Les laisserez-vous pour morts?

LE MOT DU MAINTENANT SUR LES LECTURES DE MASSE
pour le lundi de la neuvième semaine du temps ordinaire, 1er juin 2015
Mémorial de Saint Justin

Textes liturgiques ici

 

FEAR, frères et sœurs, fait taire l'Église dans de nombreux endroits et emprisonner la vérité. Le coût de notre appréhension peut être compté dans âmes: des hommes et des femmes sont laissés pour souffrir et mourir dans leur péché. Pensons-nous même plus de cette manière, pensons-nous à la santé spirituelle de l'autre? Non, dans de nombreuses paroisses, nous ne le faisons pas parce que nous sommes plus préoccupés par la statu quo que de citer l'état de notre âme.

Dans la première lecture d'aujourd'hui, Tobit se prépare à célébrer la fête de la Pentecôte avec une fête. Il dit,

… Un bon dîner a été préparé pour me… La table était dressée pour me.

Mais Tobit était conscient que les bénédictions qu'il avait reçues étaient destinées à être partagées. Et donc il demande à son fils Tobiah de «sortir et d'essayer de trouver un pauvre homme» pour partager son repas.

En tant que catholiques, nous avons reçu une véritable fête de la vérité, chargé de la plénitude de l'Apocalypse, la vérité «entière», pour ainsi dire, sur les questions de foi et de morale. Mais ce n'est pas un festin pour «moi» seulement.

Comment l'idée aurait-elle pu se développer que le message de Jésus est étroitement individualiste et ne vise que chaque personne individuellement? Comment en sommes-nous arrivés à cette interprétation du «salut de l'âme» comme fuite de la responsabilité du tout, et comment en sommes-nous arrivés à concevoir le projet chrétien comme une recherche égoïste du salut qui rejette l'idée de servir les autres? — PAPE BENOÎT XVI, Spe Salvi (sauvé dans l'espoir), n° 16

Tobit demande à son fils d'amener «un adorateur sincère de Dieu» pour partager son repas. Autrement dit, notre mission en tant qu'Église n'est pas d'imposer la vérité à ceux qui ne la veulent pas, d'utiliser la Parole de Dieu comme un matraque. Mais à cause de notre timidité, même ceux qui sont ouverts à la vérité aujourd'hui sont privés et affamés de cette «nourriture». Ils sont privés parce que nous avons peur d'être rejetés et persécutés, et ainsi nous scellons nos lèvres. «Une personne dans la peur», dit le Pape François,

… Ne fait rien, ne sait pas quoi faire: a peur, a peur, se concentre sur elle-même pour que quelque chose de mal ou de mal ne lui arrive pas… la peur conduit à l'égocentrisme égoïste et nous paralyse. —POPE FRANÇOIS, Méditation du matin, L'Osservatore Romano, Hebdomadaire éd. en anglais, n. 21, 22 mai 2015

Tobit n'avait pas peur d'ouvrir son cœur aux pauvres. Mais son fils Tobiah revient et dit:

Père, un de nos gens a été assassiné! Son corps repose sur la place du marché où il vient d'être étranglé!

Sans hésitation, Tobit bondit sur ses pieds, emporta le mort de la rue et le mit dans une de ses propres chambres afin de l'enterrer le lendemain matin. Il a ensuite mangé son repas «dans la tristesse». Mais vous voyez, Tobit n'a pas fait cela sans frais. Car ses voisins se moquaient de lui en disant:

Il n'a toujours pas peur! Une fois auparavant, il a été traqué pour être exécuté à cause de cela même; mais maintenant qu'il s'est à peine échappé, le voilà encore en train d'enterrer les morts!

Tout autour de nous se trouvent aujourd'hui les pauvres spirituellement et les «morts», en particulier les victimes de l'immoralité sexuelle. La promotion constante de formes alternatives de mariage, la luxure, les aberrations sexuelles, l'éducation sexuelle graphique, la pornographie et autres «tuent» l'âme de l'homme, le plus alarmant de la jeunesse. Et pourtant, la peur, le politiquement correct et le désir d'être approuvé sont stériliser et faire taire le corps du Christ. Les homélies apaisent souvent notre ego, arrêtent avant de nous appeler à nous repentir et évitent les questions «brûlantes» qui susciteraient la controverse si ce n'est la persécution. Les évêques émettent des déclarations radicales et élégantes derrière leurs portes qui sont pour la plupart ignorées par les médias et rarement Aime-Morot-Le-bon-Samaritain_Fotorlu par les laïcs. Et les profanes ferment la bouche sur le lieu de travail, les écoles et le marché afin de «maintenir la paix».

