaque. Parfois, les hommes, dotés du don du libre arbitre, sont simplement fiers ou têtus. Et parfois, l'existence de Dieu est plus un inconvénient qu'autre chose. Le petit-fils de Thomas Huxley, qui était le collègue de Charles Darwin, a déclaré:

Je suppose que la raison pour laquelle nous avons sauté à l'origine des espèces était que l'idée de Dieu interférait avec nos mœurs sexuelles. -Whistleblower, Février 2010, volume 19, n ° 2, p. 40.

Le professeur de philosophie à l'Université de New York, Thomas Nagel, fait écho à un sentiment commun à ceux qui tiennent fermement à l'évolution sans Dieu:

Je veux que l'athéisme soit vrai et je suis inquiet du fait que certaines des personnes les plus intelligentes et les mieux informées que je connaisse sont des croyants religieux. Ce n'est pas seulement que je ne crois pas en Dieu et, naturellement, j'espère avoir raison dans ma croyance. C'est que j'espère qu'il n'y a pas de Dieu! Je ne veux pas qu'il y ait un Dieu; Je ne veux pas que l'univers soit comme ça. — Idem.

Enfin, une honnêteté rafraîchissante.

 

RÉALITÉ DENIER

L'ancienne chaire d'évolution de l'Université de Londres a écrit que l'évolution est acceptée…

… Non pas parce qu'il peut être prouvé que des preuves logiquement cohérentes sont vraies, mais parce que la seule création alternative, spéciale, est clairement incroyable. —DMS Watson, Whistleblower, Février 2010, volume 19, n ° 2, p. 40.

Pourtant, malgré les critiques honnêtes même des partisans de l'évolution, mon ami athée a écrit:

Nier l'évolution, c'est être un négateur de l'histoire semblable à ceux qui nient l'holocauste.

Si la science est pour ainsi dire la «religion» athée, l'évolution est l'un de ses évangiles. Mais l'ironie douloureuse est que de nombreux scientifiques de l'évolution admettent eux-mêmes qu'il n'y a aucune certitude quant à la façon dont la première cellule vivante a été créée et encore moins aux premiers éléments de construction inorganiques, ou même comment le «Big Bang» a été initié.

Les lois thermodynamiques stipulent que la somme totale de matière et d'énergie reste constante. Il est impossible de créer de la matière sans dépenser d'énergie ou de matière; il est également impossible de créer de l'énergie sans dépenser de matière ou d'énergie. La deuxième loi de la thermodynamique stipule que l'entropie totale augmente inévitablement; l'univers doit passer de l'ordre au désordre. Ces principes mènent à la conclusion qu'un être, une particule, une entité ou une force incréée est responsable de la création de toute matière et énergie et de donner un ordre initial à l'univers. Que ce processus se soit produit à travers le Big Bang ou à travers l'interprétation littéraliste de la Genèse n'est pas pertinent. Ce qui est crucial, c'est qu'il doit exister un être incréé avec la capacité de créer et de donner de l'ordre. - Bobby Jindal, Les dieux de l'athéisme, catholique.com

Et pourtant, certains athées insistent sur le fait que «nier l'évolution, c'est être intellectuellement au même niveau qu'un négateur de l'holocauste». Autrement dit, ils ont mis un foi radicale dans quelque chose qu'ils ne peuvent pas prouver. Ils font absolument confiance au pouvoir de la science, comme si c'était une religion, même lorsqu'elle est impuissante à expliquer l'inexplicable. Et malgré les preuves accablantes d'un Créateur, ils insistent sur le fait que la première cause de l'univers ne peut tout simplement pas être Dieu et, en substance, abandonner la raison par biais. L'athée, maintenant, est devenu ce qu'il méprise dans le christianisme: un fondamentaliste. Là où un chrétien peut s'accrocher à une interprétation littérale de la création en six jours, un athée fondamentaliste s'accroche à sa croyance en l'évolution sans preuves scientifiques concrètes… ou face au miraculeux, s'attache aux théories spéculatives tout en rejetant les preuves évidentes. La ligne qui sépare les deux fondamentalistes est vraiment mince. L'athée est devenu un denier de réalité.

Dans une description puissante de la «peur de la foi» irrationnelle présente dans ce genre de pensée, l'astrophysicien de renommée mondiale Robert Jastrow décrit l'esprit scientifique moderne commun:

Je pense qu'une partie de la réponse est que les scientifiques ne peuvent pas supporter la pensée d'un phénomène naturel qui ne peut être expliqué, même avec un temps et de l'argent illimités. Il y a une sorte de religion dans la science, c'est la religion d'une personne qui croit qu'il y a un ordre et une harmonie dans l'univers, et chaque effet doit avoir sa cause; il n'y a pas de cause première… Cette foi religieuse du scientifique est violée par la découverte que le monde a eu un commencement dans des conditions dans lesquelles les lois connues de la physique ne sont pas valides, et en tant que produit de forces ou de circonstances que nous ne pouvons pas découvrir. Lorsque cela se produit, le scientifique a perdu le contrôle. S'il examinait vraiment les implications, il serait traumatisé. Comme d'habitude face à un traumatisme, l'esprit réagit en ignorant les implications- en science, cela s'appelle «refuser de spéculer» - ou banaliser l'origine du monde en l'appelant le Big Bang, comme si l'Univers était un pétard… Pour le scientifique qui a vécu par la foi dans le pouvoir de la raison, l'histoire se termine comme un mauvais rêve. Il a escaladé la montagne de l'ignorance; il est sur le point de conquérir le plus haut sommet; alors qu'il s'arrête sur le rocher final, il est accueilli par une bande de théologiens qui sont assis là depuis des siècles. —Robert Jastrow, directeur fondateur de la NASA Goddard Institute for Space Studies, Dieu et les astronomes, Bibliothèque des lecteurs Inc., 1992

Une ironie douloureuse, en effet.

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans ACCUEIL, UNE RÉPONSE et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .

Les commentaires sont fermés.