Mon Dieu, ne sommes-nous pas comme le prêtre et le Lévite dans la parabole du Bon Samaritain, marchant une fois de plus du «côté opposé» de la route afin d'éviter de confronter, panser et guérir personnellement les blessures de nos frères mourants et sœurs? Nous avons oublié ce que signifie «Pleurez avec ceux qui pleurent.»  cf. Rom 12: 15 Comme Tobit, pleurons-nous sur la rupture de cette génération? Et si oui, pleurons-nous parce que le monde est devenu «si mauvais» ou pleurons-nous par compassion pour les autres qui sont en esclavage? Les paroles de saint Paul viennent à l'esprit:

Je vous le dis, frères, le temps presse. À partir de maintenant, que ceux qui ont des femmes agissent comme ne les ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurent pas, ceux qui se réjouissent de ne pas se réjouir, ceux qui achètent comme ne possédant pas, ceux qui utilisent le monde comme ne l'utilisant pas pleinement. Car le monde dans sa forme actuelle est en train de disparaître. (1 Cor 7: 29-31)

Oui, le temps presse pour cette génération - presque tous les prophètes authentiques du monde sonnent de cette trompette (pour ceux qui ont des oreilles pour entendre). Le pape Benoît XVI a appelé l'Église à s'éveiller au mal qui nous entoure:

... telle est notre véritable somnolence : ce manque de sensibilité pour la présence de Dieu qui nous rend insensibles également au mal. Nous ne sentons pas Dieu — cela nous dérangerait — et ainsi, nous [ne percevons pas toute la force du mal].”… Une telle disposition conduit à "une certaine insensibilité de l'âme envers la puissance du mal… la somnolence des disciples n'est pas un problème de ce moment-là, plutôt de toute l'histoire, `` la somnolence '' est la nôtre, de ceux d'entre nous qui ne veulent pas voir toute la force du mal et ne veulent pas entrer dans son La passion." —POPE BENOÎT XVI, Agence de presse catholique, Cité du Vatican, 20 avril 2011, Audience générale

Ainsi, plus que la vérité, le monde a besoin vérité amoureuse. Autrement dit, comme Tobit, des âmes meurtries et blessées nous attendent pour les accueillir dans une «pièce» de notre cœur où nous pouvons leur donner vie. Ce n'est que lorsque les âmes savent qu'elles sont aimées de nous qu'elles sont vraiment ouvertes à recevoir la médecine de la vérité que nous offrons.

Avons-nous oublié cela la vérité nous rend libres? Aujourd'hui, de plus en plus de catholiques achètent le mensonge tolérance, c'est plutôt le chemin de la paix. Et par conséquent, notre génération en est venue à tolérer, à l'exception de quelques âmes courageuses, presque toutes les aberrations que l'humanité peut concevoir. «Qui suis-je pour juger?», Disons-nous - déformant le sens de la déclaration à la mode du pape François. Et donc nous gardons la paix, mais un fausse paix, parce que si la vérité nous définit f
ree, puis le mensonge asservit. La fausse paix est un graine de destruction qui tôt ou tard privera nos âmes, nos familles, nos villes et nos nations d'une paix authentique si nous la laissons germer, grandir et prendre racine parmi nous «Parce que celui qui sème pour sa chair récoltera la corruption de la chair» cf. Gal 6: 8.

Christian, toi et moi sommes appelés à à , pas de confort. Je sens le Seigneur pleurer aujourd'hui, nous demandant:

Allez-vous laisser mes frères et sœurs pour morts?

Ou comme Tobit, allons-nous courir vers eux avec l'Évangile de la vie - malgré les moqueries et la persécution que nous risquons de provoquer?

À la lumière des lectures d'aujourd'hui, je veux commencer une série d'écrits audacieux cette semaine Sur la sexualité humaine et la liberté pour parler lumière dans l'obscurité totale qui a envahi, de nos jours, ce don le plus précieux de notre sexualité. C'est dans l'espoir que quelqu'un, quelque part, trouvera la nourriture spirituelle dont il a besoin pour commencer à guérir les blessures de son cœur. 

Je préfère une Église meurtrie, blessée et sale parce qu’elle a été dans la rue, plutôt qu’une Église qui est malsaine parce qu’elle est confinée et qui s’accroche à sa propre sécurité… Si quelque chose devait à juste titre nous déranger et troubler nos consciences, C'est le fait que tant de nos frères et sœurs vivent sans la force, la lumière et la consolation nées de l'amitié avec Jésus-Christ, sans communauté de foi pour les soutenir, sans sens et sans but dans la vie. Plus que par peur de nous égarer, j'espère que nous serons émus par la peur de rester enfermés dans des structures qui nous donnent un faux sentiment de sécurité, dans des règles qui font de nous des juges sévères, dans des habitudes qui nous font nous sentir en sécurité, tandis qu'à notre porte les gens meurent de faim et Jésus ne se lasse pas de nous dire: "Donnez-leur quelque chose à manger" (Mk 6: 37). — PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, n° 49

  

LECTURES CONNEXES

 

Merci pour vos prières et votre soutien.

 

S'inscrire

 

Print Friendly, PDF & Email

Notes

Notes
1 cf. Rom 12: 15
2 cf. Gal 6: 8
Publié dans ACCUEIL, LECTURES DE LA MESSE, PARALYSÉ PAR LA PEUR et étiqueté , , , , , , , , , , , , , , .